Lausanne 2020

Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver

Rapport officiel

Dans le présent document, les termes employés pour désigner des personnes sont pris au sens générique ; ils ont à la fois valeur d’un féminin et d’un masculin dans le seul but d’alléger le texte.

A Patrick

Patrick Baumann, membre suisse du Comité International Olympique, a été le Président du comité de candidature depuis 2014, puis du comité d’organisation de Lausanne 2020. Il a été l’architecte du projet : il l’a imaginé, puis mis sur les rails en s’assurant que sa vision puisse être réalisée. Son décès soudain, en octobre 2018, alors qu’il vivait de l’intérieur les Jeux Olympiques de la Jeunesse de Buenos Aires, a laissé un vide immense. Aujourd’hui, quelques mois après la clôture des Jeux, le comité d’organisation sait que Patrick aurait été fier de voir le succès de Lausanne 2020 et l’impact que le projet aura eu pour la région hôte et pour le Mouvement Olympique. Ce rapport lui est dédié, à lui ainsi qu’à sa famille.

Patrick_Baumann
Du 9 au 22 janvier 2020, Les Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver Lausanne 2020 ont rythmé la vie de centaines de milliers de personnes en Suisse et aux quatre coins du globe. Pendant deux semaines, près de 640 000 spectateurs sur site, et bien plus encore devant leurs écrans, ont vibré face à un réel festival du sport – célébrant la jeunesse, le sport et la culture. Ce rapport raconte les grandes lignes de l’histoire de Lausanne 2020, de sa genèse à son héritage.

Si Lausanne 2020 a été la grande fête qu’elle a été, c’est grâce à vous. Pendant 14 jours, nous nous sommes rassemblés, nous avons chanté, dansé, et applaudi la jeunesse qui ose, qui entreprend et se dépasse. Tous ensemble, nous avons célébré des Jeux Olympiques d’un type nouveau, intelligents et durables. Et nous avons montré au monde une facette de notre pays qu’il connaît peut-être un peu moins : une Suisse sportive, qui croit en sa jeunesse, une Suisse qui forme et qui innove. Pour tout cela, merci. Alors, afin que l’esprit de Lausanne 2020 perdure et que l’on continue, dans notre pays à promouvoir le sport auprès des jeunes, je dis : « start now ! »

Virginie Faivre

Skieuse Freestyle

Présidente de Lausanne 2020

Pour la première fois depuis plus de 70 ans, la Flamme Olympique était de retour en Suisse. Notre pays a célébré cette occasion de la plus belle des manières. Car ces Jeux Olympiques de la Jeunesse ont été un immense succès, non seulement populaire, mais aussi pour nos jeunes athlètes qui ont remporté 24 médailles. C’est un résultat exceptionnel. Mais au-delà de ça, ce qui importe le plus pour nos jeunes sportifs c’est l’expérience immense qu’ils ont pu acquérir dans leur propre pays lors de cet événement majeur. Grâce aussi à l’organisation parfaite, et à l’ambiance si chaleureuse. La Suisse aime le sport, et elle aime sa jeunesse : voilà une magnifique perspective pour l’avenir.

Jürg Stahl

Président de Swiss Olympic

Membre du Comité Exécutif de Lausanne 2020

Le succès de Lausanne 2020, on le doit d’abord à une formidable équipe organisatrice, si dévouée et si motivée. On le doit aussi à ces 4172 volontaires qui ont été les sourires des Jeux. On le doit à l’engagement de tous les sites hôtes, qui ont cru en l’événement en y voyant une opportunité unique de rayonner. On le doit aux centaines d’enseignants et aux milliers d’élèves qui ont parlé d’Olympisme et des valeurs du sport dans les classes avant de venir fêter les athlètes du monde entier pendant l’événement. On le doit à nos hautes écoles, à nos clubs et associations sportives. Et on le doit bien sûr à la Capitale Olympique, qui a ouvert ses bras au premier événement Olympique de son histoire. A toutes et tous, je veux dire merci, du fond du cœur.

Ian Logan

Directeur général de Lausanne 2020

Lausanne 2020 nous a prouvé, une nouvelle fois, que le sport est un extraordinaire créateur d’émotions. Les passions qu’il génère sont uniques. Les Vaudoises et les Vaudois l’ont bien compris en se rendant en masse sur les sites de compétitions, partout dans notre canton et même au-delà de nos frontières, pour vivre pleinement ces Jeux. Lausanne 2020 nous a permis de montrer à la Suisse, et aux quatre coins du globe, une région unique sur le plan sportif. Ce fut aussi l’occasion de démontrer que nous investissons au profit de la jeunesse et du sport. Merci à chacune et chacun d’avoir permis à la grande ambition qui animait le comité de candidature Lausanne 2020 de devenir réalité.

Philippe Leuba

Conseiller d’Etat

Vice-Président de Lausanne 2020

Lausanne, la Capitale Olympique, est ville de sport et ville de culture. Les Jeux Olympiques de la Jeunesse ont été l’occasion de réunir ces éléments forts qui font l’ADN de notre ville avec comme résultat cette formidable fête du sport et de la culture dans toute la ville. Alors que depuis, le monde a changé, ces Jeux nous ont démontré le besoin que nous avons de nous retrouver, de vivre ensemble de grandes émotions communes. Je vous dis d’abord merci, mais aussi à très bientôt, pour de nouvelles aventures sportives et culturelles au cœur de la Capitale Olympique !

Grégoire Junod

Syndic de Lausanne

Vice-Président de Lausanne 2020

1. La vision

1.1 Des Jeux dans la Capitale Olympique

L’histoire Olympique de Lausanne

En 1915, le Baron Pierre de Coubertin a choisi Lausanne pour y établir le siège du Comité International Olympique (CIO). Il y a déménagé les bureaux de l’organisation sur les rives du Lac Léman où il a trouvé un environnement stable et paisible en ce temps de guerre en Europe.

Au fil des ans, de plus en plus de Fédérations Internationales de sports et d’organisations sportives se sont jointes au CIO et ont établi leur siège à Lausanne. Ici, elles ont trouvé le cadre idéal pour développer et renforcer la place du sport dans la société. Le 23 juin 1994, Lausanne s’est vu remettre le titre de Capitale Olympique par le CIO lors des célébrations entourant son centenaire, confirmant ainsi le statut de la ville en tant qu’épicentre du sport international.

« L’Olympisme trouvera dans l’atmosphère indépendante et fière que l’on respire ici, le gage de la liberté dont il a lui-même besoin pour progresser »

Pierre de Coubertin

Le sport international à Lausanne

Fiers de ce titre et conscients de cette responsabilité, la Ville de Lausanne et le canton de Vaud ont développé depuis plusieurs années une véritable politique digne de ce statut et ont permis à la région de devenir au fil du temps non seulement la capitale administrative du sport, mais aussi un endroit où l’on peut pratiquer du sport et assister à des événements d’envergure internationale.

En effet, des conditions-cadre en matière d’accueil d’organisations internationales actives dans le sport ont été mises en place. De pair avec l’expertise unique de la région développée grâce à ses nombreuses institutions académiques de renom et son personnel hautement spécialisé, ces conditions ont permis d’élargir sans cesse le réseau des Fédérations Internationales de sports, importantes parties prenantes du monde Olympique.

Le tissu académique régional

Le canton de Vaud est l’un des principaux lieux de formation de Suisse, avec une université renommée, dont la création remonte à 1537, et la deuxième école polytechnique du pays, l’EPFL. La formation professionnelle et la recherche sont assurées par une dizaine de hautes écoles supérieures (HES) dans des domaines aussi variés que l’ingénierie, la santé, la pédagogie, le design, les arts ou encore l’hôtellerie. Principal centre de recherche et d’innovation en Suisse, le canton de Vaud s’affirme comme un hub européen de premier ordre en matière de technologies. Il s’engage fortement pour le soutien de l’innovation et la création de start-up.

Le plus grand campus universitaire du pays et plusieurs centres de recherche à la renommée mondiale sont basés sur le sol vaudois, comme l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), ou le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV). Le canton abrite également de nombreuses entreprises de réputation internationale, actives dans les sciences de la vie, les micro-nanotechnologies, les technologies de l’information et du numérique, ainsi que les technologies de l’énergie et de l’environnement.

Grâce à cette proximité, la science et l’industrie interagissent ici au quotidien, permettant des avancées majeures dans les nouvelles technologies. Voici quelques-unes des institutions phares dont il est question :

1.2 « This is where it starts »

Le fondement de la candidature de Lausanne 2020 – son ambition – était simple. Il s’agissait de mettre à disposition des Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) les atouts uniques que pouvait proposer la Capitale Olympique. Ceux-ci étaient exprimés en trois piliers :

  • Une histoire unique avec le Mouvement Olympique : avec plus de cent ans d’histoire commune, une chance de promouvoir les valeurs du sport et de l’Olympisme à la nouvelle génération d’athlètes et de fans des Jeux depuis le cœur même de la ville hôte du Mouvement Olympique → créer les futurs ambassadeurs du sport et de l’Olympisme
  • Un écosystème sportif unique au monde : la Capitale Olympique, ses 60 organisations sportives internationales. Une chance de pouvoir offrir aux jeunes d’ici et aux athlètes du monde l’opportunité de découvrir tous les sports ainsi que tous les métiers du sport qui sont exercés ici → créer les futurs talents du sport et de l’Olympisme
  • Une capacité exceptionnelle de se projeter dans l’avenir : cette région et ses compétences académiques fortes, notamment dans la recherche et l’innovation, l’accueil ou la formation sportive (universités, hautes écoles, école polytechnique, écoles professionnelles), capables de s’engager pour les JOJ → créer les futurs leaders du sport et de l’Olympisme

Afin de résumer cette ambition, un slogan a été créé : « This is where it starts ». Traduit « c’est ici que tout commence », celui-ci permettait d’illustrer cette idée de commencement pour les jeunes (ambassadeurs, talents et leaders) dans leur carrière sportive que ce soit sur le terrain de jeu ou en dehors. « This is where it starts » marquait également la volonté, pour le comité de candidature, d’exprimer le fait que la fonction de « laboratoire à nouvelles idées » des JOJ, voulu par le CIO, pouvait déployer ses effets de manière idéale dans la Capitale Olympique. Afin de contribuer au mieux au développement de cet événement encore très jeune dans le monde Olympique.

1.3 Des Jeux pour, par et avec les jeunes

Dès le début du projet, le comité de candidature avait pour ambition d’organiser des JOJ visant l’excellence. Avec un objectif clair : être un laboratoire à innovation, certes, mais aussi un incubateur d’idées pour les jeunes fait par les jeunes, pour contribuer au développement du Mouvement Olympique pour les générations futures.

Au-delà des paroles, cette ambition a été poursuivie et réalisée concrètement par le comité d’organisation pour qui l’engagement de la jeunesse a été la pierre angulaire du succès. « Pour, par et avec les jeunes » : les JOJ ont représenté un outil puissant pour le CIO, Lausanne 2020, Swiss Olympic, la Ville de Lausanne, le canton de Vaud ainsi que les autorités de Suisse et de France voisine pour impliquer et atteindre les jeunes, les inspirer et les engager dans le sport, au travers du Mouvement Olympique ou simplement au sein des JOJ comme un événement à multiples facettes avec de nombreuses op­portunités.

Le comité d’organisation souhaitait offrir aux jeunes acteurs locaux l’opportunité de jouer un rôle actif avant et pendant les Jeux.

C’est dans cette optique que Lausanne 2020 s’est donné les moyens d’impliquer près de 130 000 élèves et étudiants de l’enseignement obligatoire, post-obligatoire, supérieur et privé pour travailler à la préparation et à l’organisation de l’événement. Toutes les forces vives du canton de Vaud se sont ainsi mises à contribution pour délivrer des JOJ qui ont marqué l’histoire : l’histoire Olympique, l’histoire de la ville hôte, du canton, du pays, mais aussi l’histoire de chacun des élèves ou étudiants impliqués dans le projet. A noter qu’un programme spécifique a été développé pour la France étant donné que la structure sco­laire est différente de la Suisse. Ce programme était focalisé sur le département du Jura.

2. La préparation

2.1 La mise en place du Comité d’organisation

De manière générale, un comité d’organisation des JOJ est une organisation dans laquelle il y a tout à organiser, planifier et réaliser. Ses débuts sont semblables à ceux d’une start-up. C’est dans cet esprit que tous les collaborateurs Lausanne 2020 ont participé à l’organisation des JOJ. Ce qui engendre comme particularité, qu’en plus du descriptif des tâches et des objectifs du poste, chaque personne engagée était motivée, disponible et flexible pour aider et s’impliquer dans la bonne marche des affaires dans divers domaines, parfois en dehors de son domaine de compétence.

Structure et gouvernance

Le comité d’organisation des JOJ Lausanne 2020 a eu la chance de travailler avec beaucoup d’organisations et institutions nationales et internationales. Voyons tout d’abord qui sont ces acteurs.

La galaxie Lausanne 2020

L’illustration ci-jointe montre quels sont les acteurs principaux avec lesquels Lausanne 2020 a communiqué de manière très régulière. Le CIO, Swiss Olympic et la Ville de Lausanne sont tous les trois signataires du Contrat ville hôte. Le canton de Vaud a également joué un rôle prépondérant dans le projet étant donné qu’une majorité des sites de compétitions se trouvent sur le territoire du canton.

La Commission de Coordination Lausanne 2020

Afin d’améliorer l’organisation des JOJ et la coopération entre le CIO, le comité d’organisation, les Fédérations internationales (FI) et les Comités Nationaux Olympiques (CNO), le Président du CIO a créé une Commission de Coordination pour chaque édition des JOJ. Lausanne 2020 a eu la chance d’accueillir les membres de la Commission à quatre reprises (une fois par année) et l’organisation et le programme ont été créés conjointement avec le CIO.

Missions du Comité Exécutif

  • Prendre les mesures utiles pour atteindre le but fixé
  • Convoquer les Assemblées Générales ordinaires et extraordinaires
  • Etablir les règlements de fonctionnement internes
  • Prendre toutes les décisions et accomplir tous les actes qui ne sont pas du ressort exclusif des autres organes de l’association et qui se rapportent au but de l’association.

Le Comité Exécutif

Le Comité Exécutif Lausanne 2020 (Excom) a assuré la conduite stratégique de l’organisation.  Il se rencontrait tous les trimestres. Afin de faciliter la prise de décisions stratégiques, un « Bureau » de taille plus petite a été mis sur pied. Les membres de ce Bureau (issus de l’Excom) se réunissaient mensuellement pour discuter de l’état d’avancement du projet, le respect de ses objectifs et son contrôle budgétaire.

Les Conseils

Le Conseil des Jeunes (CDJ) était formé de représentants issus des diverses associations/initiatives dédiées aux jeunes telles que le Conseil des Jeunes de la Ville de Lausanne ou encore la Commission des Jeunes du canton de Vaud. Il apportait ses idées au comité d’organisation en matière d’activités/programmes destinés à enthousiasmer la population suisse et française pour les JOJ. Le Conseil des Athlètes (CDA) était formé de représentants issus des milieux sportifs suisses ou étrangers. Il apportait son expertise sportive et représentait les intérêts des athlètes au sein du comité d’organisation. Le Conseil de l’Innovation (CDI) était formé de représentants issus des milieux de l’innovation et de la durabilité suisses ou étrangers. Il apportait son expertise et ses idées destinées à innover dans un maximum d’aspects de l’organisation des JOJ tout en garantissant une vision durable.

L’équipe et la montée en puissance

Depuis le début du projet et même depuis la candidature, la volonté de partager l’expérience de construction des JOJ avec un grand nombre d’entités sur le territoire a guidé la mise en place et les actions du comité d’organisation. Cela correspond à la culture et au fédéralisme suisse de décider ensemble, mais aussi de permettre à chaque partie de faire les choix qui lui conviennent. Voyons plus précisément de quoi il s’agit.

Capitaliser sur le savoir-faire existant

Tenant compte de l’expertise suisse en matière d’organisation de compétitions sportives et de la culture suisse, le comité d’organisation a souhaité s’appuyer sur l’existant, non seulement en termes d’infrastructures (ne nécessitant du coup aucune construction spécifique pour la réalisation des Jeux) mais aussi dans la construction de son équipe administrative et opérationnelle. Dès le début, Lausanne2020 a souhaité capitaliser sur le savoir-faire et l’expertise locale en place.

La notion de décentralisation et d’« Empowerment»

Considérant pour ces Jeux l’aspect binational et l’implication de trois cantons dont l’un situé à l’autre extrême de la Suisse, une approche décentralisée, générant quelques défis logistiques, a permis de prendre en compte les spécificités culturelles et contextuelles de chaque région et site de compétition engagés, mais pas seulement. Des comités locaux ont ainsi été créés dès le début afin qu’ils puissent grandir, s’organiser, se renforcer et s’améliorer avec l’intention claire de développer des compétences locales pour l’avenir et former des jeunes. En d’autres termes, construire un héritage immatériel à long-terme grâce à l’«empowerment ».

Mais cette approche, souhaitée par le comité d’organisation, a bien d’autres avantages car elle a permis

  • d’assurer une mise en place des Jeux en tenant compte des moyens disponibles sur chaque site ;
  • de créer dans le même temps un engouement de la population locale ;
  • de permettre aux sites de s’approprier le projet dans le respect de la culture locale.

Lausanne 2020 a ainsi – à sa manière – concrétisé la nouvelle norme du CIO qui souhaite que les Jeux s’adaptent au contexte local et non l’inverse.

Une seule et même équipe

Outre la ville hôte de Lausanne, sept autres sites ont été parties prenantes et ont porté la responsabilité d’organiser les Jeux, chacun constituant un comité local d’organisation, comme vu auparavant. En sortant du canton de Vaud, en traversant la Suisse et en dépassant même les frontières du pays, Lausanne 2020 a permis de créer de nouvelles relations et de nouvelles dynamiques, tout en offrant le privilège d’accueillir les JOJ à une région bien plus vaste. 

La magie de Lausanne 2020 a été de réussir à fédérer tout le monde autour d’un objectif commun, et de créer une seule et même équipe avec un comité d’organisation central basé à Lausanne, des comités locaux sur chaque site ainsi que des partenaires institutionnels et commerciaux fortement impliqués. Ce soutien « externe » a permis de maintenir une équipe « centrale » d’une vingtaine de personnes seulement jusqu’à un an avant les Jeux (janvier 2019).

Les comités locaux, composés pour la plupart de volontaires, se sont mis en place avec des tailles et des moyens divers en fonction de leur mode de fonctionnement, de leurs ressources, et de leur réseau local. Le comité d’organisation central a assuré une cohérence dans la livraison d’une expérience unique sur tous les sites et pour tous les acteurs en alignant les niveaux de service et les prestations à fournir pendant les Jeux.

Une grande partie des partenaires ont été impliqués dans la réalisation de l’évènement, parfois même en mettant à disposition du personnel. Comme pour les sites, ils se sont sentis investis d’une mission et responsables de son succès en profitant de toutes les opportunités qui s’offraient à eux avec ces Jeux. Là réside la grande différence entre partenaires et sponsors.

Grâce au soutien des comités locaux et des partenaires engagés, le personnel du comité d’organisation central basé à Lausanne est donc monté en puissance petit à petit pour atteindre pendant la période des Jeux, le nombre de 116 personnes (78 collaborateurs, 32 externes et 6 volontaires longue durée).

Les Ambassadeurs Lausanne 2020

14 sportifs ont fait partie de l’aventure Lausanne 2020. Tous étaient soit des athlètes encore en activité, soit récemment « retraités ». Leur engagement pour Lausanne 2020 a été extraordinaire, et pour la grande majorité du temps, de manière volontaire. Leurs activités étaient focalisées sur la présentation de l’événement, de l’Olympisme ainsi que de leurs expériences d’athlète dans les écoles ou lors de manifestations sportives ou médiatiques.

Il s’agissait de Sarah Atcho (SUI, athlétisme), Timea Bacsinszky (SUI, tennis), Pat Burgener (SUI, ski freestyle), Charlotte Chable (SUI, ski alpin), Jason Lamy Chappuis (FRA, combiné nordique), Peter de Cruz (SUI, curling), Théo Gmür (SUI, ski paralympique), Mathilde Gremaud (SUI, ski freestyle), Cristobal Huet (FRA/SUI, hockey sur glace), Augustin Maillefer (SUI, aviron), Sarah Meier (SUI, patinage artistique), Killian Peier (SUI, saut à ski), Laetitia Roux (FRA, ski alpinisme) et Fanny Smith (SUI, ski cross). Le COJOJ tient à les remercier vivement pour leur engagement.

Une collaboration unique avec le CIO

La proximité physique et culturelle du comité d’organisation et du CIO a permis, durant les quatre ans de préparation, une interaction particulièrement élevée entre les deux entités.

Un grand nombre de collaborateurs ont notamment pu intégrer le comité d’organisation dans les mois qui ont précédés les Jeux. 

 Cette relation a été très importante dans le succès des Jeux et le comité d’organisation est très reconnaissant d’avoir pu compter sur le soutien du CIO, de ses Directeurs et de son staff pour leur engagement sans précédent dans l’organisation des Jeux. Cet apport, en ressources humaines et financières, a permis à Lausanne 2020 de jouer pleinement son rôle de laboratoire a idées nouvelles pour le futur du Mouvement Olympique.

Durant les trois premières années, une énergie colossale a été consacrée à 

  • donner des centaines de conférences ; 
  • tenir des stands promotionnels lors d’événements sportifs ; 
  • accorder de nombreuses interviews ; 
  • rechercher des partenaires qui souhaitaient activer et faire la promotion des Jeux ;
  • produire des articles de marchandise comme élément fédérateur et promotionnel ;
  • vivre une éthique irréprochable, crédible dans un esprit de développement durable ;
  • créer des opportunités touristiques et nouvelles collaborations ;
  • montrer l’opportunité unique aux établissements scolaires ; 
  • faire participer toute la région ;
  • engager et enflammer les sites hôtes ; 
  • rassembler et motiver toutes les parties prenantes

Réordonner et structurer les priorités

Lausanne 2020 avait pour ambition d’assurer et garantir un environnement et une expérience exceptionnelle aux athlètes, aux équipes, à la famille Olympique, au public, aux autorités, aux partenaires, aux médias et à la population. Dès le départ, Lausanne 2020 a misé sur l’expertise opérationnelle locale pour réaliser ces Jeux. Il savait qu’elle serait à la hauteur, et qu’elle dépasserait même ses espérances. Pas par simple vœu pieu, mais de manière très pragmatique, en identifiant la quantité d’expertise déjà présente dans tous les domaines clefs, et la volonté impressionnante à l’œuvre pour découvrir et apprendre ce qui n’était pas acquis – en toute humilité. Dans ce sens, et au vu de cette spécificité de la culture locale, le contexte temporel et géographique, et ses ambitions à long terme, Lausanne 2020 a décidé de réordonner, structurer les priorités et définir un planning qui a mené au succès des Jeux qu’on connait aujourd’hui.

Afin d’assurer un succès populaire, il était primordial de créer de la valeur autour des JOJ, un événement somme toute assez nouveau (créé en 2007, première édition en 2010, première édition d’hiver en 2012…). Lausanne 2020 a – en lien avec le CIO – trouvé son narratif, et raconté son histoire, l’histoire de ses Jeux. 

L’engagement de la jeunesse, des écoles, des populations locales, des régions hôtes, ont permis à chacun d’être confronté à ce projet et d’y trouver quelque chose qui l’y relie.
Les JOJ Lausanne 2020 ont souvent été comparés à une plateforme pour faire avancer des projets préexistants. C’est bien de cela qu’il a s’agit dans cette histoire : engager les gens, leur permettre de trouver un intérêt dans ce projet, et ensuite laisser ces merveilleux ambassadeurs faire le travail. Ce sont toutes ces personnes, ces institutions, qui ont été les meilleurs porteurs du projet, les plus fervents défenseurs de la raison d’être de cet événement.En un mot, ce sont eux qui ont créé la valeur de cet événement.

La durabilité

Les JOJ se sont fait une réputation en tant qu’événement novateur et d’avant-garde depuis leur création en 2010. Dix ans plus tard, Lausanne 2020 maintient cette solide tradition. 

Alors que le monde commence à être davantage sensibilisé au changement climatique et à l’importance de protéger l’environnement, cette édition des JOJ d’hiver a vu plus d’initiatives et d’enthousiasme autour du thème de la durabilité qu’aucune autre avant. Depuis le début, Lausanne 2020 avait la volonté de maximiser les solutions existantes locales plutôt que de les importer ou de construire des infrastructures temporaires ou permanentes uniquement pour les Jeux. Ainsi, l’événement a souvent été utilisé comme accélérateur de projet voulus par les institutions. Toutes les parties prenantes ont joué un rôle et ont amené leur contribution d’une manière ou d’une autre aux trois piliers de la durabilité : économique, social et environnemental.

Economique

Du point de vue économique, Lausanne 2020 a été l’accélérateur d’un grand nombre de projets identifiés comme importants et utiles sur le long terme, aux communautés locales.

Vortex, le Village Olympique de la Jeunesse de Lausanne est évidemment l’exemple souvent cité. Le besoin de logements d’étudiant est vif dans la région, et le projet Lausanne 2020 a permis de regrouper les investissements nécessaires à la construction d’un complexe de logements pour l’Université de Lausanne. Ces logements pouvant servir de village olympique de la jeunesse pour la durée des Jeux. D’autres exemples sont le développement de nouvelles structures de remontées mécaniques aux Diablerets, permettant non seulement la mise à niveau de la piste de ski alpin, mais aussi de s’inscrire également dans la politique à long terme du développement touristique « quatre saisons » de la région. A Leysin, le redéveloppement du Snow Park, utilisé comme site olympique pendant les Jeux, permettra à la station de se repositionner comme centre freestyle en Suisse et en Europe.

Ce type de développements, durables dans leur approche, et facilités par une implication accrue de régions ayant perçu l’événement comme une opportunité de développement économique local, sont parmi les héritages les plus importants de Lausanne 2020.

Par ailleurs, Lausanne 2020 a voulu, de manière proactive, susciter des partenariats nouveaux ou peu usuels et les inscrire, autant que possible, dans le long terme. Cela a été le cas notamment de partenariats entre le sport et les milieux académiques (voir ci-dessous), entre le sport et la culture (notamment autour des projets En Jeux !), entre la Suisse et la France (échanges Jura français et vaudois). L’exemple Lausanne 2020 permettra à ces partenariats d’être plus fluides et plus fréquents dans le futur.

Social

Au niveau social, Lausanne 2020 identifie trois types d’héritage : l’implication de la société civile via l’école, la valorisation du volontariat via les volontaires ainsi que l’incitation au sport chez les jeunes.

Concernant l’école, l’approche construite par Lausanne 2020 avec les autorités publiques ont permis de tester des méthodes de collaboration dont les enseignements pourront être utiles aux prochains organisateurs d’événements. L’écosystème sportif national et international unique de la Captiale Olympique a bénéficié, lors de Lausanne 2020, de synergies avec le secteur académique qui étaient déjà en cours avant les Jeux, mais qui se sont intensifiées à l’occasion de ceux-ci. Que cela soit via l’école obligatoire, ou secondaire ou via les hautes écoles, les implications ont été différentes, mais toutes déterminantes. C’est un héritage important qui pourra être valorisé.

La Suisse a une réelle culture du volontariat. Lausanne 2020 en a grandement bénéficié et a permis de rafraichir une expertise existante, mais dynamisée à l’occasion des Jeux. Au total, 4’172 bénévoles ont participé aux Jeux, après que près du double a postulé lors de l’appel aux candidatures. Beaucoup ont notamment travaillé pour le comité d’organisation des mois, voire des années avant les Jeux (dès 2017 pour certains). Sans cette force, le comité d’organisation n’aurait pas pu mener à bien ce projet, et il leur est très reconnaissant. Reconnaissant non seulement pour leur travail, mais également et surtout pour leur état d’esprit. Ils étaient la face visible des Jeux, au contact des participants, qu’ils soient compétiteurs, coachs, journalistes, ou spectateurs. Leurs sourires, leur disponibilité, leur envie de bien faire a été extraordinaire. Les connaissances (re)développées à cette occasion sont un nouveau capital de connaissance qui sera très utile aux prochains organisateurs d’événements en Suisse.

Troisièmement, l’accès au sport chez les jeunes a été un élément important de l’héritage social mis en place avant les Jeux. Swiss Olympic a notamment créé des programmes visant à utiliser les valeurs olympiques et les éléments attractifs de Lausanne 2020 pour maximiser l’impact positif des JOJ sur ses programmes de développement.  Les fédérations nationales ont focalisé beaucoup de leurs activités en amont des Jeux sur Lausanne 2020. Au niveau local, des initiatives de la Ville de Lausanne (notamment « Sport Passion ») ont permis l’utilisation de la thématique olympique pour promouvoir les sports d’hiver aux enfants n’en ayant pas ou peu l’accès.

49521349938_d20b14fb71_k

Environnemental

Dans son ambition de livrer des Jeux responsables et dans la ligne soutenue par l’Agenda 2020 du CIO, Lausanne 2020 a plaidé pour l’utilisation des transports publics. En d’autres termes, aucun autre moyen de transport que le transport en commun n’a été proposé comme alternative aux comités nationaux olympiques. Une première pour des JOJ.
Une application mobile dédiée aux transports, « Guide me Yodli », proposait une utilisation facilitée des transports publics, autant pour les athlètes que pour les spectateurs. Elle indiquait également l’impact carbone créée par leur trajet, incitant ceux qui souhaitaient utiliser d’autres moyens de transport à limiter leur empreinte carbone.La majorité des délégations, soit 80% de leur personnel, ont suivi les recommandations et opté pour la mobilité douce, dont les avantages vont au-delà des bienfaits environnementaux. Les athlètes étaient fiers de pouvoir contribuer à protéger la planète et construire un avenir durable tout en participant aux compétitions sportives. De plus, les trajets étaient une occasion de faire connaissance avec les athlètes des autres pays, ce qui est une valeur essentielle aux JOJ.

Avant de pouvoir tenir les compétitions de ski de fond à la Vallée de Joux en janvier 2020, le site avait besoin d’être aménagé. S’agissant d’une zone protégée, des négociations ont été tenues sous l’égide du canton de Vaud avec la commune et deux associations environnementales. Un accord a finalement été trouvé et une convention prévoyant une remise en état complète du site à l’issue des JOJ a été signée entre toutes les parties. 

A Leysin, le réaménagement du lieu prévu pour les compétitions a nécessité d’importants travaux de terrassement au milieu de la montagne. Afin de garantir le soutien des associations environnementales, les autorités locales ont très rapidement intégré les défenseurs de la nature dans le projet, afin de construire avec eux le futur de cette zone. Ainsi, le projet s’est réalisé dans les temps à la satisfaction de toutes les parties. La Suisse dispose déjà d’un excellent système de recyclage dans la plupart des lieux publics à travers tout le pays, mais les efforts supplémentaires fournis par Lausanne 2020,

avec des centres de tri sur tous les sites. De plus, la stratégie de durabilité visait à éviter autant que possible les déchets, notamment dans le domaine de la restauration (par exemple, pas de vaisselle jetable autre que compostable, limitation des déchets alimentaires).

Enfin, le comité d’organisation a cherché, à chaque étape de sa planification, à trouver les solutions les plus durables et intelligentes possible, en collaboration avec le CIO et les Fédérations internationales.  Il a notamment été fier de pouvoir proposer l’organisation des compétitions de patinage de vitesse sur le lac gelé entièrement naturel de St. Moritz, afin d’éviter la construction temporaire à Lausanne d’une infrastructure gourmande en eau et énergie, comme il était prévu dans le dossier de candidature. L’utilisation des infrastructures remises à niveau pour l’occasion – du stade des Tuffes en France voisine a également permis d’éviter aux athlètes de parcourir de plus longues distances pour d’autres infrastructures en Suisse, tout en créant des partenariats forts pour le développement des disciplines nordiques en Suisse Romande (utilisation des tremplins gratuitement par les équipes Suisse pendant 20 ans).

« La première fois que j’ai pris le train et le bus, j’étais vraiment surpris de voir à quel point le temps passe vite », explique le skip norvégien Lukas Høstmælingen, qui a décroché l’or dans l’épreuve par équipes mixtes en curling. « Vous parlez avec des gens et rencontrez de nouvelles personnes ; c’est en fait un très bon endroit pour lier connaissance. J’ai donc trouvé vraiment génial de prendre les transports publics, sans compter que le voyage jusqu’aux montagnes est très beau ! »

Les volontaires

L’une des pierres angulaires de la démocratie participative suisse est ce qu’on appelle le système de milice, qui repose sur l’idée selon laquelle le citoyen qui en a les capacités assume des charges et des tâches publiques à titre extraprofessionnel et volontaire.

Ainsi, il existe en Suisse une forte volonté de s’engager bénévolement et, comme mentionné plus haut, Lausanne 2020 a eu la chance de pouvoir compter sur des volontaires long-terme, engagés depuis sa création. A titre d’exemple, en printemps 2016, un juge cantonal partant à la retraite était prêt à aider gratuitement le comité d’organisation, d’abord à temps partiel puis à plein temps pour la période les Jeux. Il est devenu le Responsable juridique de Lausanne 2020. L’activation très tôt de volontaires ponctuels était aussi une façon pour Lausanne 2020 d’engager la population en amont des Jeux et continuer à créer cet engouement. Accueillir dans l’équipe le Responsable volontaires en 2017 (trois ans avant les Jeux) en était l’illustration parfaite. Très vite, des groupes de volontaires se sont créés dans divers domaines et ont apporté leur soutien selon leur disponibilité et les besoins du comité d’organisation.

Cela également avec les membres du Conseil des Jeunes Lausanne 2020, qui ont toujours soutenu le comité d’organisation avec grand enthousiasme.

Implication des volontaires avant les Jeux

  • Linguistique : Traduction des news, documents courts 
  • Photographie : Mandats lors d’événements spéciaux 
  • Mascotte : Animation de la mascotte depuis le 8 janvier 2019 
  • Promotion : Gestion et tenue de stands promotionnels
  • Général : Aide au déménagement des bureaux, etc.
  • Montage du Village : Aide au montage des meubles du village olympique de la jeunesse

La plus grande action d’engagement de volontaires avant les Jeux. a eu lieu le vendredi 1er novembre 2019. Ce jour-là,850 volontaires se sont réunis au village olympique de la Jeunesse de Lausanne – le Vortex – répondant à l’appel du comité d’organisation pour meubler le bâtiment inauguré la veille. Grâce à l’aide de quelques centaines d’employés de partenaires régionaux et du CIO, le village olympique de la Jeunesse a pu, en un seul week-end, être préparé à l’arrivée des 1784 athlètes et accompagnants qui y ont logé en janvier 2020. Encadrés par 50 coachs mis à disposition par IKEA, partenaire de Lausanne 2020, ils se sont attelés au montage des meubles de la marque suédoise afin d’équiper plus de 900 chambres. Sur huit étages, l’énergie positive des volontaires s’est propagée, plongeant le bâtiment dans l’esprit de Lausanne 2020.

Depuis le 21 octobre 2019, une équipe était à l’œuvre pour distribuer les 26 000 paquets de meubles dans l’ensemble du bâtiment totalisant 125 tonnes de matériel. Avec l’aide de partenaires régionaux, des Sapeur Pompiers de Lausanne et des volontaires de Lausanne 2020, un travail de préparation colossal a été effectué afin de faciliter les opérations de montage.

L’activation des volontaires et leur implication dans la préparation des Jeux a été un point central du succès et de la réussite populaire des JOJ 2020.

L’ouverture officielle des inscriptions en juin 2019 s’est faite dans un magnifique engouement et le nombre d’inscriptions a très vite été atteint.Pendant les Jeux, l’engagement des volontaires a été l’une des clés du succès populaire des JOJ 2020. Plus de 4000 volontaires ont été actifs la vingtaine de domaines traditionnels (technologie, accréditation, arrivées et départs, restauration, sport, etc.).

2.2 Engager et fédérer

Comme vu précédemment, Lausanne 2020 a investi beaucoup de temps et d’énergie dans la promotion et la communication du projet, sillonnant le territoire et tenant des conférences à répétition devant les assemblées les plus disparates. 

Le but : mettre le feu et vendre le rêve des Jeux, pour le partager avec tous ceux qui auraient voulu cueillir l’opportunité et rejoindre l’aventure.

La communication

Une communication stratégique, phasée et ciblée

La communication de Lausanne 2020 a été pilotée par la même équipe depuis la genèse du projet (la candidature) jusqu’à sa livraison (plus précisément depuis). Ceci a permis d’établir une cohérence du positionnement et des messages tout au long du projet. 

La communication a été clairement phasée en trois types d’activités. Il a fallu :

  • informer (répondre aux questions « que sont les JOJ ? », « où et quand ont-ils lieu ? », etc.)
  • promouvoir (« pourquoi devrais-je m’y intéresser » ?) et enfin 
  • activer (« comment puis-je m’engager, aller voir des compétitions, prendre part à la fête » ?).

En parallèle, la relation particulière entre la Suisse, la Capitale Olympique et le Mouvement Olympique a nécessité une grande quantité de communication institutionnelle. 

Ces éléments ont nécessité l’identification de plusieurs public cibles (jeunes parents, jeunes, médias, institutions académiques, publiques, etc.) qui tous ont été traités de manière individuelle, mais intégrée.

Pour le public « adulte » et institutionnel, Lausanne 2020 s’est positionné comme un événement Olympique d’un type nouveau, permettant le test d’idées innovante pour le futur des Jeux, un événement promouvant la jeunesse, la formation, et mettant en avant une Suisse jeune, sportive et innovante. 

Pour les plus jeunes, Lausanne 2020 était positionné comme une opportunité de saisir sa chance, d’entreprendre et de s’exprimer, sur ou en dehors d’une aire de compétition, le tout via le slogan « Start Now ».

Les sites hôtes

Aspects organisationnels et politiques

Les sites, représentés par des instances politiques (des municipalités en Suisse et leur canton respectif, la République Française pour le site des Tuffes), ont ainsi pu développer un attachement particulier au projet. Ils se sont appropriés non seulement la planification et la mise sur pied des compétitions prévues sur leur territoire, mais aussi les opportunités offertes par les JOJ en termes de développement, d’engagement de la population et d’apprentissage. Cela a permis un ancrage social et politique ample et profond dans le territoire, un soutien et un engagement importants pour la réussite de l’organisation de l’événement mais aussi de son grand succès populaire. La participation active des sites hôtes à la conception, planification et préparation des JOJ a aussi permis un allégement des structures centrales et garanti que tout investissement soit fait dans la logique de développement local, ce qui rend l’héritage des Jeux plus effectif et efficace.

La Capitale Olympique possède une vocation sportive indéniable. C’est non seulement le haut lieu de la gestion du sport international, mais aussi l’hôte de multiples manifestations et compétitions. Une ville dont la population aime bouger. Les autorités locales ont voulu faire des JOJ l’opportunité pour Lausanne de vivre sa passion pour le sport. Et les JOJ sont devenus une passion pour Lausanne et sa population. 

Le village olympique de la Jeunesse implanté dans le campus universitaire et accueilli par un tout nouveau et unique bâtiment, prévu pour ensuite accueillir les étudiants. Une Place des Médailles pensée au cœur de la Ville et une mobilité facilitée pour tous, afin de rendre la ville une seule et gigantesque expérience Olympique.Les tournois de hockey sur glace, tenus dans le tout nouvel écrin de la Vaudoise Aréna, un centre multisport planifié depuis de nombreuses années et dont la construction a été accélérée par les Jeux. Les compétitions de patinage artistiques et patinage de vitesse sur piste courte, dans une patinoire temporaire mais déjà existante avant les JOJ et dont le comité d’organisation a pu profiter. Un festival urbain sportif et culturel qui envahit la ville, implique et engage la population, le public en le rendant participant des Jeux et non simple spectateur. Un investissement propre de la Ville et étroitement coordonné avec le comité d’organisation. 

La vision de Lausanne pour ses Jeux a été innovante et ambitieuse. Sa force s’est déclarée dans la grande adhésion au projet de la part des différents acteurs sportif, culturels et sociaux de la ville. Le monde du sport, les athlètes participants, les officiels, les médias et tout autre client, auront eu l’opportunité de vivre l’esprit Olympique à la maison du Mouvement Olympique.

Le choix du comité d’organisation d’organiser les compétitions de biathlon, saut à ski et combiné nordique au Stade nordique des Tuffes, en France, a été dicté par un souci de durabilité. L’utilisation d’une installation de classe internationale, qui n’existait pas dans l’ouest de la Suisse, mais aussi le fait de pouvoir s’appuyer sur une compétence et une motivation hors norme, ont facilité la collaboration avec le comité local. 

La volonté des autorités françaises de partager l’expérience et l’engouement de la communauté du Jura pour le projet, a ensuite créé la magie et fait oublier les frontières. C’est ainsi que le Centre National de Sport de Moyenne Montagne et la station des Rousses se sont appropriés le projet, en engageant écoles, clubs et autres institutions dans la préparation des Jeux et dans la promotion des valeurs Olympiques.

La Vallée de Joux est un paysage naturel et idyllique, avec une histoire et une tradition de ski nordique très fortes. 

Les autorités locales ont vu dans les JOJ l’opportunité de relancer ces activités et de redynamiser l’image d’une région trop souvent sous-évaluée. Les institutions politiques, tout comme les associations régionales, se sont donc engagées complètement dans le projet et ont investi des ressources importantes pour développer un site de compétition tout en respectant un maximum le paysage et l’environnement unique. 

Le site de compétition a donc été principalement conçu pour être temporaire, mais les travaux effectués sur le terrain permettront un futur développement d’activités destinées aux jeunes et au grand public.

Depuis la candidature, le site de la Vallée de Joux a multiplié les actions de promotion des valeurs Olympiques et des JOJ, en engageant tous les acteurs du territoire. Le comité local d’organisation aura donc pu compter sur une large base et une motivation hors norme qui l’aura aidé à organiser un grand nombre d’activités parallèles lors des JOJ. Des compétitions nationales et régionales ont même eu lieu sur les parcours officiels durant la période des Jeux.

Des nouveau tracés, l’acquisition d’importantes expériences, le soutien de la Fédération nationale Swiss-Ski et un engouement authentique auront permis au ski nordique de retrouver sa maison à la Vallée de Joux.

Les Diablerets est une station de ski historique aux multiples atouts, qui possède un attrait tout particulier dans la région. Ancien hôte de course de Coupe du Monde mais non homologuée depuis longtemps, le village et le domaine skiable ont vite reconnu l’opportunité représentée par Lausanne 2020. 

Le défi : remettre à niveau les installations des remontées mécaniques, en profitant d’améliorer l’accès à la montagne aux quatre saisons. Se munir d’une piste homologuée et utilisable tout l’hiver comme lieu d’entraînement pour le ski régional. Acquérir l’expertise et les connaissances nécessaires pour se repositionner comme site d’importance nationale, voire internationale, pour le ski alpin. 

Les travaux entrepris auront permis d’améliorer les installations nécessaires à la station, alors que le site de compétition de Lausanne 2020 aura été principalement conçu de manière temporaire ou en s’appuyant sur les infrastructures du village.

Le soutien des autorités régionales, mais aussi l’engagement de Swiss-Ski et de Swiss Olympic, ont permis au comité local non seulement d’être prêt à temps pour les Jeux, mais aussi de jeter les bases pour un brillant futur dans le ski alpin, les sports d’hiver et des autres saisons aussi.

Cette station de ski avec vue sur le lac Léman a un passé de festival rock & roll l’été et de compétition freestyle sur ses neiges. Les Jeux de Lausanne 2020 pour Leysin ont représenté depuis le début une opportunité de se repositionner dans le paysage des disciplines freestyle. Les investissements pour la rénovation et mise à niveau du snowparc, mais aussi d’autres projets parallèles aux Jeux pour le développement des installations, en font preuve. La gestion des défis liés à un site de compétition placé en plein milieu des pistes de ski, atteignable seulement par télésiège ou, a montré le degré d’engagement du site hôte.Un comité local jeune, une nouvelle génération d’organisateurs, avec une grande envie d’apprendre, soutenus par les autorités. Une envie d’engagement, de participation et un grand nombre d’initiatives locales. Dynamisme et joie ont caractérisé l’aventure de Leysin aux Jeux.

La station de ski accueille plusieurs événements sportifs et culturels tout au long de l’année. Villars présente donc plusieurs visages et personnalités et garantit une grande expérience événementielle. 

Le village est la maison de Fanny Smith, championne de skicross et ambassadrice de Lausanne 2020, qui a découvert sa discipline sur ces pistes, où des compétions internationales se tiennent depuis plusieurs années.

D’autre part, un groupe de passionnés y a introduit le ski alpinisme de compétition, en organisant des épreuves ouvertes au grand public, mais aussi des courses Coupes du Monde, et en 2019 les Championnats du Monde de la discipline. Le comité local du site hôte de Villars s’est donc caractérisé par la diversité de ces disciplines et cultures, une variété qui s’est révélée aussi dans la volonté de proposer un programme d’activités parallèles très hétérogène. Tout l’esprit de Villars. Le site de compétition, placé au cœur du domaine skiable et joignable en hiver seulement par le biais d’un train à crémaillère, a offert son lot de défis logistiques, maîtrisé grâce à l’expertise et l’engagement de la communauté locale.

Le Palladium de Champéry a été l’écrin de plusieurs importantes compétitions de curling par le passé. Championnats d’Europe, du Monde, tout comme les Curling Masters annuels, ont fait de ce lieu, la maison suisse du curling. Mais l’engagement de Champéry ne s’est pas limité au centre sportif. Toute la communauté de ce village de montagne s’est investie dans le projet, fascinée par le rêve Olympique et par l’opportunité d’acquérir une nouvelle dimension. Les compétences organisationnelles, sportives, mais aussi la relation avec la World Curling Federation, ont permis une planification fluide de l’événement. Ainsi, la transformation temporaire de la patinoire en stade de curling, tout comme la gestion du site de compétition pendant les Jeux, ont été maitrisé avec facilité. La motivation et l’enthousiasme autour du projet ont généré un engagement sincère et authentique et donné naissance à un grand nombre d’initiatives de promotion du sport et des valeurs Olympiques, déjà pendant la phase de planification des Jeux.

St. Moritz est le berceau des sports d’hiver. C’est dans la mythique station d’Engadine que le ski s’est développé en Suisse et dans les Alpes, que le bobsleigh et le skeleton ont été inventé et que de nombreuses autres innovations ont eu lieu. Dans son histoire, St. Moritz a été hôte d’une impressionnante liste d’événements majeurs et surtout de deux Jeux Olympiques d’hiver, en 1928 et 1948. 

Avec la volonté des Fédérations Internationales de bobsleigh et skeleton, ainsi que celle de luge de faire partie du programme sportif des JOJ 2020, et avec la décision du comité d’organisation de ne pas tenir les compétitions de patinage de vitesse à Lausanne, St. Moritz a rapidement été retenu comme une alternative idéale à plusieurs niveaux pour Lausanne 2020. Accueillir les JOJ était l’opportunité unique de raconter l‘histoire Olympique unique du lieu, ramener ces sports à ses origines, promouvoir un retour à la nature pour trois sports ainsi que de faire de Lausanne 2020 un évènement national.

Le comité local et les autorités locales se sont lancés dans l’aventure de Lausanne 2020 avec grande motivation, en profitant de la légendaire Olympia Bobrun et de son statut international, mais aussi en mettant à profit leur vocation d’innovateurs et leur fort lien à une nature unique. C’est ainsi que le projet d’une piste de patinage de vitesse sur le lac glacé est né et a pu se réaliser en profitant de l’expertise locale des multiples événements tenus sur cette même surface.

St. Moritz se trouve néanmoins à plus de 400 km de route et 6 heures de train de Lausanne. Il est donc apparu évident que la station grisonne serait plus qu’un simple site de compétition et offrirait une expérience Olympique complète aux athlètes et officiels participants, mais aussi à tout autre client. 

La conception d’un deuxième village olympique de la Jeunesse, occupant une auberge de jeunesse, la création d’une Place des Médailles et cérémonies et la mise en place des différents autres programmes et services aux Jeux à St. Moritz, ont rendu ce site particulièrement important et créé un lien étroit traversant la Suisse. 

Un hub Olympique s’est établi en Engadine et a permis à la ville de mettre en avant ses atouts uniques et aux participants de vivre une expérience unique.

Des Jeux binationaux

Niché dans les montagnes du Jura français, le Stade nordique Jason Lamy-Chappuis aux Tuffes, station des Rousses, accueille les athlètes et visiteurs dans un cadre naturel et varié, entre lac et forêt. A quelques kilomètres seulement de la frontière avec la Suisse, la station française des Rousses propose aux sportifs amateurs ou confirmés différents domaines de ski, randonnées ou circuits de vélo.  Le Stade des Tuffes est à proximité du centre national d’entraînement porté par le Centre National de Ski Nordique et de Moyenne Montagne (CNSNMM) : un domaine complet qui permet, été comme hiver, de s’entraîner sur les différentes disciplines nordiques. La Fédération française a basé l’entraînement des équipes de France de ski de fond, combiné nordique, biathlon et saut à ski au CNSNMM. Martin Fourcade, sportif français le plus titré des Jeux Olympiques, été et hiver confondus, avec un total de sept médailles Olympiques, cinq en or et deux en argent remportées en biathlon, s’y entraînait dans des conditions optimales pour préparer les JO. Depuis le début du projet, l’utilisation de cet équipement sportif français entrait dans la logique de coopération et de partage entre les équipes suisses romandes et françaises. Cette collaboration a été lancée au début des années 2000 et permettait à la fois un partage des expériences des deux équipes, mais aussi et surtout d’optimiser l’utilisation et l’exploitation d’équipements sportifs tels que le stade de biathlon ou les tremplins de saut à ski.L’excellente collaboration avec les autorités de la région (Préfecture, Sous-Préfecture), les services de l’état (Gendarmerie, secours) ainsi que l’engagement des services douaniers des deux pays et la relation naturelle et forte existante entre la Suisse et la France dans cette région ont permis aux épreuves des Tuffes d’être un grand succès opérationnel et populaire.

Les JOJ, un accélérateur de projet

Les JOJ ont été un accélérateur pour le site du CNSNMM qui a modernisé ses installations sportives répondant aux plus hautes exigences des quatre disciplines nordiques sur un seul et même site : nouveau tremplin, pas de tir de biathlon modernisé, snowfarming, pistes modifiées, nouveaux bâtiments, etc. De nombreuses compétitions internationales auront lieu dans les années post-JOJ, et pour cela une association a été créée, regroupant 15 clubs de ski du Jura avec environ 500 volontaires. Cette collaboration va permettre au site de s’inscrire parmi les hauts lieux du ski nordique avec une accélération de l’accès à la pratique et au développement du sport de haut niveau.

Premier relais Olympique binational

Enthousiasmés par les liens tissés entre les deux sites, le premier relais transfrontalier de l’histoire a été organisé entre la station des Rousses et la Vallée de Joux en présence d’athlètes, des autorités locales ainsi que de représentants du Comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024. Après son arrivée en France, la Flamme Olympique de Lausanne 2020 a donc franchi la frontière franco-suisse, un moment symbolique pour ces premiers Jeux Olympiques binationaux.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à lire l’encart dédié à ce relais à la page

20 ans de gratuité pour les Suisses romands

La tenue des JOJ a permis la signature d’un accord transfrontalier entre le département du Jura français et les équipes de ski nordique suisses, accord en vertu duquel ces dernières pourront utiliser gratuitement, pendant les vingt prochaines années, les installations rénovées du Stade des Tuffes qui ont accueilli les épreuves de saut à ski, de biathlon et de combiné nordique.

Amitiés créées entre Français et Suisses

Grâce aux JOJ, une coopération s’est engagée entre la Vallée de Joux, située dans la même région, du côté suisse, et le site des Tuffes sur différents sujets, dont voici quelques exemples : une formation commune a été mise en place pour les volontaires suisses et français afin de leurs faire obtenir le diplôme de juges de biathlon. Il y a eu des volontaires suisses dans les organigrammes des compétitions en France. Des échanges d’expériences et de compétences ont eu lieu entre les deux sites par exemple via le concept de snowfarming qui permet de stocker de la neige d’année en année de manière 100% naturelle. Enfin, des projets éducatifs avec les écoles ont été organisés conjointement entre la Vallée de Joux et la France. Les Jeux ont eu un impact réellement positif sur divers aspects du côté Jura français alors que du côté suisse, ils ont permis la redynamisation de la pratique des disciplines nordiques, pour le plus grand plaisir des habitants de la Vallée de Joux.

L’impact de Lausanne 2020 pour le sport dans le Jura français, une émission de France Télévisions

Expérience transfrontalière des transports

Pour les transports, l’expérience transfrontalière a représenté un enjeu, facilité par les bonnes relations usuelles entre la France et la Suisse. Pour relier le Village Olympique de la Jeunesse de Lausanne au site des Tuffes, des navettes spéciales par bus ont été mises en place. Les horaires avaient été communiqués au préalable au poste de douane concerné afin de permettre un passage sans encombre. Un deuxième poste de douane était également prévenu en cas de déviation (accident, embouteillages sur l’autoroute, etc.)

Madame la Ministre des sports, Roxana Maracineanu, a tenu à manifester sa joie de participer à ces premiers JOJ binationaux : « Cette collaboration est intéressante sur sa partie héritage. Le Jura est un territoire clairement transfrontalier et ce type de relation permettra d’aller sur des dispositifs de jumelage entre les écoles, entre les associations sportives… et le sport est un formidable outil pour ça. »

Convention de collaboration avec Paris 2024

Une collaboration apparaissait comme une évidence pour le comité d’organisation des JOJ de Lausanne 2020 et le comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 qui, outre leur proximité géographique et culturelle, partageaient de nombreuses valeurs et ambitions communes. Lausanne 2020 et Paris 2024 ont construit leur projet en portant des engagements forts, notamment en termes d’excellence environnementale, d’innovation et de durabilité, en s’appuyant largement sur des structures déjà existantes ou temporaires. Les deux comités ont également fait de l’engagement des populations, pour des Jeux ouverts et accessibles, leurs priorités. Une convention de collaboration portant sur un partage d’expertise et de bonnes pratiques, visant une organisation et une livraison efficace et innovante des Jeux, a été signée le 9 avril 2019 à l’Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance (INSEP). Virginie Faivre et Ian Logan, respectivement Présidente et Directeur général de Lausanne 2020, ainsi que Tony Estanguet et Etienne Thobois, respectivement Président et Directeur général de Paris 2024, se sont retrouvés à Paris pour l’occasion.

Cette collaboration s’inscrivait dans la droite ligne des recommandations de l’Agenda 2020 du CIO, qui entend favoriser les rapprochements et les échanges entre les différents comités, pour une organisation optimisée des Jeux. Cette signature illustrait le lien très fort qui unit désormais le CIO et les villes organisatrices, dans une ambition commune de co-construction.

Quatre grandes thématiques
L’engagement autour des Jeux : Lausanne 2020 et Paris 2024 ont appuyé réciproquement leurs actions en matière d’engagement des populations et d’éducation. Paris 2024 a ainsi pu contribuer à mobiliser les établissements scolaires du Jura et des autres départements limitrophes français, notamment dans le cadre de la Semaine Olympique et Paralympique dans les écoles, autour des JOJ de Lausanne 2020.
Un partage d’expertises et de bonnes pratiques : Cette coopération technique portait principalement sur les services aux Jeux, l’héritage, le développement durable, l’engagement et l’innovation.
Des collaborations dans le domaine des ressources humaines : Le partage d’expérience et de compétence, en termes RH comme au niveau des volontaires, a été valorisé et facilité entre les deux comités.
Communication et promotion des événements : Chaque comité a pu déployer des actions spécifiques visant à promouvoir et à renforcer la visibilité de l’autre événement.

Premier relais binational des JOJ

Enthousiasmés par les liens tissés entre les deux sites, le premier relais transfrontalier de l’histoire des JOJ a été organisé entre la station des Rousses et la Vallée de Joux en présence d’athlètes, des autorités locales ainsi que de représentants du comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024. Après son arrivée en France, la Flamme Olympique de Lausanne 2020 a donc franchi la frontière franco-suisse, un moment symbolique pour ces premiers JOJ binationaux.

Expérience transfrontalière des transports

Pour les transports, l’expérience transfrontalière a représenté un enjeu, facilité par les bonnes relations usuelles entre la France et la Suisse. Pour relier le village olympique de la Jeunesse de Lausanne au site des Tuffes, des navettes spéciales par bus ont été mises en place. Les horaires avaient été communiqués au préalable au poste de douane concerné afin de permettre un passage sans encombre. Un deuxième poste de douane était également prévenu en cas de déviation (accident, embouteillages sur l’autoroute, etc.)

L’implication des écoles

L’engagement des écoles comme pierre angulaire du succès des Jeux

Les JOJ représentent une magnifique opportunité pour atteindre et inspirer la nouvelle génération. Lausanne 2020 souhaitait offrir aux jeunes acteurs locaux l’opportunité de jouer un rôle actif avant et pendant les Jeux. Les établissements scolaires de l’enseignement obligatoire du canton de Vaud et de l’enseignement privé se sont associés depuis 2016 déjà, et ce, au travers de multiples projets pédagogiques. En voici quelques-uns :
Radiobus

Parmi les actions menées à l’échelle cantonale, les élèves de l’enseignement obligatoire ont préparé, réalisé, et diffusé des émissions de radio sur Lausanne 2020. Ils ont par ailleurs couvert l’événement en ayant des antennes sur chaque site de compétition et en travaillant sur un journal.

Echanges linguistiques
Vivre dans un pays qui a quatre langues officielles est une chance et les élèves de l’enseignement obligatoire ont su la saisir. Ils ont pu participer à des échanges linguistiques avec des élèves d’autres cantons pour pratiquer l’italien ou l’allemand. Des échanges étaient prévus avant les Jeux dans le canton partenaire et en 2020, pendant les Jeux, dans le canton de Vaud, pour vivre les compétitions.
Dessins pour les athlètes

Les élèves entre quatre à huit ans ont décoré les chambres des athlètes avec des dessins inspirés des paysages enneigés des montagnes suisses, des valeurs Olympiques et des sports d’hiver. Plus de 800 dessins, accompagnés d’un QR code avec une vidéo faite par les élèves souhaitant bonne chance aux athlètes, ont été déposés dans les chambres du village olympique de la Jeunesse. Une multitude de projets ont vu le jour avant les JOJ, et pas uniquement dans le canton de Vaud. Le but principal des projets était de faire des élèves des acteurs des JOJ et de les préparer pour l’événement en 2020.

Dossiers pédagogiques
Plusieurs acteurs ont contribué aux multiples dossiers pédagogiques élaborés en lien avec les JOJ Lausanne 2020. Des sujets comme l’histoire des Jeux Olympiques, rétrospective des JOJ d’hiver, analyse des skis et du casque (design, fabrication, etc.) ont entre autres été traités dans les documents pédagogiques permettant d’amener l’Olympisme dans les écoles.
L’école romande d’art et communication (éracom) et ses apprentis ont travaillé avec Lausanne 2020 depuis 2017 pour imaginer trois éléments emblématiques des JOJ : la mascotte, l’identité visuelle et les pictogrammes.

Quelques anecdotes sur le processus de création de la chère mascotte Yodli :

  • 140 apprentis de différentes filières (interactive media design, graphisme et création de vêtements) ont travaillé sur la mascotte et une vingtaine de projets de mascotte ont été proposés.
  • 5 projets ont été présélectionnés et présentés à des élèves de 11 à 15 ans pour avoir leur avis et faire des modifications sur les dessins.
  • 500 jeunes athlètes (12 à 18 ans) de Swiss Olympic ont fait le choix de la mascotte parmi deux projets. Ils ont choisi Yodli qui est un animal hybride, composé de plusieurs animaux emblématiques vivant dans les montagnes suisses : une vache, une chèvre et un Saint-Bernard. Côté couleurs, les apprentis se sont inspirés de tons que l’on retrouve dans la nature helvétique, notamment le bleu pour le ciel ou le lac, le gris pour la pierre des montagnes. Cette palette intègre également une touche discrète de jaune rappelant des plats au fromage typiquement suisses, comme la raclette ou la fondue.
  • Le nom de Yodli a été trouvé par un groupe d’enfants (10 et 12 ans) ayant participé à un workshop pour aider le comité d’organisation dans cette recherche. Le nom est inspiré du yodel, une technique de chant interprétée en Suisse et dans une partie de la France, les deux pays où se sont déroulés les Jeux.

Représentation des sports et disciplines – les pictogrammes :
Les pictogrammes de Lausanne 2020 ont été présentés 300 jours avant le coup d’envoi des JOJ, et sont eux aussi le fruit du travail de l’éracom. Ce sont en tout 36 apprentis qui ont collaboré une année durant pour présenter leurs projets. Le projet retenu a été celui de Mélanie Schiller qui comprend 16 pictogrammes, représentant chacune des disciplines des huit sports au programme de Lausanne 2020.

L’identité visuelle des Jeux – Les couleurs de Lausanne 2020 : Communément appelée dans le jargon Olympique « Look of the Games », l’identité visuelle est la représentation graphique de l’identité des Jeux déclinée et présente partout (uniformes, podium, oriflammes, bâches, sites de compétition, aéroports, gares, voitures, médailles, etc.). Quelque 50 apprentis de la filière graphisme ont été impliqués dans le projet depuis août 2017. Elsa Bersier, qui a créé le look gagnant, s’est inspirée des traces laissées par les skis sur la neige et par les patins sur la glace pour créer l’identité visuelle de Lausanne 2020.

Trois éléments hautement symboliques d’un événement Olympique sont le fruit d’une collaboration entre trois écoles. En effet, les étudiants de l’Ecole cantonale d’art de Lausanne (ECAL) ont imaginé le design de la vasque olympique, des plateaux des médailles et des podiums. Les apprentis de l’Ecole de la Construction et du Centre de formation des Services industriels de Lausanne (C-FOR) se sont quant à eux chargés de la construction de la vasque et la fabrication des podiums.

Une classe d’étudiants en Bachelor en design industriel a travaillé sur le design des trois projets et un peu plus d’une soixantaine de projets ont été proposés fin 2018, mais le jury a dû faire un choix :

– Podium : le jury a été captivé par le podium proposé par Estelle Rougerie, Théo Luvisotto et Louis Bétin. Leur projet appelé « relief », juxtapose trois silhouettes de panoramas (Jura, Alpes vaudoises et St. Moritz) où se sont déroulées les compétitions.

– Plateaux des médailles : le projet d’Olivia Dall’Omo, retenu par le jury, consiste en un tricot qui recouvre un plateau accompagné de moufles. L’ensemble est aux couleurs du fameux bonnet bleu de Lausanne 2020.

– Vasque olympique : « Ride it ! », le projet de François Lafortune, a séduit car il est inspiré de la culture du freeski et de l’univers proche de snowparks. François imaginait que la vasque puisse rester de manière pérenne en étant convertie en skatepark à disposition des Lausannois après les JOJ.

Cette vasque a été une première dans l’histoire Olympique car elle était alimentée par un combustible éco-responsable. Cette innovation écologique a été le résultat d’un partenariat inédit entre plusieurs organismes de la région vaudoise dont le Lignum Vaud (regroupant tous les acteurs régionaux de la filière du bois) qui s’est attelée à la conception et à la fabrication du brûleur en faisant appel aussi à des d’ingénieurs de la Haute École d’Ingénierie et de Gestion du canton de Vaud (HEIG-VD). En effet, la vasque olympique était alimentée par des pellets de bois suisse, faisant d’elle la plus éco-responsable de l’histoire des Jeux Olympiques.

Après un premier test mené lors des JOJ Buenos Aires 2018, l’Université de Lausanne (UNIL), l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), la Haute école de santé Vaud (HESAV), le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) et l’Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance (INSEP) ont contribué à la mise en œuvre du programme éducatif pour les athlètes (Athlete 365), en collaboration étroite avec Lausanne 2020 et le CIO. 

Une trentaine d’étudiants de l’Ecole Hôtelière de Lausanne (EHL) s’est penchée sur différentes thématiques des JOJ pour y apporter des solutions innovantes. Le comité d’organisation a ensuite pu se baser sur les concepts réalisés par les étudiants pour la mise en œuvre.

Quatre sujets principaux ont été développés par les étudiants :

  • La restauration : avec pour but de proposer une solution innovante en matière de nutrition pour les athlètes.
  • Le concept de l’expérience des athlètes au village olympique de la Jeunesse : ils avaient pour mission de proposer une liste détaillée des services et activités qui seraient à la disposition des résidents du village olympique de la Jeunesse, c’est-à-dire les athlètes et leur équipe. 
  • Volontaires : analyse de leurs attentes concernant leur hébergement, distribution des uniformes, entre autres, afin de développer un concept pour la gestion des 4172 volontaires.
  • Gestion opérationnelle du Vortex : réflexion concrète sur la gestion opérationnelle de ce village olympique de la Jeunesse, considéré comme le 11ème hôtel le plus grand d’Europe. 

Lausanne 2020 et la Haute école de musique Vaud Valais Fribourg (HeMU) ont lancé un concours pour composer la chanson officielle des Jeux. Etudiants et alumni de l’HeMU ont été invités à imaginer la musique qui allait accompagner les meilleurs jeunes athlètes du monde durant cet événement unique. C’est finalement la chanson de Gaspard Colin, ancien étudiant du département Jazz, qui a séduit le jury par sa dynamique et ses éléments suisses. Incluant cor des Alpes, les quatre langues nationales (le français, l’allemand, l’italien et le romanche), ainsi que l’anglais pour le côté international, la chanson représente parfaitement le pays hôte. 

Quant à la musique des cérémonies de remises des médailles, elle a aussi été conçue par un étudiant de l’HeMU, Leo Fumagalli, dans le cadre de son cursus académique. La musique a été enregistrée par une soixantaine d’étudiants musiciens classique (violonistes, violoncellistes, clarinettistes, trompettistes, entre autres).

Ce court slogan, issu du « This is where it starts » (« C’est là que tout commence ») de la période de candidature de Lausanne 2020 ciblait non seulement les jeunes athlètes en lice aux Jeux, mais aussi les jeunes vivant en Suisse et partout dans le monde.

 Pour les athlètes, Lausanne 2020 marquait le début d’une nouvelle page de vie et d’une carrière sur l’aire de compétition ou en dehors. Le début, aussi, de nouvelles amitiés, de nouvelles ambitions et le commencement d’une passion Olympique.

 Pour les jeunes spectateurs de Lausanne 2020, les Jeux étaient le début d’une inspiration nouvelle face à l’esprit des Jeux Olympiques. « Start now » s’adressait également aux audiences plus âgées, représentant non seulement le début d’une nouvelle ère pour le statut Olympique de la Ville de Lausanne et du canton de Vaud, mais aussi l’émergence de nouveaux talents et d’une nouvelle Suisse – une Suisse jeune, innovante, et faisant confiance à sa jeunesse.

 « Start now » a également été le titre et le thème de la chanson officielle de Lausanne 2020, composée par Gaspard Colin, ancien étudiant de la Haute école de musique Vaud Valais Fribourg (HeMU).

C’est au début du projet que Lausanne 2020 s’est approché de la HEIG-VD afin de leur fournir les outils nécessaires au développement du site internet des JOJ. Ce projet a fait l’objet d’un travail de semestre pour une classe d’étudiants. 

Le corps enseignant de cette école était également à la base du concept du brûleur à pellets de bois qui a été développé pour fournir la Flamme Olympique le temps des Jeux. Ce brûleur, unique en son genre, est complétement autonome et produit son propre gaz grâce à la combustion de pellets de bois.

L’apprentissage est un pilier du système de la formation en Suisse et c’est pour cela que Lausanne 2020 a impliqué un peu plus de 40 apprentis (ébénistes, menuisiers, charpentiers, peintres, polymécaniciens, automaticiens, constructeurs d’appareils industriels, etc.) de l’Ecole de la Construction et du C-FOR pour la construction de la vasque olympique et la fabrication des podiums. Plus de 2000 heures de production ont été nécessaires pour arriver au résultat final d’un projet ayant commencé en 2019.

L’Académie Van Wagner est un programme éducatif conçu pour enseigner aux jeunes professionnels les techniques de production, y compris la scénarisation, le show-calling, la production sur place, la production vidéo et plus encore, pour la livraison de la présentation sportive des JOJ Lausanne 2020. En collaboration avec le comité d’organisation, l’Académie Van Wagner a sélectionné une cinquantaine d’élèves du secondaire et des universités locales qui ont eu la chance d’apprendre des meilleurs professionnels de la présentation sportive.

Conformément à la mission de Lausanne 2020 d’être un événement créé pour les jeunes, par les jeunes et avec les jeunes, les étudiants participant au programme ont eu l’occasion unique d’appliquer leurs nouvelles compétences à travers les Jeux.

Une vingtaine d’étudiants de l’école suisse de communication, le SAWI, tous en formation Bachelor en Marketing et Communication ou en Sport Management ont collaboré à la production et à la livraison de la communication digitale de Lausanne 2020 pendant les JOJ. Présents sur chacun des sites de compétition, ils ont pu, sous la direction du Responsable des réseaux sociaux de Lausanne 2020, générer des contenus, faire des montages et participer à la diffusion de ceux-ci en temps réel. Ce cas pratique leur a permis de vivre une application réelle de la communication digitale événementielle, dans le cadre Olympique. Leur apport a été très apprécié de l’équipe de communication de Lausanne 2020.

Une quarantaine d’étudiants de l’Académie internationale des sciences et techniques du sport (AISTS) participant au Master en management du sport et venant de 23 nationalités différentes ont pu vivre les JOJ de l’intérieur. La classe de l’année 2020, avec ses neuf sportifs de haut niveau dont deux Olympiens, a eu la chance d’être volontaire et travailler sur Lausanne 2020 tout au long de l’année. Quelques groupes, via des projets en équipe, ont pu approfondir des recherches par rapport à l’héritage des JOJ.

Les partenaires

Sponsoring vs Partenariats

Lausanne 2020 a également développé plusieurs partenariats importants dans les domaines commerciaux, dont l’apport en cash et en prestations et/ou services a été primordial pour la tenue des Jeux. Cependant, le terme de sponsoring a sciemment été réfuté, pour se concentrer sur des partenariats. La notion de partenariats est essentielle et elle a contribué à la bonne réussite de ces Jeux.
La majeure partie des partenaires ont contribué en biens et services, de ce fait, ils étaient impliqués dans la réalisation de l’événement, prenant des responsabilités sur son succès, saisissant les opportunités qui leur étaient proposées avec ces Jeux. C’est là une différence notoire entre partenaires et sponsors.

Il était essentiel que les partenaires potentiels puissent s’identifier aux valeurs Olympiques ainsi qu’aux ambitions du comité d’organisation, et qu’ils apportent un haut niveau de motivation pour la coopération. Grâce à des événements d’information réguliers et des réunions de partenaires, ils ont été intégrés et un sentiment d’unité a pu être créé.

Des partenaires locaux tels que les Retraites Populaires (assurance de prévoyance) ou l’ECA (assurance incendie et pompiers) ont utilisé leurs droits de marketing des mois avant les Jeux, par exemple en intégrant le logo composite sur des affiches ou des publicités, ou en le mettant sur le bus urbain brandé dans le visuel des Retraites Populaires. L’enthousiasme et la fierté d’être un partenaire ont été visiblement ressentis par l’ECA, qui s’est vu confier la responsabilité de l’entretien de la Flamme Olympique. Ils n’ont pas seulement mis le logo composite sur tous les véhicules de pompiers du canton, mais également participé activement au Voyage de la Flamme avec une campagne de sensibilisation au feu. Les stands de ces deux compagnies ont été convaincants lors du festival Lausanne en Jeux ! Ils avaient un lien évident avec les Jeux, par exemple en tant que partenaires de la piste de ski artificielle au centre-ville de Lausanne ou avec une animation de ski sous un dôme placé devant la Lausanne Hockey Arena.

Compte à rebours OMEGA

En tant que chronométreur officiel des Jeux Olympiques et des Jeux Olympiques de la Jeunesse, OMEGA s’est joint au comité d’organisation pour donner, le 8 janvier 2018, le coup d’envoi du compte à rebours de deux ans jusqu’aux JOJ en 2020.

Pour donner le top départ du compte à rebours, Raynald Aeschlimann, Président et CEO d’OMEGA, était accompagné de Danka Bartekova, Présidente de la Commission de Coordination Lausanne 2020 ; Alain Zobrist, CEO de Swiss Timing ; Patrick Baumann, Président de Lausanne 2020 ; et Ian Logan, Directeur général de Lausanne 2020.

Pour la prestigieuse maison horlogère, les JOJ Lausanne 2020 ont été un événement « local », son siège à Bienne n’étant qu’à une centaine de kilomètres de la ville hôte. De belles synergies ont été trouvées entre Lausanne 2020 et OMEGA, notamment la mise en place du compte à rebours deux ans avant l’évènement, ce qui ne s’était jamais fait auparavant pour des JOJ. Il s’agissait de la première présence de Lausanne 2020 dans le domaine public, sur la future Place des Médailles.

« OMEGA attend avec impatience Lausanne 2020. Se mettre au service des meilleurs jeunes athlètes du monde dans un endroit si spécial sera pour nous un grand privilège. La Suisse étant la patrie d’OMEGA, nous ressentirons une fierté toute particulière au moment d’accueillir chez nous le monde entier », a déclaré M. Aeschlimann au cours de la cérémonie officielle.

Les transports publics lausannois (tl) ont activement adopté le credo « par, pour et avec les jeunes » et ont confié à leurs apprentis le développement du concept marketing et la responsabilité des activités réalisées. Des actions avec la mascotte Yodli ont été réalisées, les zones d’attente aux arrêts visuellement transformées et les informations horaires sur les écrans dans les bus et métro complétées par les pictogrammes Lausanne 2020. Un signe clair que le partenaire s’identifiait pleinement avec Lausanne 2020.

Les Chemins de fer fédéraux suisses (CFF) voulaient également s’approprier l’expérience Lausanne 2020. Malgré certaines restrictions propres à leur entreprise, ils ont intégré le « Look of the Games » à la gare de Lausanne et décoré les salles d’attente sur les quais et les passages souterrains. Cela n’avait jamais été fait auparavant.

Le retour des partenaires sur la manifestation et la collaboration était très positif et reflète cette relation intense et ce sentiment d’unité qui ont été créés avec et entre eux.

Les Fédérations Internationales

Les Jeux dans la Capitale Olympique représentaient un intérêt tout particulier pour les acteurs du sport institutionnel. Les Fédérations Internationales ont été engagées dès le début dans le projet, afin de partager avec elles la vision de Lausanne 2020, son envie de renouveau et sa volonté de livrer un événement de première qualité.

À cette fin, et pour consolider les relations avec tous les niveaux de leurs structures, le comité d’organisation a rencontré régulièrement les Présidents et Secrétaires généraux, mais aussi les personnes en charge de la planification des opérations sportives. Cela a permis de garantir une compréhension commune de l’événement à réaliser dans une dynamique de co-construction. Lausanne 2020 a pu constater un enthousiasme partagé et une confiance mutuelle tout au long de ce chemin parcouru ensemble.

2.3 L’impact du système des « deux vagues »

De 10 jours à 14 jours

Lorsque le CIO a proposé de changer de paradigme et d’accueillir 1784 athlètes pour six à sept jours au lieu de 1100 pour dix jours, Lausanne 2020 a immédiatement été enthousiasmé. Cela a nécessité quelques adaptations afin de réaliser ce changement en n’induisant pas de coûts trop importants, et en ne péjorant pas l’expérience par rapport au système initial (une vague) pour toutes les parties prenantes.

Une des solutions apportées a été d’augmenter sensiblement la durée des Jeux pour

  • garantir suffisamment de jours pour la tenue des compétitions de chaque discipline sportive
  • permettre une transition entre les deux vagues d’athlètes qui soit coordonnée, notamment en ce qui concerne la logistique et la réallocation des chambres au village olympique de la Jeunesse.

Après l’élaboration de plusieurs scénarios, le choix a été de porter la durée de l’événement de 10 à 14 jours, sans coûts supplémentaires substantiels.

Adaptation du programme éducatif Athlete 365

Le programme éducatif pour les athlètes a également dû réaliser quelques ajustements liés au temps de présence des athlètes. Ce programme, un des trois programmes constitutifs des Jeux avec les compétitions et les activités culturelles et festives, est essentiel à l’expérience des athlètes. 

Lausanne 2020 a donc pu conserver l’esprit de ce programme, ses buts pédagogiques, tout en réduisant le temps des activités, car les athlètes avaient du coup moins de temps à disposition pour participer à ces activités.

Impact sur le programme sportif

“More athletes, more sport, more competition in less time.”

Les recommandations que le CIO a éditées en 2016 visaient à réduire la période de séjour des athlètes aux Jeux, et en même temps d’en augmenter le nombre afin de valoriser encore mieux l’impact de l’événement et le niveau de performance sportive proposé. 

Trouver une solution de programme sportif et éducatif capable de répondre à ces attentes, tout en restant dans le cadre des ressources disponibles, a été un vrai travail d’équipe entre le comité d’organisation, le CIO et les différentes Fédérations Internationales : adaptation des quotas, des systèmes de qualification, mais parfois aussi du format et du temps de compétition ont été le fruit d’une excellente collaboration entre tous les acteurs concernés et ont permis de garantir un programme conforme aux attentes. 

Puis, la répartition des compétitions entre les deux périodes a dû prendre en compte des aspects plus pragmatiques comme les besoins logistiques, la gestion des sites de compétitions mais aussi la probabilité d’enneigement. Les épreuves de freeski et snowboard par exemple, demandant des volumes de neige importants, ont été planifiées dans la deuxième partie des Jeux pour gagner quelques jours de préparation.

Le grand défi a finalement été celui de comprimer le nombre accru de sports, disciplines et épreuves, par rapport aux JOJ précédents, tout ceci dans une période plus courte. Il en a résulté un programme très compact, dynamique et attrayant, mais n’offrant que très peu d’opportunités d’entraînement et surtout presqu’aucune réserve de temps. Pour toute les compétitions en extérieur, plusieurs scénarios ont donc été préparés : anticipation, inversion des journées, compression des formats et même déroulement de plusieurs épreuves en parallèle, afin de pouvoir pallier toute éventualité. Heureusement, et surtout grâce à une météo magnifique, le programme a pu se dérouler comme prévu pour 79 des 81 épreuves et un seul site de compétition a dû faire face à un report de compétition.

La vie des athlètes pendant les JOJ

“Train, Compete, Learn, Eat, Sleep, Repeat”

Le programme sportif de chaque vague était très compact pour presque toutes les disciplines. Le temps libre à disposition des athlètes pour qu’ils visitent et assistent aux épreuves d’autres sports sur d’autres sites de compétition, hormis les patinoires de Lausanne, a été très limité. Le temps a disposition pour les activités éducatives Athlete 365 a également été réduit pour quelques sports, nécessitant l’adaptation du format des activités de ce programme.

Chaque jour, les athlètes partaient très tôt le matin du village olympique de la Jeunesse afin de rejoindre les sites pour l’entraînement ou la compétition. Leur retour se faisait juste à temps pour un rapide passage dans sa chambre, une douche, un repas au restaurant et éventuellement une visite à la Place des Médailles au centre-ville.

L’échange avec les collègues de délégation et les autres athlètes du monde entier se faisait le soir, dans l’enceinte du village olympique de la Jeunesse, dans les espaces du programme éducatif Athlete 365, au Yodli Café ou sur le toit du Vortex, en admirant les montagnes enneigées au loin.

2.4 La célébration de la Flamme

L’allumage en Grèce

Il s’agit d’une tradition Olympique qui a été répétée à chaque célébration des Jeux Olympiques depuis 1936. En amont de chaque édition, la Flamme Olympique est allumée en Grèce, berceau de l’Olympisme, en utilisant les rayons du soleil, une méthode qui garantit symboliquement sa pureté. Une torche spécialement conçue pour l’occasion est allumée et débute alors un long voyage de la Grèce à la prochaine ville Olympique.

 Le 17 septembre 2019, la cérémonie traditionnelle a eu lieu au Stade panathénaïque d’Athènes pour allumer la Flamme Olympique de la Jeunesse de Lausanne 2020 en présence d’une équipe de représentants du Mouvement Olympique et du comité d’organisation. Pascal Bitschnau, athlète suisse de snowboardcross, et Sydney Berta, athlète suisse de hockey sur glace, tous les deux ayant participé aux derniers JOJ d’hiver à Lillehammer en 2016, étaient les premiers athlètes suisses à porter la Torche Olympique qui a inspiré des centaines d’enfants sur son voyage à travers la Suisse par la suite.

Au cours de cette cérémonie, une foule de 1400 enfants d’écoles locales ainsi que des représentants du Comité Olympique Hellénique ont assisté à l’allumage de la Flamme à l’aide des rayons du soleil, comme c’était le cas pour les Jeux Olympiques antiques. 

Avant de s’envoler pour la Suisse, un dernier détour par le Parthénon avec deux lanternes de sécurité ont fait la joie et attiré la curiosité de nombreux touristes surpris de voir la Flamme Olympique leur passer à côté.

Etant à la recherche d’un organisme capable de surveiller jour et nuit la Flamme et surtout remplir les lanternes d’huile toutes les huit heures, une petite idée a jailli.

Sur proposition de Lausanne 2020, les sapeur-pompiers de la caserne se trouvant juste derrière ses bureaux ont accepté de devenir les gardiens de la Flamme du 18 septembre 2019 au 22 janvier 2020, jour de la cérémonie de clôture des JOJ 2020. Tout le monde a espéré qu’ils résistent à la tentation de l’éteindre !

L’arrivée en Suisse et l’accueil chez les pompiers

La Flamme a continué son chemin et effectué le voyage jusqu’en Suisse, tranquillement installée sur un siège passager du vol Swiss LX 1823 à destination de Genève, une première mondiale puisque la Flamme Olympique a été transportée à bord d’un vol commercial. Transporter une flamme allumée dans un avion a demandé presque deux mois de travail et quelques demandes d’autorisation pour le plus grand plaisir des passagers qui ont découvert sur le moment la présence unique de la Flamme. La haie d’honneur des pompiers, mise en place pour des événements très spéciaux, a accueilli en grande pompe l’arrivée de l’avion à l’aéroport de Genève. 

C’est à Virginie Faivre, Présidente, et Ian logan, Directeur général du comité d’organisation, qu’est revenu l’honneur de franchir la porte de l’avion avec les lanternes de sécurité en main. Après une cérémonie de désembarquement, les personnalités présentes se sont ensuite adressées aux médias. Les thèmes abordés étaient unanimement centrés sur le message universel de paix et d’unité incarné par la Flamme Olympique ainsi que son prochain tour national qui visait à diffuser les valeurs Olympiques d’excellence, de respect et d’amitié à travers le pays. Toute la délégation de Lausanne 2020 a ensuite pris la direction de Lausanne en train, à l’instar des athlètes pendant les Jeux, pour y déposer la Flamme à la caserne de pompiers du centre-ville, où elle était vivement attendue par une trentaine de sapeur-pompiers impatients de veiller sur le symbole Olympique pour quelques mois (voir l’encart ci-joint).

Le concept du voyage de la flamme

Le Voyage de la Flamme a dès le départ été pensé comme un outil de promotion à l’attention de la population suisse et de France voisine, notamment des écoliers. Pas un outil de promotion de l’événement seulement, mais un outil de promotion du Mouvement Olympique et de ses valeurs, de l’histoire de la Flamme et de sa symbolique, et finalement de l’événement en lui-même. Pour réaliser cela, un roadshow a été développé clef en main et promené à travers le canton de Vaud, le reste de la Suisse et sur les sites hôtes (voir le détail jour par jour ci-après). 

Ce roadshow était composé d’une scène pour un spectacle de 30 minutes se concluant avec l’allumage d’une vasque au moyen du feu ramené d’Athènes. Pour compléter cela, un parcours didactique sur différentes thématiques liées aux JOJ, au Mouvement Olympique et au Voyage de la Flamme était à disposition des visiteurs. Pour conclure son expérience, chaque participant était invité à venir se faire prendre en photo avec la Flamme permettant à chacun d’emporter un petit bout de la Flamme chez soi.  

Cela a permis de toucher des milliers de jeunes, notamment avec la participation de classes d’écoles lors de chaque arrêt du Voyage, mais cela a également permis d’impliquer toute la communauté des Olympiens suisses, car lors de chaque cérémonie, la Flamme était portée par un ou plusieurs sportifs ayant participé aux Jeux. 

En étroite collaboration avec Swiss Olympic, la Flamme s’est donc rendue successivement dans les 26 cantons du pays, où elle a été présentée au public. Le Voyage est passé par des sites emblématiques tels que, entre autres, Zermatt (VS), le Parlement Suisse à Berne (BE), le siège des Nations Unies à Genève (GE), et le Château de Chillon (VD). Après avoir visité tous les sites hôtes des Jeux, y compris la France voisine, la Flamme est retournée ensuite à Lausanne, où un véritable relais a eu lieu avant la cérémonie d’ouverture des JOJ d’hiver le 9 janvier 2020.

Le tour du canton de Vaud

Attardons-nous un instant sur le premier événement phare où la Flamme a fait son apparition.

Le 19 septembre 2019, un rassemblement extraordinaire a eu lieu au Stade Pierre-de-Coubertin, à Lausanne. Plus de 3000 écoliers vaudois et des sites hôtes étaient réunis autour du thème « Un drapeau Lausanne 2020 dans chaque commune vaudoise ». Chaque commune vaudoise – 309 exactement – avait été conviée à venir à Lausanne avec un représentant de sa municipalité accompagné de deux jeunes élèves pour apporter le drapeau municipal à cette cérémonie avant de rentrer chez eux avec le drapeau Lausanne 2020. Au total, 612 élèves ont participé à cet échange symbolique. Une cérémonie a ensuite été organisée dans un grand nombre de communes pour y hisser le drapeau Lausanne 2020 sur les Hôtels de Ville. Seulement quelques jours avant son départ pour son voyage à travers le pays, la Flamme Olympique de Lausanne 2020 a fait son apparition, apportée au stade par quatre jeunes athlètes. 2020 élèves de 17 écoles vaudoises ont ensuite réalisé une chorégraphie qui a été un des temps forts de l’événement. Vus du ciel, les élèves se sont arrangés pour représenter la forme du canton de Vaud.

21 septembre 2019

Le samedi 21 septembre 2019, la Flamme illuminait une des places principales de Lausanne, la Place de la Riponne. Des stands et des activités autour des JOJ et de la Flamme Olympique s’étendaient sur la place au plaisir des nombreux passants et visiteurs. Ils avaient l’opportunité unique de prendre en photo et d’observer de près la lanterne contenant la Flamme Olympique.

24 septembre 2019

La Flamme s’est ensuite déplacée à Morges le 24 septembre 2019, devant près de deux cents écoliers de 8e année des établissements scolaires de Morges Est et Ouest. La sprinteuse lausannoise et Ambassadrice des JOJ 2020, Sarah Atcho, a porté la torche jusque sur la Place de l’Hôtel de Ville.

26 septembre 2019

Le 26 septembre 2019, c’était au tour des athlètes Peter de Cruz, médaillé de bronze en curling aux JO de PyeongChang 2018, et Lea Sprunger, championne d’Europe 2018 en 400 m haie, d’animer l’arrivée de la Flamme à Nyon. 

Aux sons de l’harmonie de l’Ecole de musique de Nyon, 400 petits Nyonnais ont défilé avec des déguisements internationaux sur le thème des sports d’hiver. Les sourires étaient aussi radieux que le ciel bleu, dans le public qui a vu passer des multiples pays généralement déclinés autour d’un sport d’hiver.

27 septembre 2019

Le lendemain, vendredi 27 septembre 2019, le spécialiste du skicross suisse, Niki Lehikoinen, apportait la Flamme aux classes d’Yverdon-les-Bains, sur la Place Pestalozzi. Plus de 400 écoliers, de 10 à 12 ans, issus des établissements primaires Pestalozzi et Edmond-Gilliard, étaient présents pour l’accueillir et célébrer ensemble les valeurs Olympiques : respect, amitié, excellence.

La ville a profité de cette cérémonie pour hisser sur l’Hôtel de Ville le drapeau Lausanne 2020, reçu par la délégation composée d’élèves yverdonnois lors de l’événement « Un drapeau Lausanne 2020 dans chaque commune vaudoise » mentionné plus haut.

Aux sons de l’harmonie de l’Ecole de musique de Nyon, 400 petits Nyonnais ont défilé avec des déguisements internationaux sur le thème des sports d’hiver. Les sourires étaient aussi radieux que le ciel bleu, dans le public qui a vu passer des multiples pays généralement déclinés autour d’un sport d’hiver.

30 septembre 2019

La Flamme Olympique de la Jeunesse a fait son arrêt suivant à Payerne le 30 septembre 2019, où deux générations de judokas, les Olympiens Juliane Robra (Londres 2012) et Eric Hänni (médaillé d’argent Tokyo 1964), ont inspiré petits et grands.

Plus de 200 élèves de l’établissement primaire de Payerne et environs ont participé à la manifestation qui était ouverte au public. Ici aussi, le drapeau Lausanne 2020 a été à cette occasion hissé sur l’Hôtel de Ville jusqu’au terme des Jeux.

01 octobre 2019

Pour fêter les « 100 days to go » des JOJ Lausanne 2020 le 1er octobre 2019, trois grands athlètes suisses et français se sont passé la Flamme à Aigle en représentant les deux nations hôtes et unies. La spécialiste du skicross Emilie Serain (Vancouver 2010), le Français et champion Olympique de biathlon Vincent Defrasne (Salt Lake 2002, Turin 2006, Vancouver 2010) et le triple champion paralympique de ski alpin (PyeongChang 2018) Théo Gmür ont allumé la vasque à Aigle, au pied des stations des Alpes vaudoises qui ont accueilli bon nombre de compétitions durant les Jeux. Les écoles de la commune d’Aigle et de Bex ont été conviées à participer à cet événement.

02 octobre 2019

Le lendemain, le 2 octobre 2019, à Ollon, c’était au tour de la championne du monde et médaillée Olympique de triathlon, Magali di Marco Messmer (Sydney 2000), de porter la Flamme sous les acclamations de plusieurs centaines d’élèves des classes d’Ollon et Villars-sur-Ollon et des nombreux spectateurs.

03 octobre 2019

Le 3 octobre 2019, la Flamme Olympique s’est arrêtée à l’Université de Lausanne (UNIL), à quelques mètres du village olympique de la jeunesse. Le rameur et étudiant à l’UNIL, Augustin Maillefer (Singapour 2010, Londres 2012, Rio 2016), a alors eu l’honneur de porter la Flamme devant les étudiants et membres du personnel de l’Université de Lausanne et de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).

04 octobre 2019

Pour conclure en beauté cette splendide semaine, la Flamme s’est rendue à Echallens où le snowboardeur Pat Burgener (PyeongChang 2018), la spécialiste de badminton Sabrina Jaquet (Londres 2012, Rio 2016) et la fondeuse grecque Maria Ntanou (Vancouver 2010, PyeongChang 2018) ont partagé avec les quelque 300 élèves des classes d’Echallens leur passion pour le sport.

07 octobre 2019

La Flamme a commencé sa semaine avec une escale à Château-d’Oex, le 7 octobre 2019. La skieuse Erika Hess, médaillée de bronze aux Jeux Olympiques de Lake Placid (1980), a traversé la foule de 400 élèves du Collège Henchoz en portant la Flamme.

08 octobre 2019

L’étape suivante s’est déroulée le 8 octobre 2019, à la Vaudoise Aréna, le nouveau centre sportif qui a accueilli les compétitions de hockey sur glace pendant les JOJ, où les classes de Prilly et Renens ont accueilli le symbole Olympique, porté par la grande championne et médaillée Olympique de tennis, Timea Bacsinszky (Rio 2016). Un moment particulier pour la tenniswoman de 30 ans qui n’a pas manqué de faire part de son expérience, devant plus de 300 élèves venus pour l’occasion des communes de Prilly et Renens.

10 octobre 2019

Le jour suivant, le 10 octobre 2019, c’est au tour de Bourg-en-Lavaux de vivre un grand moment avec l’arrivée de la Flamme Olympique portée par Anne-Sophie Thilo qui a fait partie des cadres nationaux de Swiss Sailing, double championne d’Europe et vice-championne du monde junior, ayant participé aux Jeux Olympiques de Beijing en 2008 et par Pamela Fischer du Lausanne Natation, qualifiée aux Jeux Olympiques de Londres 2012 en natation synchronisée.

Une journée historique pour les quelque 400 écoliers de l’Association scolaire Centre Lavaux présents lors de la venue de la Flamme Olympique des JOJ Lausanne 2020 au collège du Verney à Puidoux.

13 octobre 2019

Pour l’ouverture de la Semaine Olympique, qui a commencé dimanche 13 octobre 2019 sur les quais devant le Musée Olympique, c’est la Présidente de Lausanne 2020 et triple championne du monde de ski freestyle, Virginie Faivre, qui a porté la Flamme avec la Cheffe de projet Education au sein de Paris 2024, la médaillée Olympique française de basket Emmeline Ndongue (Londres 2012).

Le tour de Suisse

Après avoir sillonné tous les districts du canton de Vaud, la Flamme a entamé son tour de Suisse le 28 octobre 2019.

28 octobre 2019

Première halte à Genève, où elle a – avec la Paralympienne Céline Van Till – réjouit une centaine d’écoliers genevois sur la plaine de Plainpalais. L’athlète genevoise (équitation et athlétisme) a expliqué comment le sport avait été pour elle le meilleur des médicaments et lui avait permis de revenir à la vie : « Je vous incite à ne jamais abandonner ! »

Une autre personne pour qui le sport est « toute [sa] vie », c’est le marathonien suisse (le plus rapide du pays !) Tadesse Abraham, réfugié érythréen, qui a porté haut la Flamme de Lausanne 2020 devant le Palais des Nations Unies à Genève : « Dès que vous commencez à faire du sport, alors vous avez un rêve ! »

31 octobre 2019

Le 31 octobre, la Flamme a fait une halte à la gare de Zurich, où elle a été accueillie par de nombreux passants ainsi que des représentants de Lausanne 2020, des Chemins de fer fédéraux suisses (CFF) et de la Fédération Internationale de Hockey sur Glace (IIHF). Elle était escortée par Sarah Meier (patinage artistique, championne d’Europe 2011) et Dominique Gisin (ski alpin, médaillée d’or Olympique en descente à Sochi 2014). Elles ont ensemble allumé une vasque symbolique. Un moment riche en émotions !

04 novembre 2019

La Flamme s’est dirigée vers le Nord-Ouest de la Suisse, s’arrêtant à quatre reprises la semaine du 4 novembre 2019 pour rencontrer les nombreux élèves des cantons helvétiques. 

Premier arrêt à Porrentruy, dans le Jura, où Justine et Sarah Forster, deux sœurs médaillées Olympiques en hockey sur glace (Justine aux JOJ Lillehammer 2016, Sarah aux JO Sochi 2014) ont allumé ensemble la vasque devant plus d’une centaine d’écoliers et élus locaux.

Justine Forster, la plus jeune, a parlé de son expérience aux JOJ à Lillehammer il y a trois ans : « Ils nous préparent à une carrière, c’est un véritable tremplin pour un athlète. »

Sa grande sœur Sarah, qui a connu les Jeux traditionnels, Sochi 2014 et PyeongChang 2018, a été honorée de porter un symbole aussi significatif que la Flamme Olympique : « C’est beaucoup d’émotions, cela représente beaucoup pour moi. »

06 novembre 2019

Mercredi 6 novembre 2019, c’était au tour des Neuchâtelois Denis Oswald (triple Olympien aviron, médaillé Olympique en 1968 et membre de la Commission Exécutive du CIO) et Robin Cuche (ski alpin, Jeux Paralympiques Sochi 2014 et PyeongChang 2018, Sportif neuchâtelois 2017) de faire briller les yeux des quelque 300 écoliers présents.

07 novembre 2019

Lucas Tramèr, champion Olympique d’aviron (Rio 2016) et multiple champion du Monde, a apporté le lendemain, 7 novembre 2019, la Flamme à Bâle, entouré de la fameuse mascotte Yodli et de centaines d’enfants.

09 novembre 2019

Enfin, samedi 9 novembre 2019, à Soleure, la Flamme Olympique a été portée par Mike Kurt (canoë de slalom). Le triple Olympien (Athènes 2004, Beijing 2008, Londres 2012) a partagé son expérience sportive avec les nombreux spectateurs, ainsi que son investissement en tant qu’ancien sportif, désormais membre du Comité Exécutif de Swiss Olympic.

11 novembre 2019

Une étape importante s’est déroulée le 11 novembre 2019 à l’occasion de l’arrivée de la Flamme à Berne, capitale de la Suisse. Pour marquer le coup, deux grands athlètes étaient présents pour allumer la vasque : Pascal Bitschnau (snowboardcross, médaillé d’argent aux JOJ Lillehammer 2016), premier athlète à porter la Flamme à Athènes, et Jonas Hiller, honoré de tenir ce symbole qu’il avait déjà vu à de nombreuses reprises (hockey sur glace, Vancouver 2010, Sochi 2014 et PyeongChang 2018). Yodli, la mascotte de Lausanne 2020, a pu poser devant le Palais Fédéral.

12 novembre 2019

Le lendemain, le 12 novembre 2019, la Flamme est restée dans les environs du canton de Berne, pour aller à Oberhofen, au siège de la Fédération Internationale de Ski (FIS). Tanja Frieden, championne Olympique à Turin en 2006 (snowboardcross), a salué la foule venue assister à ce moment unique des JOJ. La commune d’Oberhofen s’est également engagée tout entière derrière cet événement en mobilisant un nombreux public, et tous les élèves des établissements scolaires. La boulangerie avait même réalisé des Yodli en pâtisserie pour régaler les centaines d’élèves présents.

14 novembre 2019 

À Fribourg, c’était au tour de l’Olympienne de ski acrobatique Camillia Berra (Sochi 2014) de porter le symbole des JOJ Lausanne 2020, le jeudi 14 novembre 2019. 

Au menu, des discours officiels, la présentation rythmée de ces joutes et, ce qui a le plus plu aux 300 écoliers présents : la présence de la mascotte Yodli. 

L’événement a aussi été l’occasion de dévoiler le timbre spécial Lausanne 2020 sous la forme d’un timbre géant.

16 novembre 2019

Théo Gmür, le triple médaillé d’or en ski alpin aux Jeux Paralympiques PyeongChang 2018, a fait son retour dans le Voyage de la Flamme. Après l’étape d’Aigle, il est revenu à Sion, le 16 novembre 2019, accompagné cette fois-ci de l’escrimeuse Tiffany Géroudet, championne d’Europe et Olympienne (Londres 2012). Quelque 300 personnes ont assisté à l’allumage de la vasque symbolique au son des guggenmusik.

19 novembre 2019

La Flamme est allée pour la première fois au Tessin, à Locarno, où trois athlètes l’ont accueillie : les Olympiennes Deborah Scanzio (ski freestyle, Turin 2006, Vancouver 2010, Sochi 2014 et PyeongChang 2018), Phoebe Staenz (hockey sur glace, Sochi 2014 et PyeongChang 2018) et Nicole Vallario (hockey sur glace, JOJ Lillehammer 2016).

21 novembre 2019

Elle est ensuite revenue en terre suisse-allemande, à Andermatt, le 21 novembre 2019. L’Olympien Jonas Hunziker (ski freestyle, PyeongChang 2018) a porté la Flamme de Lausanne 2020 et allumé la vasque devant les nombreux élèves venus admirer ce moment unique.

22 novembre 2019

Quatre athlètes représentaient Lausanne 2020 à l’occasion de l’étape à Stans, le 22 novembre 2019, où la Flamme Olympique a fait escale. Béatrice Zimmermann, championne du monde de telemark, Nina Christen, Olympienne en tir (Rio 2016), Petra Lustenberger, aussi une tireuse professionnelle ainsi que Jessica Keiser, championne de snowboard (slalom) ont transmis ensemble les valeurs du sport aux élèves présents.

23 novembre 2019

À Sarnen, le 23 novembre 2019, c’était au tour des athlètes Simon Niepmann (aviron, champion Olympique Rio 2016, Londres 2012), Viktor Röthlin (marathon, Sydney 2000, Athènes 2004, Beijing 2008, Londres 2012), Flavia Barmettler (biathlon) et Kai Schätzle (aviron, JOJ Buenos Aires 2018) d’allumer la vasque. De nombreux spectateurs ont assisté à cet événement exceptionnel !

25 novembre 2019

Pour la première étape de la semaine du 25 novembre 2019, la Flamme a fait une halte à Aarau, portée par l’Olympien Rico Peter (bobsleigh, Sochi 2014 et PyeongChang 2018). Plus de 200 élèves l’ont acclamé avec enthousiasme !

26 novembre 2019

Le lendemain, le 26 novembre 2019, c’était au tour de Marianne Gossweiler-Fankhauser, double médaillée aux Jeux Olympiques (équitation, médaille d’argent aux JO de Tokyo 1964 et médaillée de bronze aux JO de Mexico 1968), d’allumer la vasque. La mascotte Yodli, fidèle au poste, a été accueillie par les élèves schaffhousois.

28 novembre 2019

Les Olympiens Jean-Romain Delaloye (plongeon, Sydney 2000 et Athènes 2004) et Angelica Moser (saut à la perche, JOJ Nanjing 2014 et JO Rio 2016) ont ensuite porté ensemble la torche Olympique à Erlen le 28 novembre 2019.

29 novembre 2019

À St. Gall, des curleurs ont animé l’arrivée de la Flamme. Benoît Schwarz, médaillé de bronze aux JO de PyeongChang 2018, et Malin da Ros, médaillée d’argent au Festival Olympique de la Jeunesse Européenne (FOJE) 2019, sont montés sur scène pour partager leurs expériences en tant qu’athlètes d’élite.

30 novembre 2019

Le samedi 30 novembre 2019 à Appenzell, Martina Van Berkel (natation, Londres 2012 et Rio 2016), accompagnée de Marc Bischofberger (skicross, médaillé d’argent aux JO PyeongChang 2018) ont arboré la Flamme Olympique aux couleurs de Lausanne 2020 devant les regards émerveillés des spectateurs présents.

03 décembre 2019

La Flamme était présente à Lucerne portée par non pas un mais quatre athlètes de renom ! Michael Schmid, champion d’Europe et Olympien d’aviron (Rio 2016), Nadine Fähndrich, Olympienne de ski de fond (PyeongChang 2018), Marcel Hug, champion Paralympique d’athlétisme (Paralympiques Athènes 2004, Beijing 2008, Londres 2012 et Rio 2016) et Mario Gyr, champion Olympique d’aviron (Rio 2016) ont été accueillis par une foule d’enfants.

Le symbole Olympique au Parlement suisse

Le 2 décembre 2019, lors de son discours d’investiture face au Conseil National, Isabelle Moret a présenté les JOJ et leur engagement pour la jeunesse du pays. La Flamme Olympique de Lausanne 2020 était accompagnée par Virginie Faivre, Présidente du comité d’organisation, et Caroline Ulrich, jeune athlète vaudoise de ski alpinisme et déjà quadruple championne du monde junior et médaillée d’or aux JOJ 2020. 

A l’image du nouveau parlement – le plus jeune de l’histoire de la Confédération suisse – ce sont les JOJ qu’Isabelle Moret a choisi de mettre en avant comme symbole d’une Suisse qui valorise, engage et investit dans sa jeunesse. La nouvelle Présidente a souligné les valeurs d’excellence, de respect et d’amitié véhiculées par Lausanne 2020 à travers la Suisse mais également la signification de son slogan « Start Now » qui vise à donner le pouvoir aux jeunes, à les inciter à commencer, à entreprendre sans plus attendre afin de changer les choses.

Quelques temps après que la Flamme a visité le Parlement, c’était au tour du Président du CIO, Thomas Bach, de découvrir le Palais fédéral pour la première fois dans l’histoire suisse.

04 décembre 2019 

L’étape de Zoug bat tous les records avec sept athlètes qui ont représenté Lausanne 2020 lors de l’allumage de la vasque : Patrick Hürlimann (curling, champion Olympique à Nagano 1998), Marcel Rohner (bobsleigh, champion Olympique à Nagano 1998), Colette Roth-Brand (ski freestyle, médaillée de bronze à Nagano 1998), Michelle Rageth (ski freestyle, multiple championne suisse), Mike Rageth (ski freestyle, FIS Open Slopestyle 2019 et Swiss Freeski Open Davos Big Air), Valentino Zaetta (hockey sur glace, champion suisse 2018/19, équipe nationale U16) et Simon Niepmann (aviron, Londres 2012 et champion Olympique à Rio 2016, déjà porteur de la torche Lausanne 2020 à Sarnen).

06 décembre 2019

À Schwytz, c’était au tour de Thomas Pfyl (ski alpin, médaillé d’argent et de bronze aux JO Paralympiques de Turin 2006, JO Paralympiques Vancouver 2010), Martin Annen (bobsleigh, médaillé de bronze aux JO de Salt Lake City 2002 et Turin 2006), Elena Schütz (snowboard, World Rookie Tour U18, Elite Audi Snowboard Series Grindelwald), Urs Kälin (ski alpin, double championne du monde et médaillée d’argent aux JO de Lillehammer 1994) et Franz Heinzer (ski alpin, JO Calgary 1988, Albertville 1992 et Lillehammer 1994). Ils ont tous échangé avec les nombreux enfants présents. Merci à eux !

09 décembre 2019

De grands athlètes étaient présents lors de l’allumage de la vasque de Lausanne 2020 à Glaris : Vreni Schneider, ski alpin et double médaillée d’or aux JO de Calgary en 1988 (or, argent et bronze aux JO Lillehammer 1994), Nils Rhyner, ski acrobatique et 5e aux JOJ Lausanne 2020 et Jan Hauser, curling et médaillé de bronze aux JO de Vancouver 2010.

12 décembre 2019

La dernière étape du tour de Suisse s’est déroulée à Coire, dans le canton des Grisons. Les Olympiens Marco Büchel (ski alpin Liechtenstein, JO Albertville 1992, Lillehammer 1994, Nagano 1998, Salt Lake City 2002, Turin 2006 et Vancouver 2010) et Elias Ambühl (ski acrobatique, Sochi 2014 et PyeongChang 2018) ont célébré ce moment, entourés de la mascotte Yodli et de nombreux élèves.

Le tour des sites hôtes

A moins d’un mois des Jeux, le tour de Suisse s’est terminé avec deux dernières étapes à Glaris et Coire et le Voyage de la Flamme touchait bientôt à sa fin mais c’était maintenant au tour des sites hôtes Lausanne 2020 d’accueillir la Flamme !

13 décembre 2019

St. Moritz a eu l’honneur d’être le premier site hôte à l’accueillir. Pour cette occasion, Sandro Viletta, médaillée d’or de ski aux JO de Sochi en 2014, a porté la Flamme devant une foule admirative. À l’occasion de la Coupe du Monde féminine FIS (Fédération Internationale de Ski), une deuxième cérémonie de l’allumage de la vasque a été célébrée avec Robin Cuche (ski alpin, Jeux Paralympiques de Sochi 2014 et PyeongChang 2018) et Christoph Kunz (ski alpin, Jeux Paralympiques de PyeongChang 2018).

27 décembre 2019

La Flamme a brûlé au cœur des Alpes suisses, portée par Stéphane Lambiel, star suisse du patinage artistique et médaillé Olympique (Salt Lake City 2002, Vancouver et médaillé d’argent aux JO de Turin en 2006), qui a créé une école de patinage artistique à Champéry et Camillia Berra, Olympienne de ski acrobatique (Sochi 2014) née à Champéry. Le feu Olympique a enchanté les locaux et les touristes.

Glacier Express !

Le 26 décembre 2019, la Flamme Olympique a quitté St. Moritz, où elle faisait escale depuis deux semaines, pour rejoindre la Suisse romande. Elle l’a fait en embarquant à bord du légendaire Glacier Express, train alpin suisse iconique serpentant les Alpes et offrant des panoramas à couper le souffle, afin de rejoindre le canton du Valais, via Brig.

28 décembre 2019

Aux Diablerets c’était au tour de la skieuse Catherine Borghi (ski alpin, JO Nagano 1998 et Salt Lake City 2002), qui est née et a grandi là-bas et de Lise-Marie Morerod (ski alpin, JO Innsbruck 1976), aussi née aux Diablerets d’allumer la vasque.

29 décembre 2019

Silvio Giobellina, médaillé de bronze en bobsleigh aux JO de Sarajevo en 1984, a porté la Flamme Olympique de Lausanne 2020 jusqu’à la Maison du Sport Vaudois, à Leysin, sa ville natale, afin de célébrer cet événement unique que sont les JOJ d’hiver.

30 décembre 2019

De nombreux athlètes de renom étaient présents à l’occasion de l’étape de la Flamme dans leur station, Villars : Fanny Smith, médaillée de bronze en skicross aux JO de PyeongChang en 2018 et ambassadrice de Lausanne 2020, Jean-Daniel Dätwyler, médaillé de bronze en ski alpin aux JO de Grenoble en 1968 et Robin Tissieres, jeune athlète neuchâtelois médaillé d’or en skicross par équipe à Villars pendant les JOJ.

03 janvier 2020

La Flamme de Lausanne 2020 a traversé la frontière franco-suisse jusqu’au stade des Tuffes sur la station des Rousses, site des épreuves de saut à ski, biathlon et combiné nordique, où la Championne Olympique française de biathlon, Anaïs Bescond (Sochi 2014 et Championne Olympique et double médaillée de bronze à PyeongChang en 2018) a fait briller les yeux des petits et grands.

04 janvier 2020

Ensuite, les Olympiens Laurence Rochat (ski de fond, médaillée de bronze aux JO de Salt Lake City en 2002, Turin 2006 et Vancouver 2010), Jean-Yves Cuendet (combiné nordique, médaillé de bronze aux JO de Lillehammer en 1994, Nagano 1998) et Fabrice Piazzini (saut à ski, Sarajevo 1984 et Calgary 1988), tous originaires de la Vallée de Joux, ont porté ensemble la Flamme Olympique au Centre Sportif du Sentier.

06 janvier 2020

Le long Voyage de la Flamme s’est conclu à Lausanne, au berceau des JOJ d’hiver 2020, avec des athlètes lausannois participant à cette dernière cérémonie avant le relais du 8 janvier 2020 et la cérémonie d’ouverture le lendemain. Samantha Dagry, sprinteuse suisse du Lausanne Sport Athlétisme (médaillée d’or aux Universiades à Naples en 2019), Cristobal Huet, ancien gardien du LHC et premier français à avoir gagné une Coupe Stanley (Nagano 1998 et Salt Lake City 2002 avec l’équipe française, joueur en LNH), Noah Bodenstein, jeune patineur artistique lausannois, 7e aux JOJ Lausanne 2020, et Liliane Brède-Crosa, patineuse artistique et Olympienne (Squaw Valley 1960) ont allumé la vasque pour clore ce fameux Voyage de la Flamme.

Relais transfrontalier historique

Le premier relais Olympique transfrontalier de l’histoire des JOJ a eu lieu le 4 janvier 2020 entre la station des Rousses et la Vallée de Joux grâce à l’amitié créée entre les deux sites hôtes dans la préparation des compétitions Olympiques 2020. Un moment important pour le Mouvement Olympique et pour Lausanne 2020, les premiers JOJ binationaux de l’histoire. 

La Flamme a été escortée par Anaïs Bescond, susmentionnée, Vincent Defrasne, champion Olympique de biathlon à Turin 2006, Vincent Gauthier Manuel, triple médaillé paralympique jurassien, l’Olympien Quentin Fillon Maillet, biathlète français, et un groupe d’enfants des ski clubs locaux. Elle a ensuite été transmise par Thierry Rey, champion Olympique de judo à Moscou 1980 et représentant de Paris 2024, à Virginie Faivre, Présidente de Lausanne 2020, avant de continuer son périple du côté suisse de la frontière. Relayée par une vingtaine de jeunes sportifs des clubs jurassiens ayant fait partie du comité local de Lausanne 2020, la Flamme a finalement été accueillie au Centre Sportif du Sentier, à la Vallée de Joux, où elle a allumé la vasque symbolique.

Le relais en ville de Lausanne

Un relais, tradition Olympique datant de bientôt un siècle et symbole universel de paix et d’unité entre les peuples, a marqué la fin du Voyage de la Flamme qui a sillonné toute la Suisse et les sites hôtes depuis le 19 septembre 2019, dès le lendemain de son allumage traditionnel à Athènes en Grèce. 200 coureurs ont été sélectionnés parmi les associations et clubs sportifs vaudois ainsi que les écoles, hautes écoles et institutions académiques qui ont contribué à l’organisation de Lausanne 2020. Les apprentis des entreprises partenaires de Lausanne 2020 ont également été à l’honneur, ainsi que des personnalités sportives. S’ajoutent à eux des citoyens ayant été sélectionnés à la suite d’un processus mis en place par le comité d’organisation. Chacun leur tour, ils ont porté la torche sur 20,20 km à travers les rues de la Capitale Olympique.

Parcours 1

Première relayeuse : Virginie Faivre, Présidente, Lausanne 2020 et la dernière relayeuse : Linda Indergrand (26 ans), athlète, équipe suisse de VTT.

Parcours 2

Premier relayeur : Ian Logan, Directeur général, Lausanne 2020 et les cinq derniers relayeurs : Fabian Cancellara, cycliste suisse double champion Olympique et quadruple champion du monde; Jürg Stahl, Président, Swiss Olympic; Philippe Leuba, Conseiller d’Etat, Etat de Vaud; Grégoire Junod, Syndic de Lausanne; Mathilde Cruchet (21 ans), athlète, équitation.

Le parcours

Le grand relais s’est fait en deux phases, sur deux parcours distincts. Un premier itinéraire matinal a eu lieu dans le bas de la ville, longeant le bord du Lac Léman avec une étape unique devant le siège du CIO (Parcours 1) et dans l’après-midi, la Flamme est partie en direction du centre-ville de Lausanne. (Parcours 2). Ce sont les pompiers lausannois qui l’ont acheminée, sirènes hurlantes, au départ de la Vallée de la Jeunesse. La Présidente du comité d’organisation de Lausanne 2020, Virginie Faivre, s’est ensuite chargée de lancer officiellement cette matinée dont vous trouverez les étapes ci-dessous.

Le départ du second itinéraire a eu lieu à la place Centrale : l’allumage de la torche s’est fait dans un bus des Transports Lausannois, partenaire Lausanne 2020 des transports publics. Tout un symbole vu que c’est la première fois que le déplacement des athlètes est assuré majoritairement par des transports publics lors de JOJ. 

Après un long périple à travers le canton, la Suisse, la France voisine, et Lausanne, la Flamme est enfin arrivée à sa dernière étape sur la place de la Palud, où des centaines d’enfants accompagnés de leurs parents sont venus l’acclamer. Découvrez les étapes de ce deuxième relais ci-dessous.

La ferveur populaire

« Les enfants, rappelez-vous bien ce moment. Ce que vous allez vivre est unique. »  Plusieurs classes ont fait le déplacement pour assister au coup d’envoi de ce grand relais final de la torche à travers Lausanne. Mais les écoliers n’étaient pas les seuls à s’enthousiasmer pour le symbole Olympique. Ce relais a été le premier événement lié aux JOJ où la population lausannoise s’est véritablement déplacée en masse, les prémices de l’énorme succès populaire que ces JOJ 2020 ont connu. Des centaines de personnes ont suivi les relayeurs sur plusieurs kilomètres dans les rues de Lausanne, au son de la chanson des Jeux, « Start Now ! ». Le travail colossal de quatre années de promotion et d’engagement a porté ses fruits : Lausanne s’est embrasée pour la Flamme Olympique.

3. Les jeux

3.1 Les compétitions

9 janvier - Jour 0 : la cérémonie d’ouverture

Le village olympique de la Jeunesse de Lausanne est plein. 1792 athlètes et officiels occupent désormais leurs chambres au Vortex, alors que 347 ont pris leurs quartiers au village olympique de la Jeunesse de St. Moritz

Cérémonie d’ouverture. C’est le premier événement tant attendu. Sous le thème « Home », la cérémonie d’ouverture s’est articulée autour de sept tableaux artistiques et des éléments symboliques constitutifs du Mouvement Olympique, avec notamment l’allumage de la vasque olympique qui a brûlé le temps des Jeux. Elle a été également l’occasion d’accueillir toutes les nations participantes lors de la traditionnelle parade des athlètes. Le point de départ de 14 jours d’émotion ! Cette cérémonie a été magique et simple, à l’image des Jeux. Voulue touchante et proche des gens, elle a impliqué pas loin de 400 jeunes participants des écoles, rendant un vibrant hommage à la jeunesse de la Suisse.

Le défi technique : dès que le public de la cérémonie d’ouverture a quitté la halle de la Lausanne Hockey Arena, les équipes techniques se sont lancées dans une course contre la montre, afin de rendre la scène de l’ouverture au sport et préparer la glace pour accueillir le tournoi de hockey sur glace le jour suivant.

Visite de la Présidente de la Confédération suisse

Aujourd’hui, la Présidente de la Confédération suisse, Madame Simonetta Sommaruga, a profité de sa présence à Lausanne à l’occasion de la cérémonie d’ouverture pour visiter le village olympique de la Jeunesse, le Vortex. Après avoir visité tous les espaces communs du rez-de-chaussée, elle a pu rencontrer quelques athlètes suisses et les sonder sur leur expérience au village olympique de la Jeunesse et leur préparation aux compétitions. « Nous avons créé des appartements pour les athlètes qui seront utilisés ensuite par les étudiants, ce que je trouve formidable. La Suisse se voit comme un pays qui respecte beaucoup la nature, et cela montre qu’il est possible [d’organiser des événements durables], indique Simonetta Sommaruga. Avec ce projet olympique à Lausanne, nous avons créé un modèle car nous avons travaillé qu’avec des infrastructures existantes, les athlètes se déplaçant en transports publics, par exemple. Nous n’avons pas fait de gigantisme. Les vrais géants, ce sont les athlètes. Profitons de ces Jeux à Lausanne pour montrer la Suisse comme un pays bien organisé, qui aime le sport et qui est un partenaire fiable.»

La médaille Lausanne 2020

Les créateurs et dessinateurs du monde entier ont été appelés à participer au concours de création de la face A de la médaille que les trois meilleurs athlètes de chaque catégorie ont porté autour du cou en janvier 2020. L’œuvre gagnante du concours de création de médailles lancé par le CIO pour les JOJ Lausanne 2020 a été choisie. Elle a été soumise par Zakea Page, 20 ans, de Nouvelle-Zélande, et est intitulée « Beauty in diversity » (la Beauté dans la diversité). Également artiste peintre et sportif, Zakea a eu la chance de participer à la cérémonie d’ouverture le 9 janvier où il a réalisé une peinture de son œuvre en s’aidant d’une crosse de hockey. La jeunesse a encore une fois été engagée jusqu’au bout puisque la face B de la médaille a été réalisée par une stagiaire graphiste du Comité d’organisation.

10 janvier - Jour 1

  • Super-G femmes et hommes en ski alpin aux Diablerets Alpine Centre
  • Courses individuelles femmes et hommes en ski alpinisme à Villars Winter Park
  • Début des tournois féminins et masculins de hockey sur glace 3×3 à la Lausanne Hockey Arena
  • Début du tournoi de curling mixte à la Champéry Curling Arena
  • Programmes individuels courts hommes et en couple en patinage artistique à la Lausanne Skating Arena

Israël ouvre son compteur avec sa première médaille aux Jeux Olympiques d’hiver ! La jeune Noa Szollos écrit l’histoire du sport de son pays en gagnant le bronze au Super-G femmes, en ski alpin.

Les curleurs découvrent un terrain de jeu totalement inédit. Lausanne 2020 innove aussi là où la tradition est normalement de mise : les « maisons » des pistes de curling est aux couleurs des Jeux !

La Place des Médailles explose dès le premier soir : la Suisse remporte six médailles le premier jour !

Le public découvre le hockey sur glace 3×3, un tout nouveau format qui permet de suivre deux matchs simultanément sur deux tiers d’une même patinoire (lisez l’encart ci-joint pour en savoir plus).

Le ski alpinisme fait son début dans le monde olympique, le public montre son enthousiasme et les jumeaux Bussard montent sur le podium

Festival En Jeux !

Le premier jour des Jeux a aussi été le début des festivités culturelles et sportives sur les sites !

  • aux Diablerets, descente d’une des plus longues pistes de luge de Suisse (7,2 km) en nocturne suivie d’un concert de Bastian Baker
  • à Lausanne, initiation au curling sur la Place des Médailles et concert de St. City Orchestra après la cérémonie de remise des médailles 

Le hockey sur glace 3-on-3

Pour la première fois dans l’histoire des Jeux, un tournoi de 3-on-3 a été mis sur pied sous l’égide de la Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF). Deux parties se jouent simultanément à chaque extrémité de la patinoire et sur la largeur de la patinoire. Chaque partie consiste en trois périodes de 16 minutes. Mais la grande particularité de cette compétition, c’est que toutes les équipes masculines et féminines ont été formées de nationalités différentes, les joueurs ne se connaissant pas avant le début de ces joutes. La mission était donc de réunir toutes ces personnalités et ces cultures diverses pour en faire une véritable équipe malgré les défis linguistiques et sportifs.

« Il y a beaucoup d’entraide entre les jeunes. Certains traduisent pour ceux qui ont plus de difficulté en anglais. Cela fonctionne super bien. C’est vraiment de beaux moments à vivre de l’intérieur pour nous le staff et pour ces jeunes hockeyeurs. C’est un honneur de pouvoir vivre une telle expérience. Notre rôle est de les encadrer et de les éduquer. Cela amène des valeurs pour leur vie future. Et puis, ils parlent tous une langue commune : celle du hockey sur glace », partage un coach.

11 janvier - Jour 2

  • Programmes individuels courts femmes et dance sur glace au patinage artistique à la Lausanne Skating Arena
  • Slalom du combiné alpin femmes et hommes en ski alpin au Diablerets Alpine Centre
  • Courses individuelles femmes et hommes de biathlon au Tuffes Nordic Centre
  • Round Robin du curling mixte à la Champéry Curling Arena
  • Tours préliminaires des tournois de hockey sur glace 3-on-3 à la Lausanne Hockey Arena

La Russie gagne les deux médailles d’or au biathlon

Le Tuffes Nordic Centre est envahi pas une marée humaine et le grand succès populaire des Jeux commence à se profiler

La Lausanne Skating Arena se remplit et se vide complètement trois fois par jour, le succès en termes de public se précise

Au village olympique de la jeunesse de Lausanne a lieu le premier « Chat with Champions » avec Patrick Chan (patinage artistique, CAN), Nathalie Péchalat (patinage artistique, FRA), Hong Zhang (patinage de vitesse, CHN).

A St. Moritz, les entraînements officiels de luge et skeleton commencent sur une Olympia Bobrun aux couleurs olympiques. Les patineurs peuvent, de leur côté, finalement découvrir le Speed Skating Oval sur le lac glacé. Les températures douces des dernières semaines ont donné des sueurs froides aux organisateurs, mais la surface du lac a fini par durcir et la piste a pu être préparée juste à temps.

Festival En Jeux !

A côté des compétitions, on pouvait apprécier les activités sportives et culturelles suivantes :

  • à St. Moritz, initiation au patinage de vitesse sur le lac gelé
  • à Lausanne, démonstration de Big Air Freestyle l’après-midi et spectacle Bodycity le soir. Concert de The Gardener & The Tree après la cérémonie de remise des médailles

Visite du comité d’organisation de Paris 2024

Dans le cadre de la Convention de collaboration entre Lausanne 2020 et Paris 2024, une partie du staff parisien a intégré les équipes opérationnelles lausannoises pendant les Jeux, avec pour objectif de vivre de l’intérieur les opérations mais aussi de s’inspirer de l’ambiance olympique. En outre, des visites d’observation de certains services ont été organisées, comme au Centre Principal de Presse.

« Je suis tellement content de pouvoir participer à cet événement, c’est une vraie réussite. On a l’équilibre parfait entre la rigueur d’une organisation où rien n’est laissé au hasard et que tout est très professionnel, ce qui est le point de départ de toute organisation sportive, et en même temps, je trouve que les gens sont contents car malgré l’ampleur de l’événement, tout reste plutôt fluide et simple, dans un bon état d’esprit. Il n’y a pas de stress, pas de pression particulière. Tout le monde a le sourire dans une ambiance assez impressionnante, indique Tony Estanguet, membre du CIO et président de Paris 2024.Ça donne des idées, et ça donne envie. On veut surfer sur cette vague-là. Il y a une vraie expertise d’organisation en Suisse comme en France et il faut maintenant qu’on arrive à la généraliser à une plus grande ampleur. Quelques millions de personnes vont rejoindre l’aventure. Le sport, c’est quand même magique pour partager de grands moments. On le voit déjà ici, on vit un truc de fou. » 

12 janvier – Jour 3

  • Slalom géant femmes en ski alpin au Diablerets Alpine Centre
  • Relais mixte simple de biathlon au Tuffes Nordic Centre
  • Round Robin du curling mixte à la Champéry Curling Arena
  • Tours préliminaires des tournois de hockey sur glace 3×3 à la Lausanne Hockey Arena
  • Programmes individuels libres hommes et couples en patinage artistique à la Lausanne Skating Arena
  • 500 m femmes et hommes de patinage de vitesse au Speed Skating Oval de St. Moritz

Le duo français composé de Jeanne Richard et Mathieu Garcia gagne l’or du Relais mixte simple de biathlon et enflamme un stade des Tuffes rempli de fans !

Amelie Klopfenstein (SUI) gagne sa troisième médaille en trois courses (slalom géant en ski alpin) et se profile comme l’un des grands noms de ces JOJ. La jeune athlète n’était même pas sélectionnée au départ et a été repêchée pour remplacer une coéquipière qui s’est blessée juste avant les Jeux.

Patinage de vitesse : les Pays Bas, mais aussi la Chine, le Japon et l’Espagne sur un podium des plus hétérogènes.

Les compétitions commencent sur le lac glacé de St. Moritz, le public fasciné par l’événement entoure la piste alors que les athlètes et coaches se surprennent des temps particulièrement rapides. Les conditions semblent être optimales !


13 000 personnes auront assisté aux courses de ski alpin, sur un site de compétition dont la zone d’arrivée a dû être remontée de quelques centaines de mètres par les organisateurs, juste avant le début des compétitions. Le public ne renonce pas pour autant et s’achemine en masse pour rejoindre la zone d’arrivée quelques 500 m et 20 minutes de marche plus haut dans la montagne.

La Patrouille Suisse vient saluer les JOJ aux Diablerets.

Dina Asher-Smith, la championne olympique britannique vient à Lausanne et s’assied avec les athlètes du village olympique de la jeunesse pour partager son expérience et leur transmettre un message important : « Ne vous imposez pas de limites. Votre cerveau pourrait croire une chose, mais votre corps pourrait être capable de faire autre chose. Allez-y à fond. » Une inspiration chargée d’émotion pour les jeunes athlètes des JOJ. Tandis qu’à St. Moritz, les athlètes reçoivent les conseils avisés de Yves Pascal Oswald (skeleton, SUI).

Chaque jour, plus de 200 athlètes se rendaient sur les sites de compétition en utilisant les transports publics. Les trajets étaient planifiés minutieusement en avance et des volontaires chaperons accompagnaient et guidaient les athlètes, depuis les villages olympiques de la Jeunesse et jusqu’aux sites de compétition.

En plus des athlètes, ce sont plusieurs dizaines de milliers d’accompagnants, volontaires, spectateurs et médias qui ont utilisé les transports publics pour se déplacer pendant les 14 jours de compétition. A ce chiffre s’ajoutent les 75 000 écoliers qui, dans le cadre du programme éducatif, ont eux aussi utilisé les transports en commun pour aller profiter des différentes compétitions sportives. Les animations à Lausanne dans le cadre de Lausanne En Jeux ! ont par ailleurs suscité une hausse de 30% du trafic du métro automatique m2 par rapport à janvier 2019, avec plus d’un million de voyageurs transportés sur la durée des Jeux.

La gestion des arrivées et départs aux aéroports de Genève et Zürich

Dès leur arrivée sur le territoire suisse, les délégations étaient invitées à utiliser les transports publics pour se rendre aux villages olympiques de la Jeunesse de Lausanne et St. Moritz. Une logistique impressionnante a été mise en place entre les différentes fonctions opérationnelles de Lausanne 2020. En effet, les délégations étaient premièrement accueillies par du staff et des bénévoles aux arrivées des aéroports, puis conduites dans les trains, où des places leurs étaient réservées, afin de garantir leur confort et tranquillité durant leur voyage. Dès leur arrivée en gares de Lausanne et réciproquement St. Moritz, les délégations étaient accueillies et conduites dans des bus spéciaux jusqu’aux villages olympiques. 

Ce sont plus de 3000 personnes accréditées, répartis en deux vagues d’arrivée, qui ont été accueillis via ce système innovant.

Festival En Jeux !

La sélection des animations ce dimanche était :

  • à Champéry, initiation au curling
  • à Lausanne, concert classique « Au-delà des frontières » de 30 musiciens du Kenya et du Mexique et concert de Pat Burgener après la cérémonie de remise des médailles

13 janvier – Jour 4

  • Slalom géant hommes en ski alpin au Diablerets Alpine Centre
  • Programmes libres femmes et danse sur glace en patinage artistique à la Lausanne Skating Arena
  • Round Robin du curling mixte à la Champéry Curling Arena
  • Tours préliminaires des tournois de hockey sur glace 3×3 à la Lausanne Hockey Arena
  • 1500 m femmes et hommes de patinage de vitesse au Speed Skating Oval de St. Moritz

L’Italie domine les courses de ski alpinisme, alors que la Suisse continue sa moisson de médailles en ski alpin et la Russie répète le scénario du jour précédent en gagnant quatre des six médailles en jeu en patinage artistique dans une Skating Arena qui aura accueilli près de 10 000 personnes ce jour-là.

Les spectateurs de la première journée doivent en avoir bien parlé, le public a pratiquement doublé à Villars et les courses de ski alpinisme se tiennent devant 5000 personnes.

 

Le tournoi de hockey sur glace 3×3 captive de plus en plus, aujourd’hui plus de 10 000 personnes ont assisté aux matchs qui se tiennent tout au long de la journée.

Au village olympique de la jeunesse de Lausanne, les athlètes de Lausanne 2020 rencontrent le Président du CIO, Thomas Bach (escrime, GER), Kikkan Randall (ski de fond, USA), Emma Terho (hockey sur glace, FIN) et Sandro Viletta (ski alpin, SUI), des olympiens et champions avec une énorme expérience et l’envie de la transmettre aux générations futures, afin de les aider à progresser dans leur carrière. Des conseils de valeur inestimable transmis par des personnalités qui savent de quoi elles parlent !

Festival En Jeux !

Qu’en est-il des activités En Jeux ?

  • à Villars, des groupes musicaux locaux se produisent sur les pistes et au village pour l’après-ski
  • à Lausanne, visite du guet de la cathédrale et participation à la criée de l’heure puis concert de Charlie Winston après la cérémonie de remise des médailles

La structure et la constitution d’une équipe se sont trouvées renforcées au moment des Jeux avec la mise en place d’un Centre Principal des Opérations (CPO en français, MOC en anglais – Main Operations Center) du Comité d’organisation à son siège et d’un centre local pour St. Moritz. Le CPO intégrait non seulement une unité de conduite centrale, mais également les centres de coordination des compétitions sportives et de la technologie. L’objectif principal du CPO a été de servir de lien (coordination) pour l’ensemble des opérations des Jeux et d’être un support effectif à la conduite lors de problématiques plus complexes requérant un soutien plus conséquent.

Le CPO regroupait, dans un but d’optimisation matricielle, les fonctions principales telles que les compétitions, la coordination des sites, les services logistiques aux Jeux, les transports, les services aux médias et aux détenteurs de droits, la technologie, la sécurité, le médical, les villages des athlètes, la communication, ou encore les cérémonies, dans un but de coordination centrale des décisions. La mission du CPO était également d’assurer le lien journalier avec le CIO au niveau opérationnel et d’informer la présidente et le directeur général de Lausanne 2020 en vue du « Daily Coordination Meeting » du CIO qui se tenait de manière régulière à la Maison Olympique à Lausanne.

14 janvier – Jour 5

  • Slalom femmes et hommes en ski alpin au Diablerets Alpine Centre
  • Sprint femmes (6 km) et hommes (7,5 km) en biathlon au Tuffes Nordic Centre
  • Relais mixte multi-CNO en ski alpinisme au Villars Winter Park
  • Round Robin du curling mixte à la Champéry Curling Arena
  • Demi-finales des tournois de hockey sur glace 3×3 à la Lausanne Hockey Arena

En ski alpin, Luc Roduit (SUI) et Adam Hofstedt (SWE) gagnent leurs troisièmes médailles

La Suisse, lors du relais mixte de ski alpinisme, devance la France et l’Espagne

Aux Diablerets se tiennent les slaloms féminins et masculins, une très longue journée pour les officiels, les coaches et athlètes mais apparemment pas assez pour les 9000 spectateurs installés dans la zone d’arrivée.

Festival En Jeux !

Au programme des activités culturelles et sportives :

  • aux Tuffes, initiation au biathlon
  • à Lausanne, visite du pavillon « Health for Performance », où le public pouvait tester les derniers dispositifs pour la gestion de l’entraînement sportif des athlètes de pointe et concert de La Nefera après la cérémonie de remise des médailles

Le ski alpinisme

Seul nouveau sport aux JOJ Lausanne 2020, le ski-alpinisme a couronné le pays hôte ce mardi, au terme d’un relais mixte explosif au Villars Winter Park, qui s’est terminé dans un concert de cloches de vache. Le public suisse, venu en nombre, a réclamé des autographes à son équipe sur la ligne d’arrivée.

Les athlètes effectuent un parcours à la montée et à la descente, allant souvent jusqu’à 1900 m de dénivellation, et passent par plusieurs postes de contrôle. Il y avait cinq épreuves de médailles en ski alpinisme à Lausanne 2020 : les courses individuelles masculines et féminines, qui sont des épreuves d’endurance, les sprints masculins et féminins, et le relais mixte. La Suisse a été l’équipe la plus performante, remportant trois médailles d’or et deux d’argent, notamment grâce aux rock stars, les jumeaux Thomas et Robin Bussard.

« C’est complètement fou. Je n’arrive pas à croire que je signe des autographes comme une personne célèbre, a déclaré Robin Bussard. Cet événement est très suivi ; cela montre à quel point les gens aiment regarder du ski alpinisme et tout l’amour des Suisses pour les Jeux Olympiques. C’est un sport très spectaculaire. Les réactions ont été incroyables. »

15 janvier – Jour 6

  • Relais parallèle par équipes mixtes en ski alpin au Diablerets Alpine Centre
  • Relais mixte en biathlon au Tuffes Nordic Centre
  • Équipes mixtes multi-CNO en patinage artistique à la Lausanne Skating Arena
  • Quarts de finale et demi-finales du tournoi de curling mixte à la Champéry Curling Arena
  • Finales des tournois féminins et masculins de hockey sur glace 3×3 à la Lausanne Hockey Arena
  • Sprint par équipes mixtes multi-CNO en patinage de vitesse au Speed Skating Oval de St. Moritz

Un grand nombre de pays gagnent une médaille lors du tournoi de hockey sur glace 3×3, mais le grand gagnant est certainement ce sport, qui a su proposer un nouveau format dynamique et engageant, et qui a convaincu le public. En tout, plus de 40 000 personnes auront assisté au tournoi.

Les premiers athlètes quittent le village olympique de la jeunesse de Lausanne alors que le site de compétition des Diablerets commence déjà à être démonté.

Festival En Jeux !

Aujourd’hui, il y avait de nombreuses opportunités pour s’initier aux sports d’hiver :

  • à la Vallée de Joux, initiation au curling
  • à Lausanne, initiation au saut à ski sur un tremplin synthétique et concert de Wintershome après la cérémonie de remise des médailles

Le Centre Principal de Presse (CPP) de Lausanne 2020 était situé dans les sous-sols des bureaux principaux du Comité d’organisation à Lausanne, devenus, pendant les Jeux, le site du CPO – Centre Principal des Opérations (voir encadré plus haut). Un Centre secondaire des médias a été installé à St. Moritz.

La surface mise à disposition était celle d’un ancienne grande surface commerciale 2500 m2 sur deux étages, entièrement en sous-sol.La partie supérieure, le CPP, accueillait les différents médias accrédités ainsi que les équipes de communication de Lausanne 2020, du CIO et de l’Olympic Information Services (OIS).

La partie inférieure, le Centre International de Diffusion (International Broadcast Center – IBC en anglais), accueillait, elle, les équipes techniques de OBS (Olympic Broadcasting Services), de l’Olympic Channel ainsi que des diffuseurs des Jeux. Des salles de réunion y étaient également installées. 

Le CPP et sa conception pratique ont grandement contribué à faire de Lausanne 2020 l’édition des Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver la plus réussie en termes de diffusion et de couverture médias, tous supports confondus (voir statistiques).

16 janvier – Jour 7

  • Finales du tournoi de curling mixte à la Champéry Curling Arena
  • Départ groupé femmes et hommes de patinage de vitesse au Speed Skating Oval de St. Moritz

La Chine, la République tchèque, l’Italie, le Japon, la Colombie et la Russie sur le podium à St. Moritz. Encore une fois, au patinage de vitesse, les podiums sont des plus multiculturels.

La Norvège gagne au curling en battant le Japon en finale, alors que la Russie aura gagné son bronze en venant à bout de la Nouvelle-Zélande. Fait curieux, dans l’équipe norvégienne joue un certain Grunde Buraas, fils du responsable des sports des JOJ de Lillehammer 2016.

Le grand défi logistique : le village olympique de la jeunesse de Lausanne est vidé et rempli d’athlètes en moins d’une journée. Les bagages et le matériel sportif acheminés depuis les sites de compétition sont remis aux participants sur le départ, alors qu’une nouvelle vague arrive et prend ses quartiers au Vortex.

Les sites du Villars Winter Park, du Tuffes Nordic Centre et de la Lausanne Skating Arena se transforment afin d’accueillir dès demain les nouvelles disciplines de la deuxième vague des Jeux. Les Fédérations Internationales et leurs officiels se croisent, les officiels des pays participants découvrent leur nouveau lieu de travail et le public se réjouit que la fête continue.

À St. Moritz, les compétitions sur le lac se terminent. Un pari réussi pour les organisateurs et la Fédération internationale de patinage (ISU). La preuve ? La plupart des participants demandent à rester et pouvoir continuer de s’entraîner sur cette piste pour les jours à venir, jusqu’à la clôture du village olympique de la jeunesse !

141 volontaires pour nettoyer et préparer le Vortex en un peu plus d’une journée pour accueillir la deuxième vague !

17 janvier – Jour 8

  • Luge simple femmes et double hommes à l’Olympia Bobrun de St. Moritz
  • Début du tournoi féminin à 6 équipes de hockey sur glace à la Lausanne Hockey Arena

L’Allemagne domine les courses de luge en se parant de trois médailles sur les six en jeu.

Après sept jours d’entraînement sur la légendaire piste de l’Olympia Bobrun, construite pour la première fois en 1903 et depuis déjà théâtre de deux éditions des Jeux olympiques d’hiver et de plus de vingt Championnats du Monde, les lugeurs peuvent enfin en découdre en course. Plus de 500 personnes auront accouru pour assister aux compétitions.

Après les finales du tournoi mixte, les paires du curling double mixte ont été formées. Une fille et un garçon de pays différents se sont rencontrés et s’entraînent aujourd’hui pour la première fois ensemble, en vue du tournoi du lendemain. Apprendre à se connaître passe aussi par apprendre à communiquer, car parfois la langue est déjà le premier défi à surmonter dans ce tournoi qui met en avant les valeurs Olympiques dans la meilleure des formes.

Il neige ! Juste avant le début des compétitions de la deuxième vague, il neige sur les sites. Le Vallée de Joux Nordic Centre, tout comme le Leysin Park & Pipe pourront se présenter sous leurs plus beaux atours aux athlètes et au public !

Festival En Jeux !

De nombreuses activités étaient au programme En Jeux aujourd’hui !

  • à Champéry, chasse au trésor pour retrouver la pierre de curling qui s’est égarée dans le village
  • à Lausanne, initiation au ski-alpinisme et concert d’Arma Jackson après la cérémonie de remise des médailles

18 janvier – Jour 9

  • Ski de fond cross femmes et hommes au Vallée de Joux Nordic Centre
  • Freeski et snowboard slopestyle femmes au Leysin Park & Pipe
  • Début du tournoi de curling double mixte à la Champéry Curling Arena
  • Début du tournoi masculin de hockey sur glace à 6 équipes à la Lausanne Hockey Arena
  • Individuel femmes (tremplin normal/4 km fond) et hommes (tremplin normal/6 km fond) en combiné nordique au Tuffes Nordic Centre
  • 1000 m femmes et hommes en patinage de vitesse sur piste courte à la Lausanne Skating Arena
  • Luge simple hommes et double femmes à l’Olympia Bobrun de St. Moritz

Les stars à Leysin : Kelly Sildaru (EST) était attendue avec impatience et elle n’a pas déçu les quelque 5000 spectateurs qui ont entouré le parcours dans un cadre incroyable. La star mondiale du freeski a gagné l’or en slopestyle, devançant celle qui pourrait bien être sa grande rivale pour les années à venir, la Chinoise Ailing Eileen Gu.

Dans la liste des athlètes au départ des épreuves de ski de fond, on retrouve Taynara da Silva. La jeune brésilienne n’a commencé le ski qu’il y a deux ans et elle a découvert une passion pour ce sport. En plus des épreuves de ski de fond, elle a en effet déjà représenté son pays lors des compétitions de biathlon pendant les premiers jours des Jeux.

La République de Corée gagne deux médailles d’or et deux d’argent en patinage de vitesse sur piste courte. Un résultat limpide qui annonce une domination du pays asiatique qui marquera ces JOJ.

De nouvelles épreuves pour l’égalité des genres ! C’est le début du combiné nordique féminin et du double féminin en luge aux JOJ. Ces disciplines sont finalement prêtes pour les grands événements et pour permettre une meilleure égalité des genres aussi dans leurs sports.

Plus de 1000 personnes pour assister au premier jour de compétition du curling double mixte à Champéry. Ce grand nombre de spectateurs est un immense succès pour ce tournoi de curling.

Le patinage de vitesse sur piste courte attire du monde, la Lausanne Skating Arena est pleine pour le premier jour de compétition. 5,000 personnes découvrent ce sport et offrent aux athlètes un spectacle absolument impressionnant.

Ce soir, le « Chat with Champions » à Lausanne, propose la présence de Hannah Kearney (ski acrobatique, USA), John Morris (curling, CAN), Maria Ntanou (ski de fond, GRE) pour le plus grand plaisir des jeunes athlètes.

Festival En Jeux !

Voyons quelles sont les activités sportives et culturelles de ce samedi :

  • à St Moritz, initiation au bobsleigh sur la piste Olympique grisonne
  • à Lausanne, concert de Stevans après la cérémonie de remise des médailles

Luge double féminine

Autre ajout au programme sportif de Lausanne 2020, la luge double féminine !

La compétition consiste en deux descentes. Les temps de course sont calculés en additionnant les temps des deux descentes avec le temps combiné gagnant le plus rapide. Le calcul du temps est déterminé lorsque le lugeur ou sa luge déclenchent les cellules photoélectriques au départ et à l’arrivée.

Le Canada a décroché l’argent grâce aux efforts de Natalie Corless et Caitlin Nash, devenues la première équipe de double féminin à concourir dans une Coupe du monde en décembre 2019. 

« Nous avons eu notre quart d’heure de gloire le mois dernier à la Coupe du monde, a déclaré Natalie Corless. Mais là, c’est complètement incroyable. Je n’ai jamais rien vécu de tel. »

Les jeunes visitent leurs projets

Depuis les premiers stades de la planification jusqu’à la livraison durant la période des Jeux, des jeunes des environs ont participé à toutes les étapes du processus. Aujourd’hui, Lausanne 2020 et le CIO ont conjointement organisé une visite afin que tous ces jeunes puissent voir comment leurs idées, leurs projets et leurs efforts se sont concrétisés durant ces deux magnifiques semaines. Une expérience extrêmement gratifiante : les designers ont pu rencontrer les constructeurs ! Au programme, une visite du village olympique de la jeunesse, de la vasque, des coulisses de la cérémonie de remise des médailles, du Centre Principal de Presse, avant de finir la soirée devant un match de hockey sur glace à la Lausanne Hockey Arena. 

« Nous sommes heureux de voir notre travail porter ses fruits, quelque chose que nous avons fait nous-mêmes et que nous voyons sur les écrans. Cela fait vraiment plaisir, et nous sommes fiers, s’exclame Filipe Teixeira Magalhaes, apprenti de 18 ans, qui a participé à la construction de la vasque olympique au sein du C-FOR (Centre de formation des Services industriels de Lausanne). Nous avons beaucoup appris ; c’est un élément important à mettre sur notre CV. »

« Lorsque nous voyons l’échelle et la qualité de ces JOJ, nous réalisons à quel point nous avons eu de la chance d’être sélectionnés et d’avoir participé à ce projet », s’enthousiasme Olivia Dall’Omo, qui a travaillé sur la création des plateaux utilisés lors des cérémonies de remise des médailles à l’École cantonale d’art de Lausanne (ECAL).

« C’est vraiment beau de voir tous ces drapeaux, tous ces pays rassemblés, et tous les athlètes apprécier vraiment le Vortex. De voir tout cela se concrétiser et de voir comment [Lausanne 2020] a mis en œuvre nos idées est juste un sentiment incroyable », explique Gabriela Birrer, qui a travaillé sur le projet durant neuf semaines en 2018 et a interviewé plusieurs athlètes dans le cadre de ses recherches à l’Ecole hôtelière de Lausanne (EHL).

19 janvier – Jour 10

  • Sprint femmes et hommes en ski de fond au Vallée de Joux Nordic Centre
  • Ski cross femmes et hommes au Villars Winter Park
  • Concours individuel femmes et hommes de saut à ski au Tuffes Nordic Centre
  • Monobob et skeleton femmes à l’Olympia Bobrun de St. Moritz
  • Round Robin des tournois féminins et masculins à 6 équipes de hockey sur glace à la Lausanne Hockey Arena
  • Phase préliminaire du tournoi de curling double mixte à la Champéry Curling Arena

La fondeuse Siri Wigger (SUI) une seconde médaille d’or olympique en deux jours devant 5500 spectateurs bruyants ! Une ambiance de Coupe du monde. Celle qui avait déjà remporté le cross le jour précédent, avait aussi gagné les OPA Games en 2019, les compétitions qui avaient été organisées comme test pour les JOJ.

La première médaille d’or en monobob est remportée par la Roumaine Georgeta Popescu.

Au Tuffes Nordic Centre, le vent vient déranger la compétition. Les départs sont souvent intercalés de pauses et les coaches attendent sur leurs plateforme les meilleures conditions pour donner le départ à leurs athlètes.

Après le premier saut, la Française Joséphine Pagnier est en tête et aurait gagné l’or si la compétition n’avait pas été interrompue. Dans la tour du jury, la tension monte mais les officiels conduisent la compétition jusqu’au bout. La Française gagne l’argent, juste derrière Anna Shpyneva (RUS) et devant Stepanka Ptackova (CZE). Les 6400 spectateurs présents auront pu profiter du spectacle jusqu’à la fin.

Le vent aura eu raison des épreuves à Leysin. Le jury et les organisateurs atteignent le site de compétition très tôt dans la matinée mais par la suite, le vent provoque même l’arrêt des remontées mécaniques. Le départ du Slopestyle masculin est reporté à plusieurs reprises, puis à midi un report au lendemain est décidé. Le programme du Leysin Park & Pipe sera comprimé, mais aucune compétition ne sera annulée.

9200 spectateurs au Villars Winter Park pour suivre les épreuves de ski cross et voir Marie Karoline Krista gagner l’or, la 16ème médaille pour la Suisse !

A St. Moritz, une centaine d’athlètes (record absolu !) ont la chance de discuter avec le Président du CIO, Thomas Bach (escrime, GER), Jamie Greubel Poser (bobsleigh, USA), Tatjana Hufner (luge, GER). Tina Maze, l’immense championne de ski alpin slovène, se balade au village olympique de la jeunesse de Lausanne et rencontre les jeunes athlètes au Yodli Café pour partager son expérience et sa passion pour le sport et les Jeux. Pour ce dernier « Chat with Champions », les athlètes apprécient les conversations avec Viktor Knoch (patinage de vitesse sur piste courte, HUN), Ramone Cooper (ski acrobatique, AUS), Florence Schelling (hockey sur glace, SUI) et Timea Bacsinszky (tennis, SUI).

Festival En Jeux !

Dimanche captivant autour des compétitions sportives !

  • à Leysin, initiations au pumptrack, parkour, trampoline, grimpe, skateboard et slackline sur ce site résolument freestyle !
  • à Lausanne, sur le stand de la Fédération Internationale de l’Automobile (FIA), il était possible d’appréhender quelques règles simples de sécurité routière et de les mettre en pratique de manière ludique via une expérience de e-karting, et concert de Phanee de Pool après la cérémonie de remise des médailles

Le combiné nordique féminin

Si le combiné nordique masculin figure au programme olympique depuis 1924, l’épreuve féminine a attendu 2016 pour être reconnue comme discipline au niveau international.

Malgré des débuts tardifs, le combiné nordique féminin est en plein essor depuis 2016 et fait son apparition pour la première fois aux JOJ cette année. Il a été en progression de 40% lors des deux derniers hivers de l’hémisphère nord car les pays, pressentant une nouvelle source de médailles potentielle, commencent à investir dans cette discipline naissante.

Ces JOJ marqueront un tournant décisif en termes d’égalité des genres sur la scène olympique. « C’est vraiment un moment historique, il s’agit de la première épreuve Olympique d’hiver (junior ou senior) lors de laquelle l’égalité des genres sera respectée », explique Tara Geraghty-Moats, « Athlete Role Model » de Lausanne 2020.

20 janvier – Jour 11

  • Snowboard et freeski slopestyle hommes et halfpipe femmes au Leysin Park & Pipe
  • Snowboard cross femmes et hommes au Villars Winter Park
  • Concours mixte par équipes de saut à ski au Tuffes Nordic Centre
  • 500 m femmes et hommes en patinage de vitesse sur piste courte à la Lausanne Skating Arena
  • Round Robin du tournoi masculin et demi-finales féminines en hockey sur glace à 6 équipes à la Lausanne Hockey Arena
  • Relais mixte en luge à l’Olympia Bobrun de St. Moritz

Ailing Eileen Gu (CHN) avait dû se contenter de l’argent en slopestyle derrière la grande favorite Kelly Sildaru (EST). La Chinoise s’est aujourd’hui imposée devant sa compatriote Fanghui Li.

La République de Corée continue de dominer le patinage de vitesse sur piste courte en gagnant deux médailles d’or et une d’argent, mais cette fois-ci l’ordre d’arrivée entre Jeongming Lee (or) et Sungwoo Jang (argent) était l’inverse que lors de la précédente course.

Grande journée au Leysin Park & Pipe. Les femmes en action sur halfpipe alors que les hommes s’affrontent le long du slopestyle, le tout pour les disciplines de snowboard et freeski.

Le tournoi de hockey sur glace à 6 équipes montre à quel point Lausanne est une ville où la passion pour ce sport est authentique. L’écrin de la Lausanne Hockey Arena se remplit pour chaque match et il est souvent difficile de trouver une place libre.

Une grande journée de compétition à l’Olympia Bobrun, avec du bobsleigh, du skeleton et de la luge, clos les compétitions à St. Moritz. Les camionnettes de transport des équipements entre la ligne d’arrivée et le départ arborent un grand « Les Jeux reviennent à la maison ! » Rien de plus vrai !

Ce soir, une fête de fin des Jeux est organisée pour les athlètes qui quitteront le village olympique de la jeunesse déjà demain après une expérience olympique mémorable, là où l’hiver et les sports d’hiver sont à la maison.

Festival En Jeux !

Les activités culturelles et sportives phares du jours :

  • à Leysin, concert de la fanfare militaire de la division territoriale 2 suisse
  • à Lausanne, atelier « A la découverte du Mouvement Olympique et de ses valeurs » et concert de The Two & Friends après la cérémonie de remise des médailles

21 janvier – Jour 12

  • 5 km femmes et 10 km hommes en style classique en ski de fond au Vallée de Joux Nordic Centre
  • Freeski et snowboard halfpipe hommes et qualifications de big air femmes au Leysin Park & Pipe
  • Ski crosse et Snowboard cross par équipes mixtes au Villars Winter Park
  • Matchs éliminatoires en curling double mixte à la Champéry Curling Arena
  • Demi-finales masculines et finales féminines des tournois de hockey sur glace à 6 équipes à la Lausanne Hockey Arena

Siri Wigger (SUI) remporte sa troisième médaille en trois courses et se révèle être une étoile montante du ski de fond. Ce soir, à la Place des Médailles, la fête sera belle pour la 23ème et la 24ème médaille suisse !

Il n’est pas courant de voir du hockey sur glace à 11 heures du matin. Le premier match de la journée, la demi-finale USA-CAN a prouvé que cela est bien possible. Les Etats-Unis gagnent 2-1 un match qui aura stupéfié plus de 7000 jeunes spectateurs, comme tout autre observateur ou expert de ce sport, par son intensité et sa qualité de jeu.

Le ski cross et snowboard cross par équipes mixtes est une compétition qui mélange non seulement les genres, mais aussi les disciplines. 5500 personnes sont présentes au Villars Winter Park pour assister à la victoire de la Suisse. À noter que trois des athlètes de l’équipe hôte ont déjà gagné une médaille lors de leur course les jours précédents.

Les hockeyeuses japonaises et leur rituel sur la glace auront fasciné le public jusqu’au bout de leur rêve ! Elles gagnent l’or en battant la Suède en finale et s’offrent un dernier salut au public de la Lausanne Hockey Arena.

Festival En Jeux !

Avant-dernier jour pour profiter des activités En Jeux !

  • au Yodli Park, simulateur de ski et de snowboard pour vivre l’expérience d’une descente Olympique
  • à Lausanne, exposition des photographies des collections du Musée de l’Elysée liées au sport et concert de Klischee après la cérémonie de remise des médailles

Mongolie - le hasard et la nécessité

Janvier 2016, hasard d’une rencontre de quelques fondeurs isolés en Mongolie, nécessité de leur apporter un soutien !

Un retraité, le Dr. Pascal Gertsch des Diablerets, troque son aide qu’il apporte depuis 2012 dans des hôpitaux pour retrouver ses anciennes passions de skieur d’élite et de médecin de l’équipe suisse de ski nordique. Tout est à faire dans ce lointain pays : pistes, matériel, méthode d’entraînement et bien sûr une équipe pour les JOJ Lausanne 2020 qui offrent là une opportunité de rêve ! Les collaborations et les aides en Mongolie, Suisse et France se multiplient : dès janvier 2018 une première équipe, une sélection de 15 jeunes, gagne le Sentier et récidive l’année suivante pour apprivoiser les conditions exceptionnelles de la Vallée de Joux.

En Mongolie, les camps d’été se succèdent regroupant, sous la direction d’Alain Bohard, l’entraîneur jurassien, jusqu’à 40 participants.

Arrivent les premières sélections de trois filles et trois garçons dont la mission est de collecter les indispensables points FIS car ils n’ont de licence que depuis le 1 juillet 2019 ! Italie, Suisse, France, Norvège, Suède sont leur terrain de sport ; le miracle de l’engagement illimité de tous permet à Nomin, Urangoo, Khongor et Zolbayar de devenir l’équipe participante mascotte des médias comme du public des JOJ 2020.

Et c’est exclusivement dû aux JOJ Lausanne 2020 qu’il y a maintenant en Mongolie 15 entraîneurs formés par la Confédération suisse, une quantité considérable de matériel, une piste homologuée FIS, un médecin du sport éduqué une année à l’hôpital universitaire de Lausanne (CHUV) et…des skieurs heureux au pays de Chinggis Khan ! Un bel exemple de projet durable.

22 janvier – Jour 13

  • Freeski et snowboard big air femmes et hommes au Leysin Park & Pipe
  • Relais mixte multi-CNO en patinage de vitesse sur piste courte à la Lausanne Skating Arena
  • Combiné nordique par équipes mixtes (tremplin normal/4×3.3 km) aux Tuffes et la Vallée de Joux Nordic Centres
  • Finales du tournoi masculin de hockey sur glace à 6 équipes à la Lausanne Hockey Arena
  • Demi-finale et finales du tournoi de curling double mixte à la Champéry Curling Arena

Le tournoi de hockey sur glace se termine en une grande fête dans une patinoire qui semble exploser de joie. La Russie, les Etats-Unis et leCanada occupent le podium.

Les talents japonais du snowboard font le show sur le big air du Leysin Park & Pipe et enchantent les 5000 spectateurs qui auront grimpé le long de la piste pour assister au spectacle.

Le combiné nordique par équipes mixtes se tient sur deux sites. Si le saut se fait aux Tuffes le matin, les athlètes, officiels, médias et le public se déplacent ensuite à la Vallée de Joux pour la partie de ski de fond. Un défi logistique et de transport, sans compter qu’entre les deux sites s’étend une frontière ! En outre, s’agissant du dernier jour des JOJ, le rapatriement au village olympique de la jeunesse et à l’aéroport du matériel des sportifs doit être assuré. Aujourd’hui aussi l’organisation est à l’épreuve, et si la Norvège gagne la compétition devant l’Autriche et l’Italie, une médaille devrait être attribuée aussi aux responsables des opérations du comité d’organisation.

La cérémonie de clôture de ces Jeux a lieu sur la Place des Médailles qui a vibré pendant 12 jours grâce aux exploits des athlètes venus du monde entier. C’est le moment de remercier les athlètes, les volontaires et tous ceux qui ont fait de ces Jeux un événement exceptionnel qui va marquer une génération.

Il est temps également pour le président du CIO, Thomas Bach, de proclamer les Jeux clos. Il y a comme un début de blues qui s’installe, mais la fierté d’avoir participé à quelque chose de grandiose et d’unique est palpable.

Festival En Jeux !

Dernier jour des Jeux et des activités culturelles et sportives en marge des compétitions !

  • au Yodli Park, séances de peinture sportive en direct (fresque) avec l’artiste Olympien Slaven Dizdarevic
  • à Lausanne, visite du théâtre de l’Opera de Lausanne avec rencontre d’un chanteur lyrique, Cérémonie de Clôture suivi du concert de Bastien Baker

Freeski Big Air féminin et masculin

L’épreuve de Big Air ski et snowboard féminin et masculin a fait ses débuts aux JOJ Lausanne 2020 ! L’épreuve est évaluée par des juges. Les athlètes se projettent très haut au-dessus d’un tremplin pour réaliser plusieurs figures tout en assurant une réception propre et bien exécutée. La prestation se base sur deux sauts dans la phase de qualification et trois sauts dans la finale. Le meilleur saut compte pour la qualification. Les deux meilleurs sauts comptent en finale.

« Je suis contente d’avoir remporté l’or. J’ai vraiment fait de mon mieux aujourd’hui, s’est exprimé Asanuma Hinari (JPN). Mes efforts ont porté leurs fruits. J’ai adoré ces Jeux Olympiques de la Jeunesse, je suis ravie d’y avoir participé. »

3.2 Les Places des Médailles

Lausanne

La Place des Médailles, spécificité des JO et JOJ version hivernale a été pensée comme un lieu de fête et de célébration. Au cœur du dispositif du festival Lausanne En Jeux !, cette place a joué un rôle prépondérant dans la réussite de la fête populaire. Pourquoi ? Voici quelques éléments de réponse.
Un rendez-vous quotidien. Tous les jours à 19h étaient remises les médailles des compétitions du jour. Avec une précision toute helvétique, la Place des Médailles a pris vie quotidiennement dès 18h et s’est très vite muée en un rendez-vous incontournable de tous les visiteurs des Jeux en Ville de Lausanne.

Un site idéal. A sept minutes en métro du village olympique de la jeunesse, au centre du réseau de transport public, dans un quartier piéton et au cœur du festival Lausanne En Jeux ! La venue des spectateurs a été maximisée en rendant la Place des Médailles très facilement accessible. De plus, entourée de bars et de restaurants, cette place donnait l’illusion d’être dans un site « fermé », dans un stade. Elle a accueilli en moyenne 2000 à 3000 personnes par soir, avec des pics à 4500 personnes, et un record de plus de 6000 personnes pour la cérémonie de clôture.

En lien avec le festival Lausanne En Jeux ! Que ce soit au niveau des infrastructures ou au niveau du programme, la Place des Médailles a été conçue en parfaite collaboration avec le festival Lausanne En Jeux ! La place faisait office de patinoire pendant la journée pour accueillir les initiations de patinage artistique et de hockey sur glace. Dès la fin de journée, elle se transformait en place de fête. La programmation du festival Lausanne En Jeux ! a été également synchronisée avec ce temps fort qu’était la remise des médailles. Dès 18h30, une fanfare urbaine traversait toutes les places du festival afin d’annoncer la tenue des remises des médailles, et amenait les spectateurs sur la place. Les activités des autres places étaient – le temps des remises des médailles – mises à l’arrêt. Après chaque cérémonie de remise des médailles, un concert était proposé au public.

Une infrastructure grand format. Le comité d’organisation a également investi dans une grande scène et une sonorisation digne de grands concerts. Ce format était essentiel pour « poser » la Place des Médailles au cœur du dispositif du festival en ville, comme LE lieu de rendez-vous quotidien d’un événement d’envergure.

St. Moritz

Lausanne 2020 a installé une deuxième Place des Médailles à St. Moritz. A cause de l’éloignement de la station grisonne avec Lausanne, il était impossible de remettre les médailles glanées à St. Moritz sur la Place des Médailles du Flon. Cette place a été entièrement gérée par le site de St. Moritz, qui a su magnifiquement reproduire l’ambiance et l’expérience voulue par le comité d’organisation. Quatre soirées de remises des médailles ont eu lieu suivie d’un concert, sur le même format que cela s’est fait à Lausanne. 

Cette place a également été le théâtre d’une diffusion en direct de la cérémonie d’ouverture, en présence de tous les athlètes et délégations présentes à St. Moritz, et de plusieurs milliers de spectateurs locaux. Une fête de fin des Jeux, le 20 janvier, a également eu lieu sur cette place, afin de dire « au revoir et à bientôt » à tous ces jeunes athlètes qui ont enflammé la station grisonne de leurs exploits !

3.3 Les Festivals En Jeux !

Toutes les activités du programme En Jeux ! étaient gratuites et accessibles aux écoles. Voyons maintenant ce que chaque site a mis en place.

Lausanne En Jeux !

Lausanne en Jeux ! est l’ambitieux programme d’animations sportives et culturelles organisé à Lausanne dans le cadre des JOJ. Deux semaines durant, cette grande fête a fait battre le cœur de la ville en rassemblant population, acteurs du monde sportif et hôtes de passage venus du monde entier pour l’occasion. En écho aux remises quotidiennes des médailles à Lausanne, une large offre d’initiations et de pratiques sportives, d’ateliers, d’exhibitions, de spectacles et d’expositions a permis à chacun, quel que soit son âge, de vivre et partager la formidable expérience des Jeux !

Organisé du 9 au 22 janvier dans un dispositif recentré et connecté à la dynamique de la Place des Médailles (Flon), Lausanne en Jeux ! a offert un véritable parcours dans toute la ville permettant au public de participer à une expérience globale. L’importante mobilisation des acteurs locaux pour la majorité (club et association sportive, les institutions culturelles telles que les théâtres, compagnies, écoles d’art, festivals ainsi que les acteurs gastronomiques locaux) a permis d’offrir une expérience unique en son genre avec près de 300 rendez-vous tout au long des deux semaines.

Une autre importante partie de ce vaste projet a été élaboré pour les écoliers vaudois et d’ailleurs. Ce riche volet pédagogique de Lausanne en Jeux ! a offert à ces enfants des activités sportives et culturelles sous forme d’initiations, d’ateliers ou de spectacles. Chaque activité a été pensée pour être à la fois ludique et instructive. Les animations culturelles ont été également portées par les institutions locales telles que les théâtres, l’opéra, les musées et les associations culturelles. Au total, ce sont près de 28 activités qui ont été proposées quotidiennement permettant ainsi à près de 25 000 écoliers de vivre la magie des Jeux. 

 Finalement, comment ne pas mentionner la création phare de l’événement, Bodycity. Un spectacle créé spécialement pour l’occasion qui a été sans aucun doute le rendez-vous qui a symbolisé le mieux la rencontre entre le sport et la culture tout en mettant en exergue l’incroyable richesse et vitalité des écoles, artistes et athlètes lausannois, protagonistes de ce succès retentissant. Les cinq représentations, à ciel ouvert en plein mois de janvier, ont rassemblé autour de la place Centrale pas moins de 10 400 visages émerveillés par les prouesses réalisées par les « performers » sur une scène pour le moins atypique en forme de skatepark.

Le programme Lausanne en jeux !

Yodli Park

Situé devant la Lausanne Hockey Arena où ont eu lieu la cérémonie d’ouverture et les compétitions de hockey sur glace, et à 200 mètres de la Lausanne Skating Arena (patinage artistique et patinage de vitesse sur piste courte), le Yodli Parc, inspiré de la Mascotte Yodli, a accueilli plus de 80 000 visiteurs, écoles et spectateurs pendant 13 jours.

Cet univers était constitué des éléments suivants :

  • six Dômes futuristes
  • dispositif du Voyage de la Flamme
  • exposition « L’Olympisme rendu visible » du Musée Olympique 
  • fresque murale co-participative de l’artiste et Olympien Slaven Dizdarevic

Les six Dômes ont permis d’offrir aux visiteurs de nombreuses activités interactives avec certains des principaux partenaires de Lausanne 2020 :

  • Le Dôme CIO
  • Le Dôme « Health for Performance » (CHUV, UNIL, EPFL, HESAV)
  • Le Dôme SAMSUNG et sa technologie de réalité virtuelle 
  • Le Dôme ECA (Assurance incendie et pompiers)
  • La Maison de Yodli
  • Le Dôme boutique officielle Lausanne 2020

St. Moritz en Jeux !

St. Moritz a proposé les activités d’extérieur suivantes :

  • Initiation au patinage de vitesse sur le lac gelé
  • Initiation au skeleton sur la Cresta Run
  • Initiation au Eisstock
  • Tour du village
  • Cérémonie de remise des médailles tous les soir

Les activités prévues sur le lac gelé ont finalement été proposées après les compétitions de patinage de vitesse dû au retard de formation de la glace sur le lac.

Villars en Jeux !

Durant les JOJ, Villars s’est animé pour rendre cette quinzaine Olympique festive. Chaque jour de compétitions, des concerts ont eu lieux à Bretaye (sur les pistes) et sur la place du Marché pour l’après-ski.

Les compétitions ont également été diffusées sur grand écran sur la Place du Marché du village pour ne rien manquer.

Les enfants étaient invités à s’initier au ski ou au snowboard encadré par des moniteurs de l’Ecole Suisse de Ski. Plusieurs dates ont été proposées durant les JOJ. Les initiations étaient gratuites et avaient lieu sur la piste du Palace à Villars !

Voici les initiations proposées :

  • Test de la réplique du départ du ski cross & snowboard cross des JOJ au sommet de la piste de Chaux-Ronde
  • Initiation aux bases du ski pour les non-skieurs de 6 à 16 ans
  • Initiation aux bases du snowboard pour les non-skieurs de 6 à 16 ans

Leysin en Jeux !

Leysin a offert à ses visiteurs des initiations sportives aux disciplines qui s’y sont déroulées, et ce de manière ludique et dynamique. La jeunesse a donné vie à ces Jeux : grâce aux athlètes, d’une part, mais aussi grâce aux écoles de la région impliquées dans l’animation et la décoration de Leysin en Jeux ! Les associations locales ont mis en avant les trésors culinaires et culturels du village. D’anciennes personnalités sportives ont fait vivre à nouveau leurs exploits. 

Leysin en Jeux ! avait pour volonté de créer une cohésion de tout un village autour d’un événement unique en transmettant un bel héritage à sa jeunesse.

Voici les initiations sportives freestyle proposées à Leysin. Toutes ces animations étaient regroupées dans un même espace ouvert à tout un chacun :

  • Pumptrack
  • Parkour
  • Trampoline
  • Grimpe
  • Skateboard
  • Slackline

 Des concerts, spectacles et conférences ont complété ce programme sportif.

Diablerets en Jeux !

Petits et grands ont pu découvrir les disciplines suivantes aux Diablerets grâce à des initiations aux sports Olympiques qui étaient proposées sous le nom de la « Fête de la Glisse » :

  • Saut à ski
  • Ski de fond 
  • Biathlon 
  • Hockey 
  • Curling 
  • Patinage

De nombreux concerts ont été proposés gratuitement dont deux de grande envergure : Bastien Baker et Charlie Winston.

Champéry en Jeux !

Champéry a pleinement profité des JOJ pour proposer des initiations au curling au sein même du Palladium, où les compétitions avaient lieu.

Ils avaient pour objectifs les éléments suivants :

  • Faire connaître le curling aux jeunes
  • Attirer de nouveaux adhérents 
  • Susciter l’intérêt et l’engouement pour ce sport auprès des enfants et des jeunes sportifs

Vallée de Joux en Jeux !

Un grand nombre d’animations ont été organisées à la Vallée de Joux en marge des JOJ Lausanne 2020.

 Les sociétés locales, les commerces et les écoles de la Vallée de Joux ont proposé de nombreuses animations pour fêter la venue de la bannière Olympique dans la région : concerts, démonstrations, initiations, concours, projections de films, etc.

 La terrasse du Centre Sportif a été aménagée en village de fête, la Place des Jeux, avec un chalet en bois, un igloo chauffé, de la petite restauration et des animations en soirée (retransmissions TV, afterworks, etc.)

 Comme sur tous les autres sites, la Vallée de Joux avait prévu de proposer des initiations sportives et d’accueillir les curieux qui souhaitaient tester le skicross, le biathlon et le saut à ski. Cette activité était destinée en premier lieu aux écoliers, mais aussi à tout un chacun. Malheureusement, le manque de neige n’a finalement pas permis la tenue de ces initiations.

Les Tuffes en Jeux !

En parallèle des missions du comité local d’organisation, des commissions thématiques et un chargé de mission de la sous-préfecture de Saint-Claude ont mis sur pied un programme éducatif, culturel et festif qui ont accompagné les JOJ.

Certaines animations étaient permanentes comme des expositions et la visite des musées. Des conférences, des spectacles, des concerts ainsi que des ateliers découverte ont été proposés sur des thèmes spécifiques comme les détecteurs de victime d’avalanches ou la logistique d’une expédition polaire.

De nombreuses initiations sportives ont été organisées telles que :

  • Ski nordique (biathlon, ski de fond, saut à ski)
  • Handball sur neige
  • Handiski
  • Ski-raquette

3.4 Les sorties scolaires aux Jeux

Après quatre années de travail autour des valeurs Olympiques, des sports d’hiver et de Lausanne 2020, quelque 80 000 écoliers ont pu vivre l’événement tant espéré. Un programme unique a été concocté pour les écoliers qui se sont rendus dans les différents sites hôtes pour encourager les athlètes mais aussi voir les compétitions des sports qu’ils ont étudié et essayé en amont des JOJ et parfois avec des Olympiens étant venus en classe. En effet, cette sortie d’école incluait une activité pédagogique (initiation sportive, visite d’un musée, etc.) dans le cadre des Festivals En Jeux ! sur chaque site, la participation aux compétitions des JOJ et tout cela en utilisant les transports publics gratuitement où ils avaient parfois la chance de côtoyer les athlètes Olympiques de la jeunesse. Pour les écoliers, ce programme était l’aboutissement de leur travail et la chance de voir en application leurs œuvres déjà créées des années précédant les Jeux.

3.5 Le programme éducatif Athlete 365

Le programme éducatif Athlete 365 comprenait cinq activités et deux animations mises en place par Lausanne 2020, le CIO, les Fédérations Internationales et leurs partenaires.

 L’UNIL a contribué avec ses partenaires académiques (EPFL, CHUV, HESAV), le CIO et l’INSEP au développement et à la mise en œuvre du programme éducatif Athlete 365.

 Un programme riche qui a permis aux 1784 athlètes de 79 pays d’en apprendre plus sur bien des domaines : conseils en entraînement sur la base de tests de performance, prévention des abus et de la commotion dans le sport, rencontre avec les champions, gestion des médias et bien d’autres activités leur ont été proposées.

« Awareness »

L’activité « Awareness » (Sensibilisation) était composée de modules qui visaient à informer les athlètes sur les enjeux d’une carrière de sportif d’élite, que cela soit sur la gestion de leur parcours, les risques en lien avec l’activité sportive (dopage, corruption, abus) ou encore la découverte de la Solidarité Olympique. Ces modules ont été mis en place par différents départements du CIO, la Solidarité Olympique, l’Agence Mondiale Anti-Dopage (AMA) ainsi que par le Lillehammer Legacy Center.

« Media Lab / Game Changers Hub »

Géré par les services Olympiques de radio-télévision (OBS), la société qui produit les images des JOJ, et par Olympic Channel, la chaîne du Mouvement Olympique, le « Media Lab » permettait aux athlètes de louer une caméra pour filmer leurs expériences aux JOJ et en faire une vidéo avec l’aide des monteurs mis à disposition sur place. Facultative, la participation à toutes ces activités était motivée par un concours sur l’application, qui permettait de gagner des souvenirs sous forme de pin’s. Un plateau télé installé au village olympique de la jeunesse de Lausanne, leur permettait aussi de vivre leurs premières expériences avec les médias dans une émission transmise en direct.

« Health for Performance »

Développé avec les experts des institutions partenaires, le module « Health for Performance » (Santé pour la performance) a visé à renforcer le suivi et l’amélioration de la performance et de la santé des athlètes. Durant les Jeux, les experts des différentes institutions étaient présents dans les Villages Olympiques de la Jeunesse de Lausanne et St. Moritz pour faire bénéficier les athlètes des tests proposés et d’un coaching personnalisé.

 Tests de posture et de mobilité, analyse du mouvement, mesure des tensions musculaires, le dispositif proposé a permis de rassembler les expertises en sciences du sport, technologie et santé au sein d’un système unique. Cette approche novatrice permettait la création d’un profil « sport et santé » pour chaque athlète, afin de lui proposer des programmes d’entraînement individualisés, avec un suivi sur la durée.

Ils pouvaient créer leur avatar digital, qui était alimenté par les données des tests qu’ils effectuaient. Grâce à des technologies de pointe, ils recevaient des recommandations ciblées pour améliorer la qualité de leurs mouvements et prévenir les blessures. 

D’autres activités en lien avec la prévention des risques dans le sport leur ont permis de vivre et de détecter une commotion grâce à la réalité virtuelle, ou de recevoir des conseils quant à la gestion du stress, du sommeil et de la nutrition, éléments centraux d’une bonne santé.

« Chat with Champions »

L’une des activités éducatives parallèles organisée aux Villages Olympiques de la Jeunesse était le très populaire « Chat with Champions » (Rencontre avec les Champions), qui a proposé des échanges entre les athlètes des JOJ et les « Athlete Role Models » (ARMs). On y voyait des personnalités telles que le Président du CIO, Thomas Bach, le champion Olympique canadien de patinage artistique, Patrick Chan, et la championne du monde d’athlétisme Dina Asher-Smith, partager un peu de leur sagesse avec les jeunes athlètes sur une variété de sujets importants allant des enjeux mondiaux aux conseils à donner sur le plan sportif.

« IF Focus Day »

Chaque Fédération Internationale (FI), en coordination avec Lausanne 2020 et le CIO, a développé différentes activités éducatives pour les athlètes pendant les Jeux. Le but de ces activités était de promouvoir les échanges culturels, les nouvelles connaissances, le développement de nouvelles aptitudes et compétences pour le développement personnel et professionnel, tout en inspirant aux athlètes les valeurs Olympiques d’excellence, d’amitié et de respect dans chaque activité éducative organisée par les Fédérations Internationales.

« Athlete Role Models »

Les « Athlete Role Models » (ARMs) sont des athlètes de haut niveau qui ont été désignés par les Fédérations Internationales et le CIO pour venir à la rencontre des athlètes durant les JOJ et les encourager à participer aux activités éducatives. Il s’agit de championnes et champions confirmés qui ont vécu l’expérience des Jeux Olympiques et transmettent leur vécu aux athlètes. 

Ces jeunes talents ont eu tout en main pour briller dans le futur, ils ne leur restent plus qu’à s’entraîner et appliquer les précieux conseils pour viser les étoiles et rêver de médailles Olympiques.

« PinQuest »

Un jeu interactif « PinQuest » a été proposé aux athlètes et à leur entourage dans lequel ils devaient explorer les espaces « Awareness » et « Health for Performance » du programme Athlete 365, les différentes zones du village olympique de la jeunesse et de la Place des Médailles afin de trouver des pin’s virtuels et répondre à des questions éducatives. Cette activité a été réalisée grâce à une application dédiée qui était à télécharger sur le téléphone. « PinQuest » était accessible à Lausanne comme à St. Moritz.

3.6 Les Villages Olympiques de la Jeunesse

Lausanne (Vortex)

Comme vu auparavant, dans un esprit durable, aucune construction n’a été réalisée que pour les Jeux. Les travaux, constructions et mises à niveau ont toujours été réalisés avec une vision durable, économique, sociale et environnementale, à long terme. Les Jeux ont alors permis d’accélérer des projets prévus et voulus par les autorités. Le « Vortex » en est un exemple parfait.

Souhaitant pallier le manque de logement dans la région, l’Université de Lausanne (UNIL) a proposé la construction d’un logement pour ses étudiants. Coïncidant avec l’élection remportée par Lausanne 2020 en juillet 2015, l’Etat de Vaud et sa caisse de pension, ont profité de l’opportunité Olympique pour porter et financer, par des fonds privés, la construction du spectaculaire complexe de résidences d’étudiants, situé au centre du campus universitaire de l’UNIL. Les athlètes des JOJ 2020 et leur entourage en étaient les premiers locataires. Le Vortex est un parfait exemple de l’utilisation intelligente d’un événement Olympique comme accélérateur de projets utiles. La nature a voulu que son utilité ne s’arrête pas là puisque, deux mois après les Jeux, il a permis au personnel soignant d’y loger dans le cadre de la crise du COVID-19, lui donnant, en quelques sortes, une deuxième vie avant la rentrée universitaire.

En arrivant devant l’entrée, les drapeaux des différentes nations de ces JOJ égayaient de toutes leurs couleurs la pâle lumière hivernale. 

Entre les athlètes, les membres du staff, les volontaires ou encore les visiteurs, c’était une véritable fourmilière qui ne perturbait toutefois pas la quiétude des sportifs qui profitaient des nombreux aménagements qui leur étaient réservés. Certains faisaient même leur jogging le long de la rampe (5,6 km aller-retour) tandis que des volontaires découvraient leur mission de la journée.

Dans l’enceinte, tout était fait pour que les jeunes athlètes vivent une expérience inoubliable. 

Une atmosphère suisse y régnait sans conteste grâce à la présence de chiens Saint-Bernard et de cors de Alpes jouant des mélodies alpines au coucher du soleil. La pièce maîtresse était sans aucun doute le caquelon à fondue géant, rouge à croix blanche, qui trônait au sein du village olympique de la jeunesse. Fabriqué en bois, il pesait 750 kg et mesurait trois mètres de diamètre. 

Faisons un petit tour d’horizon de ce joyeux village international.

L’athlète Suisse Sarah Atcho vous présente le Vortex (avant les Jeux!)

Plaque en l’honneur de feu Patrick Baumann

Pour saluer la mémoire de feu Patrick Baumann, premier Président de Lausanne 2020, une plaque en son honneur a été dévoilée au Vortex, village olympique de la jeunesse Lausanne 2020, lieu emblématique des JOJ pour lequel il s’était tant impliqué. La cérémonie a eu lieu le 7 janvier 2020, en présence de membres de la famille Baumann, des autorités publiques, du CIO et de quelques membres du comité d’organisation Lausanne 2020.

L’espace résidentiel

Le Vortex a enregistré 52 000 nuitées lors de l’événement grâce au système de deux vagues d’athlètes qui s’y sont succédés. Cette organisation de check-in et check-out a fait de lui le 11e hôtel d’Europe en termes de capacité.

Le Vortex vu par l’Equipe d’Australie!

Yodli Café

Au milieu de la pelouse, se trouvait le Yodli Café, une tente transparente réservée aux athlètes. Ils pouvaient prendre un verre – sans alcool, ils sont mineurs –, tester un jeu de réalité virtuelle, s’amuser à des exercices d’équilibre, suivre les compétitions de ces JOJ en direct sur un écran géant ou profiter d’échanger avec des sportifs de renom qui sont venus partager leurs expériences lors de cinq soirées « Chat with Champions ». Le Yodli Café est très vite devenu « The Place To Be » au sein du Village, permettant des rencontres et des moments de convivialité entre les athlètes dans une atmosphère « lounge ».

Le Centre de services aux CNO

Un centre de renseignement pour les Comités Nationaux Olympiques (CNO) centralisait et facilitait la communication entre Lausanne 2020 et les CNO. Il intégrait aussi un centre d’information sur le sport géré par l’équipe sportive afin de répondre au mieux aux éventuelles questions liées à la tenue des compétitions.

Le Centre médical

Physiothérapeutes, médecins, dentistes ou encore infirmières étaient à disposition dans le centre médical pour les athlètes, le staff et les volontaires. Au total, pas moins de 150 personnes, dont 20 en permanence, ont œuvré bénévolement durant deux semaines à la bonne santé des résidents du Vortex. De nombreux étudiants du CHUV y étaient épaulés par des professionnels de la santé. Des dépliants sur la prévention des blessures ou encore des maladies sexuellement transmissibles étaient mis à disposition à l’accueil.

Le Centre de performance

Ce lieu a accueilli le module « Health for Performance » et était un véritable concentré d’innovations dédiées aux sportifs. 

Divers tests de mobilité articulaire, de mouvement et d’équilibre, et même un jeu de saut à ski virtuel, ont ainsi permis aux jeunes sportifs d’obtenir des recommandations d’entraînements personnalisés. 

L’espace de sensibilisation

Dans une ambiance décontractée, entre canapés et baby-foot, l’espace de sensibilisation visait à rendre les jeunes athlètes attentifs aux enjeux d’une carrière sportive. Ici se trouvait le plateau télé installé par Olympic Channel, où chaque soir, un rendez-vous était diffusé avec des jeunes athlètes pour leur apprendre à gérer les questions et les caméras. C’est aussi ici que se trouvait le « Media Lab » où 35 appareils photos et caméras étaient à disposition des athlètes. Les volontaires présents les aidaient à créer du contenu attractif pour leurs réseaux sociaux.

L’espace de restauration

Le restaurant pour les athlètes, appelé historiquement « La Banane », était la cafétéria des étudiants de l’Université de Lausanne, situé à quelques minutes à pied du Vortex. Il a accueilli environ 1500 personnes par repas. Ouvert du 5 au 24 janvier 2020, il servait tous les jours le petit déjeuner, le déjeuner et le dîner. Les menus étaient de type buffet et fonctionnaient sur une rotation de cinq jours, différents du déjeuner et du dîner, pour assurer la variété des aliments et éviter l’ennui.

St. Moritz

Quelque 240 athlètes de Lausanne 2020 se sont rendus au berceau des sports d’hiver, à St. Moritz, dans le canton des Grisons. La station a offert une première expérience Olympique aux jeunes athlètes de bobsleigh, luge, skeleton et patinage de vitesse.

 La distance séparant St. Moritz de Lausanne étant de 400 km, la station grisonne est devenue bien plus qu’un site de compétition. Elle a offert une expérience Olympique complète aux 240 sportifs du monde entier, et leur entourage.

Un deuxième village olympique de la jeunesse a ainsi été créé dans une auberge de jeunesse et un hôtel situés à quelques minutes à pied de la mythique piste de bobsleigh, skeleton et luge, la « Olympia Bob Run St. Moritz-Celerina » et du lac naturel gelé. Une expérience similaire à celle des autres sites de Lausanne 2020, et en particulier celle de Lausanne, a été proposée aux athlètes dans une ambiance typique des Alpes suisses. Ainsi, on retrouvait à St. Moritz les différents services aux CNO, le service de restauration et les activités du programme éducatif Athlete 365.

Mini reportage des IOC Young Reporters au sujet du Village de St. Moritz

Statistiques_Rapport_V4-01

4. l'héritage

4.1 Cinq lignes directrices pour écrire l’avenir

Dès sa genèse, Lausanne 2020 a été créé dans le but de laisser un héritage fort pour ses différents partenaires.

Sa vision initiale était d’être un commencement. Pour une vision nouvelle de l’organisation d’événements sportifs d’un type nouveau, plus intelligents et durables. Un commencement pour les jeunes, sur et en dehors du terrain de jeu, les encourageant à devenir des ambassadeurs du sport en promouvant des valeurs positives, en acquérant de nouvelles compétences et en réalisant leur potentiel pour devenir les leaders de demain. Dès la mise en place du comité d’organisation, cette vision a été traduite en cinq lignes directrices concrètes, permettant au comité d’organisation de la concrétiser en un réel héritage à long terme.

Ces cinq engagements sont listés ci-dessous. Pour chacun, les enseignements tirés et la manière dont ceux-ci seront déployés dans le futur sont expliqués.

La jeunesse : le cœur du projet

Cela a été mentionné à maintes reprises, les JOJ Lausanne 2020 ont toujours eu pour ambition de valoriser la jeunesse et développer des talents et ont mis un point d’orgue à l’impliquer activement dans l’organisation des Jeux.

Un élément clé de l’engagement, et par conséquent du succès populaire

Ce premier engagement a donc été la pièce centrale du fonctionnement de Lausanne 2020. Cela s’est traduit par l’activation sans précédent de partenaires académiques à tous les niveaux de formation, public et privé, permettant l’implication de jeunes non seulement sur le terrain de Jeux (les athlètes), mais également en dehors, où des milliers d’écoliers et d’étudiants ont participé à la confection même du projet (130 000 enfants engagés avant les Jeux, 80 000 ayant participé aux Jeux en tant que spectateurs).

A terme, l’engagement de la jeunesse dans et autour des Jeux est très largement cité comme l’un des éléments clé du succès populaire de Lausanne 2020. Il a été l’un des éléments centraux de la stratégie de communication de Lausanne 2020, dont l’objectif était de montrer l’importance des JOJ comme vecteur de formation.

Et maintenant ?

Les processus d’implication de la jeunesse dans la fabrication de l’événement ont été testés et des enseignements de qualité ont été tirés. Ceux-ci ont fait l’objet de plusieurs débriefings entre les partenaires après les jeux. La plateforme existante « sport international » de la Capitale Olympique -sous une forme nouvelle actuellement en développement – sera responsable de continuer à faire vivre ces synergies pour les prochains événements dans la région et le pays.

Le sport : pour un accès facilité

Au cœur d’un projet olympique, il y a bien sûr le sport. Une évidence qui s’est traduite en une volonté, à Lausanne 2020, de laisser un héritage important pour le développement de la pratique sportive chez les jeunes, dans la région et le pays. L’implication de Swiss Olympic dans les Jeux et de ses projets de formation et de sensibilisation, couplé aux initiatives des sites hôtes et des écoles impliquées ont permis, tout au long du projet, de faire de cet engagement une réalité.

Optimisation d’infrastructures et de compétences

L’approche décentralisée du comité d’organisation a permis aux sites hôtes de s’impliquer de manière forte dans le développement et la mise à jour de leurs propres infrastructures en utilisant l’accueil de compétitions comme accélérateur d’investissements. Les exemples des Diablerets et de Leysin ont été présentés plus haut.

L’héritage n’était cependant pas que physique et matériel ! Le travail de préparation des Jeux a permis à toute une région, à diverses institutions (sportives et non) et surtout à un groupe de personnes très impliquées d’acquérir un savoir-faire et une expertise inexistants auparavant. Des collaborations et coopérations nouvelles ont été mises en place et offrent de nouvelles perspectives à tous les acteurs du sport romand.

Sensibilisation au sport

Différents partenaires ont également utilisé l’opportunité des JOJ pour soit articuler des programmes existants autour du thème de l’Olympisme ou des sports d’hiver, soit pour en créer de nouveaux. Tout au long de l’année précédant les Jeux, des centaines d’enfants lausannois ont donc pu se sensibiliser aux sports d’hiver dans les stations du canton.

Et maintenant ?

L’héritage sportif de Lausanne 2020 prendra plusieurs formes. Au niveau national, Swiss Olympic prolongera les programmes mis en avant par et avec Lausanne 2020, en collaboration avec les fédérations nationales déjà responsables de l’excellent résultat des athlètes suisses pendant les Jeux. Au niveau des régions, les compétences organisationnelles acquises seront maintenues grâce à la poursuite du travail des équipes sur le terrain, qui continueront à faire rayonner leur région via le sport dans les années à venir. Les infrastructures neuves ou mises à jour, elles, seront évidemment un héritage tangible des Jeux olympiques de la jeunesse au profit des futures générations de sportifs.

L’Olympisme : un idéal à valoriser

La relation particulière entre Lausanne, le canton de Vaud et le Mouvement Olympique était l’un des moteurs de la volonté des autorités d’organiser les JOJ. Il était donc naturel que le comité d’organisation soit une caisse de résonnance unique, des valeurs intemporelles et universelles de l’Olympisme et d’une approche fondamentalement nouvelle de la relation entre les Jeux Olympiques et leurs villes hôtes.

La mise en pratique de l’Agenda 2020 et de la nouvelle norme du CIO

Lausanne 2020 a été entièrement conçu dans le cadre des recommandations de l’Agenda Olympique 2020 et des prérogatives de la nouvelle norme du CIO. Des éléments importants du concept de Lausanne 2020 en étaient des exemples forts : adaptation au contexte local, mutualisation des ressources et des compétences entre comités organisateurs, système « à deux vagues », le patinage de vitesse sur le lac gelé de St. Moritz, introduction d’un nouveau sport, le ski alpinisme, pour n’en citer que quelques-uns.

Il était important pour le comité d’organisation de le faire savoir, afin de montrer, à la population suisse notamment, la manière dont l’Olympisme répond aux exigences nouvelles des sociétés dans lesquelles il évolue.

Promouvoir l’Olympisme

Tous ces éléments, y compris l’engagement scolaire et le Voyage de la Flamme à travers le pays, ont fait partie intégrante de la communication de Lausanne 2020. Il était effectivement important pour toutes les parties de pouvoir mettre en lumière l’exemple de Lausanne 2020 et, de ce fait, rappeler à la population locale et nationale l’impact que peuvent avoir les valeurs olympiques, tout en promouvant la manière dont un événement sportif peut jouer son rôle au cœur de la société, lorsqu’il répond à des besoins précis des communautés qui l’organisent. 

Et maintenant ?

Lausanne 2020 restera comme un rappel, pour la population locale, régionale et Suisse de la pertinence et de la « magie » de l’Olympisme et de ses valeurs en ce début de siècle. Le succès populaire de l’événement a été souvent expliqué comme une résultante de l’approche raisonnable et durable de l’organisation – des éléments qui sont au cœur de l’Agenda 2020 et des prérogatives de la nouvelle norme. Cet héritage, même non tangible, est d’importance dans un pays dont le passé récent des candidatures olympique est tumultueux.  Le comité d’organisation de Lausanne 2020 espère que les futurs organisateurs d’événements sportifs en Suisse et dans le monde sauront s’inspirer de l’approche et du « ton » de Lausanne 2020 – qui a prouvé répondre à une certaine attente du public.

L’innovation : des Jeux comme laboratoire

Implémentation intelligente de la durabilité

Tout au long de l’élaboration de l’événement, le comité d’organisation et ses partenaires ont cherché à innover dans la création de solutions durables pour l’organisation d’événements sportifs, en commençant par maximiser les solutions existantes locales plutôt que de les importer ou de construire des infrastructures temporaires ou permanentes (par exemple, le Vortex qui a servi de village olympique de la jeunesse).

Le système de transport des Jeux a été une grande innovation puisque pour la première fois à l’occasion de Jeux olympiques de la jeunesse, ce mode de transport a été l’unique option proposée aux Comités nationaux olympiques par le comité d’organisation. Plus de 80% des athlètes et du staff des comités ont uniquement utilisé les transports publics mis à leur disposition, un grand succès pour les organisateurs, et probablement une leçon intéressante pour le futur.

Un autre exemple, plus anecdotique mais parlant : le développement d’un brûleur à pellet de bois pour la vasque olympique, dont la Flamme a brûlé de manière 100% naturelle pendant toute la durée des Jeux.

Innover, aussi, dans la manière de travailler

Le comité d’organisation, sous l’impulsion de son Directeur général, a également voulu, dès les premiers jours, travailler de manière à impliquer au maximum le tissu régional dans la confection des Jeux. Cela s’est fait en décentralisant bon nombre de décisions incombant maintenant aux sites hôtes et aux partenaires dans les transports, dans la formation, etc. Ceci a permis de responsabiliser et donc de permettre aux partenaires au sens large du terme de s’approprier l’événement d’une manière qui a probablement été l’une des raisons du succès populaire immense qu’a été Lausanne 2020.

Et maintenant ?

Cette volonté de systématiquement chercher la nouveauté à chaque étape de l’organisation a été possible grâce non seulement à la flexibilité du CIO, mais aussi aux partenariats privés et académiques du comité d’organisation. Cette approche et les éléments d’innovation introduits, largement décrits dans ce rapport ont été l’objet de nombreux débriefings aussi bien par le CIO pour les futures éditions des JOJ que par le comité d’organisation en relation avec ses partenaires.  Pour ces derniers, la plateforme actuellement en développement et dont les prérogatives seront notamment la gestion de l’héritage de Lausanne 2020 permettra de continuer à développer cette approche centrée autour de l’innovation pour le futur des événements sportifs dans la région et le pays.

Les partenariats : susciter des synergies nouvelles

Le dernier engagement de Lausanne 2020 visait à créer de l’engagement pour l’événement en permettant la mise en place de partenariats de types différents, voire même inédits dans leur nature. L’implication de partenaires pour la création des Jeux à tous les niveaux est pourtant vitale.

Partenariats institutionnels

Lausanne 2020, avec l’aval du CIO, a développé de manière importante les partenariats institutionnels, permettant à des institutions académiques de tous types de s’impliquer dans les Jeux et en le faisant savoir de manière visible à leurs propres parties prenantes. Ceci a donc permis de développer l’engagement de la jeunesse dans les Jeux, vecteur crucial du succès populaire des Jeux.

Partenariats entre sport, culture et éducation

Lausanne 2020 a permis la collaboration, trop peu fréquente en Suisse, entre le sport, la culture et l’éducation. Partout dans les sites hôtes, notamment à Lausanne, la collaboration entre les entités a permis d’élargir l’impact de l’événement sur les populations locales grâce au Festival En Jeux ! Lausanne 2020 espère que ce type de partenariats pourra perdurer dans les années à venir.

Partenariat Suisse-France

Comme mentionné, les deux nations ont vu les opportunités qu’un tel partenariat pouvait créer. La France a donc pu mettre à jour ses infrastructures et la relève sportive suisse peut bénéficier d’un accès facilité à un site d’entraînement de très grande qualité pour les années qui viennent. Le partenariat entre Lausanne 2020 et Paris 2024, cité plus haut, est également un exemple fort de cet engagement.

Et maintenant ?

La volonté de développer les partenariats nouveaux établis à l’occasion des Jeux olympiques de la jeunesse est au cœur du projet de plateforme actuellement en développement et visant à gérer l’héritage de Lausanne 2020. Si certains continueront de manière autonome (l’accès suisse aux infrastructures françaises notamment), d’autre profiteront de cette plateforme qui permettra de systématiser les collaborations – au profit des futurs organisateurs d’événements sportifs dans la région et le pays.

Les cinq engagements de Lausanne 2020 ont permis au comité d’organisation de focaliser ses activités sur des axes forts, qui ont facilité la livraison d’héritages intelligents pour les communautés locales. Ils ont également facilité l’exercice de communication, qui s’est beaucoup concentré sur leur mise en lumière tout au long du projet.

4.2 #startnow

Les JOJ d’hiver Lausanne 2020 ont voulu être un laboratoire d’idées nouvelles pour contribuer à l’évolution constante du Mouvement Olympique. Ils ont voulu être conçus de façon nouvelle, en ayant toujours la fin à l’esprit, avant même de structurer l’équipe organisationnelle.

Ils ont voulu être un projet cohérent pouvant fédérer toutes les parties prenantes autour d’un projet fort. Ils ont voulu enthousiasmer, créer de l’énergie positive en mobilisant au maximum les populations des régions hôtes. Ils ont voulu être crédibles, éthiques, et réalisés dans un esprit de développement durable, en offrant une expérience unique aux athlètes, aux équipes, au public, aux partenaires, aux médias et à la population. Le Comité d’organisation pense avoir atteint ces objectifs et s’en réjouit.

Toutes les ressources

Les photos de Lausanne 2020 sont disponibles sur ces ressources en ligne gratuites :

Les vidéos de Lausanne 2020 sont disponibles sur ces ressources en ligne :

Autres ressources :

 Retrouvez Lausanne 2020 sur ses comptes officiels Twitter, Facebook et Instagram.

Comité Exécutif Lausanne 2020

Patrick Baumann, a été le premier Président du comité d’organisation des JOJ Lausanne 2020, du 1 septembre 2015 au 14 octobre 2018.

Quelques mois après son décès qui a eu lieu durant les JOJ de Buenos Aires en octobre 2018, Virginie Faivre a été nommée Présidente et a pris ses fonctions du 8 janvier 2019 au 30 juin 2020.

La liste des sites de compétition

Lausanne

Lausanne a accueilli les compétitions sur glace. La Capitale Olympique était également le lieu de la cérémonie d’ouverture et de clôture, et des cérémonies de remise des médailles. 

  • Hockey sur glace
  • Patinage artistique
  • Patinage de vitesse sur piste courte

Les Diablerets

Les Diablerets ont accueilli les compétitions de ski alpin du 10 au 15 janvier 2020. 

  •  Ski alpin

Leysin

Leysin a accueilli les compétitions de slopestyle, big air, halfpipe (freeski et snowboard) du 18 au 22 janvier 2020.

  • Ski acrobatique
  • Snowboard

Villars

Villars a accueilli les compétitions de ski alpinisme, de skicross et de snowboardcross les 10, 13 et 14 janvier 2020, ainsi que du 19 au 21 janvier 2020. 

  • Ski acrobatique
  • Snowboard
  • Ski alpinisme

Vallée de Joux

Les compétitions de ski de fond se sont déroulées à la Vallée de Joux du 18 au 22 janvier 2020. 

  • Ski de fond

les tuffes

Les Tuffes ont accueilli les compétitions de saut à ski, combiné nordique et biathlon les 11, 12, 14, 15, 18, 19, 20 et 22 janvier 2020. 

  • Biathlon
  • Saut à ski
  • Combiné nordique

Champéry

Champéry a accueilli les compétitions de curling du 10 au 22 janvier 2020. 

  • Curling

St. Moritz

St. Moritz a accueilli les compétitions de bobsleigh, skeleton, luge et patinage de vitesse les 12, 13, 15, 16, 17, 18, 19, 20 et 22 janvier 2020. 

  •  Bobsleigh
  • Luge
  • Patinage de vitesse
  • Skeleton

Liste du staff

Lausanne 2020 a été le fruit du travail d’une équipe jeune, internationale et extrêmement motivée. Au premier jour des Jeux, elle était composée, au comité central à Lausanne, de 116 personnes. Le Comité Exécutif de Lausanne 2020 tient à les remercier chaleureusement pour leur extraordinaire dévouement, pour leur disponibilité et leur volonté sans faille de créer des Jeux olympiques de la jeunesse d’un type nouveau. Il leur souhaite à toutes et tous de pouvoir continuer à diffuser l’esprit de Lausanne 2020 dans leurs futures responsabilités.

Les crédits photographiques

  • Handout image supplied by OIS/IOC. Olympic Information Services OIS.
  • CIO / Pascal Jeanrenaud
  • CIO / David Sandoz
  • Regis Colombo