Virginie Faivre : “Promouvoir le sport auprès des jeunes”

Après sa brillante carrière sportive en ski acrobatique, Virginie Faivre a accompagné Lausanne 2020 depuis la phase de candidature. Elle est aujourd’hui la présidente du comité d’organisation des 3es Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) d’hiver qui auront lieu dans moins d’un an dans la capitale olympique, mais aussi dans plusieurs régions suisses et dans le Jura français. Les JOJ sont un événement pour les jeunes, par les jeunes et avec les jeunes.

Quelle est votre vision pour les JOJ qui auront lieu l’an prochain ?
Nous avons des objectifs clairs : tout d’abord mobiliser les jeunes. Développer des talents pour motiver les jeunes à pratiquer le sport. Ensuite, il faut que ces Jeux soient ‘intelligents’, avec des infrastructures durables, par exemple avec les compétitions de patinage de vitesse organisées en milieu naturel sur le lac gelé de Saint-Moritz. Nous créons des synergies. Un rapprochement est en train de se faire avec la région du Valais, aux niveaux culturel et sportif. Nous travaillons ensemble.

Nous sommes également en partenariat avec la France, afin de pouvoir utiliser des infrastructures existantes à Prémanon dans le Jura, et pour qu’après les JOJ, les prochaines générations du sport nordique suisse puissent venir s’y entraîner. Nous n’avons pas de tremplin de saut à ski en Suisse romande, il en existe un au stade des Tuffes à Prémanon, et nos équipes pourront en profiter pour les dix prochaines années. Ce sont des axes forts. Pouvoir partager des installations olympiques, c’est primordial. J’ai pu les découvrir en faisant du sport, nous allons désormais les promouvoir auprès des jeunes.”

Vous avez été présente depuis le début du projet Lausanne 2020…
“Tout à fait. J’ai eu la chance de pouvoir participer à l’élaboration du dossier de candidature, d’apporter mes compétences et mon point de vue en tant qu’athlète et d’assister à toute cette construction, cette vision, cette stratégie pour accueillir les Jeux Olympiques de la Jeunesse chez nous, en Suisse.”

Que vous a apporté le regretté Patrick Baumann ?
“Travailler à ses côtés a été une chance et un honneur. J’ai pu profiter de son expérience, il a fait énormément pour la candidature ! Il a ensuite continué à porter le projet et a tant fait pour l’organisation de l’évènement ! C’était vraiment un honneur pour moi de pouvoir apprendre tellement de choses à ses côtés, ça a été une expérience exceptionnelle.”

Est-il important pour vous qu’une femme soit à la tête du comité d’organisation des JOJ ?
“Je pense que c’est un message très fort. C’est amener un point de vue différent, complémentaire. De nombreux hommes siègent au sein de notre comité exécutif, aussi le fait d’apporter une touche féminine est-il un atout et donne-t-il un élan positif pour ces JOJ.”

Quels sont pour vous les éléments de la réussite pour Lausanne 2020 ?
“C’est la mobilisation des jeunes. Ces JOJ sont faits pour les jeunes et par les jeunes. C’est pouvoir créer et développer de nouveaux talents. L’aspect compétitions sportives est l’une des priorités. Il s’agit d’accompagner ces jeunes athlètes qui sont au début de leurs carrières, de leur donner les outils nécessaires pour la suite de leur parcours. Et pour les autres, en dehors des compétitions, beaucoup d’autres choses peuvent être faites.

De nombreux métiers existent dans le sport, aussi faut-il développer, parfaire les compétences acquises lors d’une carrière sportive pour ensuite les réutiliser pour le mouvement sportif à tous les niveaux : entraîneurs, médecins, cadres, dirigeants. Il faut valoriser tous ces métiers du sport. Promouvoir le sport auprès des jeunes est également un objectif central, qu’il s’agisse de futurs athlètes ou de futurs passionnés, de sport d’élite ou de sport amateur, bref, promouvoir les valeurs du sport pour les générations futures.”

Photo: ©IOC