«Replacer les Alpes vaudoises sur la carte suisse de la formation de la relève»

La mise à niveau de la piste de la Jorasse aux Diablerets se termine ces jours-ci. Quels impacts ces améliorations auront-ils pour Les Diablerets et les Alpes vaudoises ?
Simon Rouèche (SR), Responsable de site Lausanne 2020, Les Diablerets (Ski Alpin)
: Ils seront tout simplement énormes. Au niveau du sport loisir on a déjà parlé de la pose de télécabines qui améliore le confort et vont nous permettre de donner une nouvelle impulsion notamment à notre piste de luge, la plus longue de Suisse. Mais au-delà de cela, les améliorations de la piste elle-même vont nous permettre de séparer physiquement la pratique ski-loisir de la formation et de la compétition. Ceux-ci vont pouvoir cohabiter sans interruption, ce qui n’était pas le cas jusqu’à aujourd’hui. C’est un changement fondamental qui va véritablement replacer les Alpes vaudoises sur la carte suisse de la formation de la relève. Sans parler de l’éclairage complet de la piste qui va permettre, non seulement l’entraînement en soirée, de bien meilleure qualité, mais également d’offrir des horaires d’ouverture prolongés pour le ski-loisir, notamment en semaine, ce qui correspond à une demande forte de notre clientèle.

Au niveau de l’accueil des compétitions, beaucoup de choses vont également changer ?
SR
: Absolument. Rendez-vous compte qu’il n’y a plus eu de grande compétition internationale aux Diablerets depuis plus de 15 ans. Si l’on parle de la Coupe du Monde FIS, cela remonte à bien plus longtemps encore. La mise à niveau de la piste va relancer tout ceci. Cet hiver déjà, nous organisons une Coupe d’Europe féminine que nous comptons bien pérenniser. Nous avons besoin de réengranger de l’expérience organisationnelle. Je profite d’ailleurs ici pour lancer un appel aux volontaires pour cette Coupe d’Europe, nous aurons besoin d’environ 120 personnes. Toutes les informations se trouvent sur www.diablerets2020.ch. Notre objectif à plus long terme, soyons ambitieux, serait d’accueillir à nouveau une étape de la Coupe du Monde FIS. Ce qui serait sensationnel pour toute la région.
Quels sont d’ailleurs vos contacts avec la Fédération Internationale de Ski (FIS) ? Que pensent-ils de la piste ?
SR
: Notre relation est au beau fixe. Je crois pouvoir dire sans trop m’avancer qu’ils sont tombés littéralement amoureux de ce nouveau tracé. Lors de leur dernière visite, ils nous ont dit que cette Jorasse « 2.0 » était, je cite, « un nouveau bijou en Suisse romande ». C’est évidemment de très bon augure pour la suite ! Et un magnifique motif de satisfaction pour toutes celles et ceux ici qui ont travaillé d’arrache-pied sur ce projet.

Inscrivez-vous à notre newsletter!