Les écoles en mode Olympique

Parmi les quelque 90 établissements scolaires vaudois, pas moins de 70% s’impliquent, à des degrés divers, dans la préparation des Jeux Olympiques de la Jeunesse 2020. Le journal Le Régional a publié récemment un article sur différents projets d’engagement de la jeunesse. A découvrir.

Ce 21 janvier, les élèves d’Ollon de 11e année en voie prégymnasiale, suivant l’option spécifique de mathématiques-physique, participent à un cours pour le moins particulier sur la piste de luge de Villars. Le but de l’escapade se veut des plus sérieux. Les ados doivent déterminer les paramètres permettant d’optimiser un déplacement dans une compétition. Ensuite, ils testent différents matériels pour confronter la théorie à la pratique et confirmer les hypothèses émises en classe.

C’est l’une des activités imaginées au sein de l’établissement primaire et secondaire d’Ollon, en vue des JOJ 2020 (Jeux Olympiques de la Jeunesse). La directrice Edith Baselgia annonce la couleur : «Nous nous trouvons dans l’une des communes désignées comme sites hôtes, il était donc important de préparer nos élèves à cet événement. Plusieurs de nos classes, de manière individuelle ou en groupe, ont déjà mené des activités en lien avec les JOJ. D’ailleurs, nous préparons notre fête de fin d’année, le 4 juillet, sur ce thème.»

Située sur la commune d’Ollon, la station de Villars verra en effet se disputer les épreuves de ski cross, boarder cross et ski alpinisme en janvier prochain. Depuis plus d’un an déjà, le programme des écoles s’en retrouve teinté d’olympisme. Parmi les événements marquants, une rencontre avec des champions (notre photo de Une), ou la participation à de «mini-jeux olympiques» lors d’un camp de ski de fond. Certains élèves ont aussi formé un chiffre et une lettre photographiés du ciel pour former le logo «2 years to go», auquel 1’200 enfants ont participé, de Lausanne à Prilly, en passant par Chavannes-près-Renens, Morges, La Vallée de Joux, Leysin et les Diablerets.

Pas de budget, mais des idées

Directeur de la DGEO du canton de Vaud (Direction Générale de l’Enseignement Obligatoire), Alain Bouquet déclare : «J’ai souhaité que les établissements scolaires de notre canton s’associent à ce grand événement sportif et populaire, avant et pendant les JOJ, au travers de multiples projets pédagogiques.» Pour ce faire, l’application «JOJ 2020 DGEO» a été créée, accessible aussi en ligne, à l’adresse joj2020-ecole.ch. La plateforme recense les projets du canton, des bibliothèques et des établissements scolaires.
La DGEO a en outre désigné Yvan Rumpel et Pierre-Alain Mellina comme chargés de mission JOJ 2020. Ces derniers énumèrent : « Nos objectifs sont de faire vivre l’événement dans toutes les régions du canton et de construire des projets autour des valeurs olympiques, qui sont : le respect, l’amitié et l’excellence. Nous devons également préparer les élèves au travers d’activités pédagogiques en lien avec les programmes scolaires et enfin, permettre à ceux qui se sont engagés de vivre un moment unique et mémorable. » Ils ont deux axes d’action : la mise sur pied de projets cantonaux (voir encadré) et le soutien d’initiatives émanant d’établissements, ainsi que la communication de ce qui est fait au niveau local.

D’après les chargés de mission, 70 % des établissements scolaires vaudois sont impliqués dans la préparation pédagogique des JOJ. Pour autant, aucun budget n’a été spécialement débloqué, reprennent-ils : «Il s’agit de forces mises à disposition. Dans le cadre de leur travail régulier et à temps partiel, de nombreux collaborateurs de l’Etat participent aux différentes actions. Des enseignants sont également mandatés pour divers travaux, tels que les cérémonies d’ouverture, par exemple. »

Acteurs ou spectateurs ?

Le 7 février à Villeneuve, le conseiller communal Pascal Foschia s’enquérait auprès de la Municipalité de l’implication des petits Villeneuvois dans ce rendez-vous au sommet de la jeunesse et du sport. Réponse : « L’établissement n’étant pas sur un site hôte, il ne pourra pas être acteur, mais sera un spectateur intéressé, profitant de l’occasion pour échanger sur les valeurs humaines que ces JOJ 2020 vont immanquablement véhiculer.» Les enseignants devraient tout de même être encouragés à utiliser les JOJ comme fil rouge dans leurs différents cours.

Force est de le constater, plus le site Olympique est proche de l’école, plus l’engouement est grand. Mais les actions envisagées dépendent aussi de la motivation et de la mobilisation de chacun. Le directeur des écoles d’Oron-Palézieux, Jean-François Détraz, estime par exemple : «Il s’agit d’une excellente occasion de fédérer les élèves autour d’un projet, le but étant de développer des liens via la collaboration et l’expérience de moments communs.» Toujours à la recherche d’une idée concrète, l’établissement devrait faire participer l’ensemble de ses élèves à un événement encore à déterminer. Motivées aussi, bien que ne se situant pas à proximité directe d’un site de compétition, les autorités de Maracon, Essertes et Oron ont débloqué un budget de 10’000 frs pour l’occasion.

À Vevey par contre, c’est une autre grande Fête, celle des Vignerons, qui occupe plutôt les esprits pour l’instant, avoue la directrice Zabou Fretz. « Nous prendrons part à la réception du drapeau des JOJ 2020 à Lausanne le 19 septembre, comme toutes les autres communes, avec 2 élèves. Puis retour à Vevey et chorégraphie sur la place de l’Hôtel de ville, dansée par environ 200 élèves de 10e secondaire, en fin de journée, devant le public du jour et du moment », annonce-t-elle.

Du côté de Lausanne, centre névralgique des JOJ 2020 avec son village olympique, un festival en sport et arts se prépare, auquel plus de 8’000 élèves de la région seront conviés. Enfin, d’autres projets dans les Alpes vaudoises devraient bientôt être communiqués. De près ou de plus loin, il semble bien que la flamme olympique commence à étinceler au sein des écoles du canton, à quelque neuf mois de la cérémonie d’ouverture.

Article de Valérie Passello paru dans Le Régional le 4 avril 2019