L’égalité des sexes dans le sport

Nous célébrons aujourd’hui 8 mars la Journée internationale des droits des femmes. Les droits des femmes, l’égalité et l’intégration sont au cœur des préoccupations de chacun. Le Comité International Olympique se joint au débat mondial et œuvre en faveur d’un meilleur équilibre entre hommes et femmes sur les terrains de sport et en dehors. Lausanne 2020 sera le premier événement Olympique d’hiver à avoir le même nombre d’athlètes des deux genres.

Ces 30 dernières années, le CIO a fait des progrès considérables en faveur de l’égalité des sexes dans le sport, avec l’adoption de l’Agenda olympique 2020, lequel réaffirme l’objectif de l’organisation d’atteindre non seulement l’égalité en termes d’athlètes participant aux Jeux, mais aussi de voir davantage de femmes nommées à des postes de direction au sein du Mouvement olympique. 

Offrir plus de débouchés

Les efforts déployés par le CIO sur la scène sportive en faveur de l’égalité des sexes se sont d’ores et déjà traduits par l’augmentation de la participation féminine aux Jeux Olympiques.

Au cours des 30 dernières années, le nombre de femmes en lice aux Jeux a considérablement augmenté, passant de 26,1 % à Séoul en 1988 au chiffre record de 45,2 % à Rio en 2016. En octobre dernier, une étape historique a également été franchie : les Jeux Olympiques de la Jeunesse de Buenos Aires 2018 ont en effet été le premier événement olympique à compter le même nombre d’hommes et de femmes non seulement sur les terrains, mais aussi au sein du comité d’organisation, et à proposer une couverture médiatique équitable des épreuves féminines et masculines.

L’un des vecteurs les plus importants de ce changement a été l’engagement du CIO à offrir davantage de possibilités aux femmes athlètes en ouvrant le programme olympique à plus d’épreuves féminines. Depuis 1991, les nouveaux sports souhaitant figurer au programme sont tenus d’inclure des épreuves féminines. Pour sa part, le CIO œuvre de concert avec les Fédérations Internationales (FI) pour encourager la présence des femmes dans le sport, en offrant notamment à ces dernières des occasions supplémentaires de participer aux Jeux.

Le CIO ne cherche pas seulement à atteindre la parité dans les chiffres. Il sait également que chaque occasion donnée au sport féminin et aux athlètes féminines aux Jeux Olympiques a un impact sur la promotion de l’égalité des sexes et sur les débouchés offerts aux sportives dans le monde entier.

Toutefois, bien que les efforts visant à accroître le nombre d’épreuves ouvertes aux femmes aux Jeux aient favorisé la participation féminine, le projet d’analyse de la question de l’égalité des sexes a également fait ressortir un certain nombre de points nécessitant d’être traités, parmi lesquels l’égalité en termes de formats de compétition, d’uniformes, d’équipements et s’agissant des entraîneurs.

Ouvrir la voie aux femmes dirigeantes

Le pourcentage de femmes exerçant des fonctions à responsabilités au sein des instances dirigeantes et administratives dans le sport est toujours relativement faible. Aussi l’augmentation du nombre de femmes occupant des postes décisionnels au sein du Mouvement olympique est-elle l’une des principales priorités du CIO.

Outre l’augmentation de la représentation féminine au sein de ses propres instances décisionnelles, le CIO organise des forums et des formations pour les femmes dirigeantes dans les FI, les fédérations nationales et les Comités Nationaux Olympiques (CNO) afin d’aider celles qui occupent des postes de cadres moyens et supérieurs à se porter candidates à des fonctions plus élevées.

Un effort d’équipe

Si de grandes avancées ont été constatées dans la lutte en faveur de l’égalité des sexes dans le sport, et notamment sur l’aire de compétition, le CIO redouble également d’efforts dans d’autres secteurs. Le projet d’analyse de la question de l’égalité des sexes a abouti à un ensemble de recommandations concrètes qui aideront le Mouvement olympique à progresser vers son objectif ultime : faire tomber les barrières qui empêchent les femmes et les jeunes filles de participer au sport à tous les niveaux. Pour cela, cependant, il faudra « un véritable effort d’équipe », de l’aveu même du président du CIO, Thomas Bach.

« Le CIO et de nombreux partenaires du Mouvement olympique ont déjà pris des mesures importantes ; nous nous efforçons de combler l’écart entre les sexes dans bien des aspects du sport et nous tenons à féliciter les FI et les CNO qui ont déjà pris des mesures efficaces à cette fin. Toutefois, il est toujours possible de faire plus, mais nous ne pouvons progresser que si nous travaillons ensemble, en partenariat », a confié Thomas Bach.