Le saut à ski

Au programme des Jeux de Lausanne 2020

C’est aux Tuffes (France) que les épreuves de saut à ski se dérouleront en janvier 2020. Vous pourrez y découvrir les stars de demain !

Les épreuves de Lausanne 2020

  • Individuel hommes
  • Individuel femmes
  • Par équipes mixtes

Les athlètes de saut à ski peuvent également participer à l’épreuve de combiné nordique par équipes mixtes.


Le saviez-vous?

Depuis plus d’un siècle, le saut à ski a changé de visage. Les nouvelles techniques de saut ont permis aux sauteurs de parcourir des distances toujours plus importantes.

Débuts norvégiens
En réalisant un saut de 9,5 m, Ole Rye écrit la première page de l’histoire du saut à ski, en 1808. C’est cependant le Norvégien Sondre Norheim qui est reconnu comme le père du saut à ski. En 1866, ce dernier gagne la toute première compétition mondiale de saut à ski. Un événement doté de prix, organisé en Norvège, à Ofte, Høydalsmo.

Le temps des pionniers
Après la Première Guerre mondiale, Thulin Thams et Sigmund Ruud mettent au point une nouvelle technique de saut. Baptisée Kongsberger, celle-ci consiste à sauter en pliant le buste et se penchant vers l’avant, bras tendus et skis parallèles. Grâce à cette technique, l’Autrichien Sepp Bradl devient le premier homme à franchir la barre des 100 mètres, avec un saut de 101 m, réussi en 1936.

De nouveaux progrès
Au milieu des années 1950, le skieur Suisse Andreas Daescher est le premier à sauter en tenant ses bras collés au corps, tout en se penchant encore plus vers l’avant. Puis, en 1985, le Suédois Jan Bokloev, met ses skis en “V”. D’abord raillée, cette technique prouve son efficacité. À tel point qu’à partir de 1992, tous les médaillés olympiques adoptent ce style.

Histoire olympique
Dès les premiers Jeux de Chamonix Mont-Blanc, en 1924, le saut à ski figure au programme olympique. La compétition sur tremplin normal entre dans le programme aux Jeux d’Innsbruck, en 1964. L’épreuve par équipes devient, en 1988, la troisième épreuve de la compétition.