Un sacré héritage!

Le temps passe vite. Le 31 juillet 2015, à Kuala Lumpur, Lausanne se voyait octroyer le droit d’organiser les Jeux Olympiques de la Jeunesse 2020. Cela fait 1218 jours. Dans environ 400 jours se déroulera la cérémonie d’ouverture de ces Jeux, voulus au départ par le Canton de Vaud et la Ville de Lausanne. Une multitude d’autres partenaires, qu’ils soient « géographiques » ou politiques, issus des écoles, des clubs, des associations, des collectivités ou de personnes individuelles ont rejoint rapidement les initiants. Les Jeux Olympiques de la Jeunesse Lausanne 2020 ont ceci de particulier que, dès le départ du projet, la ligne a été claire; ambitieuse au sens positif du terme. Ce projet ne pouvait qu’embarquer avec lui toutes celles et tous ceux qui feront son succès en janvier 2020, dans une année… à peine.

Vous allez découvrir ou redécouvrir dans ces pages spéciales la trame qui se met en place pour réaliser les JOJ 2020, les lieux, les acteurs, de jeunes sportifs qui ont participé à des Jeux Olympiques de la Jeunesse.

Mais je voudrais insister sur un aspect capital de ces futurs Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver 2020 : l’«Héritage» (le fameux Legacy), devenu l’un des thèmes les plus importants dans tous les projets du CIO depuis la publication de «L’Agenda 2020» à Monaco en décembre 2014. Qualifié très vite «d’accélérateur de projet», Lausanne 2020 laisse d’ores et déjà son empreinte pour de nombreuses années: un bâtiment hallucinant sur le site de Dorigny – le Vortex – qui, certes, accueillera pour la première fois dans un seul immeuble tous les athlètes des Jeux, mais surtout servira pour des dizaines d’années à l’hébergement de milliers d’étudiants. 

Assurément, il s’agit là d’une perspective intelligente, utile et marquante. Lausanne aura, dans le même esprit, une splendide nouvelle patinoire qui connaîtra – quel baptême! – trois mois après les JOJ, les Championnats du monde de hockey. En France, le site des Tuffes est entièrement remis à niveau pour de longues années. Les Alpes vaudoises gagnent, aux Diablerets, une nouvelle télécabine et une nouvelle piste (Villars en bénéficiera indirectement); pour sa part, Leysin sera pourvu d’un nouveau snowpark.

À l’heure où les projets de grands Jeux se heurtent à des inquiétudes portant sur le devenir des infrastructures qu’ils nécessitent et sur leurs maîtrises financières, Lausanne 2020 démontre par les actes que réaliser des Jeux avec un héritage positif est du domaine du possible.

Je ne veux pas terminer ce texte sans rendre, une fois encore, hommage à Patrick Baumann, président de la candidature puis président du comité d’organisation, disparu à Buenos Aires le 13 octobre dernier à 51 ans. Une perte incommensurable pour sa femme et ses deux enfants, pour le monde du sport, pour le CIO et naturellement pour les JOJ 2020, ainsi que pour toute la Suisse. Encore une fois, Patrick, pour ce que tu étais et pour ce que tu nous as donné, un merci ému.

Philippe Leuba, Chef du Département de l’économie, de l’innovation et du sport

Photo: ©ARC Jean-Bernard Sieber

Edito paru dans la FAO, dans le cadre d'un hors série sur Lausanne 2020