"Nous ne pouvions nous attendre à autant de succès"

Après deux semaines de compétitions et 24 médailles glanées, la cheffe de mission de Swiss Olympic Corinne Staub tire un bilan plus que positif des Jeux Olympiques de la Jeunesse Lausanne 2020.

Johan Tachet, SkiActu

Vingt-quatre médailles, 10 en or, 6 en argent et 8 en bronze, le bilan de la délégation helvétique lors de ces Jeux olympiques de la Jeunesse est absolument sensationnel. Mais au delà de l'aspect sportif, l'organisation globale de ces JOJ ont été une véritable réussite comme le certifie la cheffe de mission de Swiss Olympic Corinne Staub.

Marina Kaelin en ski de fond | Chloe Knott, OIS


Corinne Staub, comment, vous et l'équipe de Suisse, avez vécu ces deux semaines de compétitions?

C'était incroyable. On a connu beaucoup de succès avec de nombreuses médailles, c'était quelque chose de positif pour l'esprit d'équipe. Tous nos athlètes n'ont pas remporté des médailles, mais tous se sont soutenus les uns les autres.

Justement, 24 médailles, c'est un magnifique exploit collectif.

Nous ne pouvions pas nous attendre à autant de succès. Chaque jour, nous en gagnions en moins une, les notifications sue WhatsApp n'arrêtaient pas. C'était trop cool. Je pense que l'atmosphère, les spectateurs présents ont poussé et aidé les athlètes dans leur performance.

Amélie Klopfenstein lors de la cérémonie de remise des médailles | Joel Marklund, OIS

L'ambiance est-il le seul facteur ayant favorisé de telles performances helvétiques?

Non, nous nous étions préparés pour ces compétitions. Depuis une année et demie, nous avons créé une équipe autour de ce thème des JOJ et se sont entraînés en conséquence. Les athlètes ont été sensibilisés à participer à une compétition à la maison, avec la gestion de la pression et des médias qui ca avec. Ensuite, l'excellent début de nos athlètes a contribué au développement de l'équipe au fur et à mesure que la compétition avançait.

Existe-il de réelles surprises?

Je nommerais la skieuse Amélie Klopfenstein qui remporte trois médailles alors qu'elle n'était pas sélectionnée à l'origine. Après, tous les athlètes qui ont été médaillés étaient déjà forts avant que ne débutent les JOJ.

Valerio Jud en Snowboard Cross | Ben Queenborough, OIS

Et l'une ou l'autre déception?

Pas vraiment. Peut-être le sprint en ski alpinisme qui n'a pas fonctionné alors que nos athlètes étaient favoris. Mais ils ont ainsi pu vivre une expérience intéressante en connaissant une déception après leur gros succès lors de l'épreuve individuel (ndlr: Les Suisses avaient réussi un double doublé). Cela leur a permis ensuite de remporter le relais. Ils ont appris dans la défaite à se motiver et à lutter.

Justement, en parlant de ski alpinisme, la discipline faisait sa première apparition olympique. Estimez-vous qu'à terme elle puisse devenir un sport aux JO des adultes?

Le ski alpinisme a pu s'offrir une belle publicité. Ces JOJ étaient la plus belle des façons de se présenter au CIO. Et j'estime que sa place est dans le programme olympique.

Robin Bussard en ski alpinisme | Jed Leicester, OIS

Peut-on déjà affirmer quels sont les athlètes suisses qui arriveront à percer au plus haut niveau?

C'est toujours très dur à dire. Cela dépend des athlètes, des sports, des catégories, des années. Pour certains sports, le pas vers l'élite est moins long que d'autres.

Les résultats obtenus par la Suisse confortent aussi le travail des différentes Fédérations?

Effectivement, elles ont fait du bon travail, la préparation a été excellente. Je pense que la relève du sport suisse se porte bien, qu'elle profite de très bonnes infrastructures, avec des entraîneurs bien formés.

Peut-on aussi imaginer que ces JOJ vont permettre de développer des sports moins connus en Suisse comme le short-track?

Plusieurs projets avaient été lancés il y a quelques années pour ces compétitions de short-track. Cela a bien fonctionné, car nous avons pu présenter deux athlètes au départ. Mais toujours est-il que la masse n'est pas grande, mais c'est un bon début pour lancer ce sport. Désormais, des discussions existent pour pouvoir le développer.

Thibault Metraux (SUI) en short-track | Joe Toth, OIS

Quel héritage, la Suisse du sport pourra retirer des JOJ?

J'espère que l'on a réussi à motiver des enfants à faire du sport. On a vu beaucoup de classes d'école lors des compétitions. Les médias ont également aidé en montrant des images de nos athlètes, des médailles, c'est une belle image pour les jeunes. Sans compter, les infrastructures et le savoir-faire acquis concernant l'organisation qui vont perdurer.

Ces JOJ ont été un succès également d'un point de vue organisationnelle, peut-on espérer un jour voir des Jeux Olympiques en Suisse?

On a démontré que la Suisse était capable d'organiser un tel événement, les responsables de la manifestation ont fait un gros travail. Après, il y beaucoup de facteurs à respecter pour une prochaine candidature. Le futur nous le dira.