Laissez-nous vous présenter Yodli!

Lausanne 2020 a dévoilé sa mascotte officielle, un an avant l’ouverture des 3es Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver. Elle a été conçue par 140 étudiant·e·s de l’eracom, l’Ecole romande d’arts et communication. Et nous l’avons rencontrée…

Salut Yodli, enchanté de te connaître enfin ! Mais dis-moi, d’où vient ton prénom ? Il me rappelle quelque chose…

Mon prénom peut sembler familier à certains…et c’est bien normal ! Il est inspiré du yodel, une technique de chant interprétée en Suisse et dans une partie de la France, les deux pays où se dérouleront les Jeux en 2020. D’ailleurs le yodel est souvent utilisé par les bergers comme moyen de communication dans les montagnes…ils appellent leurs troupeaux en poussant la chansonnette !

Je suis un peu confus…Tu me fais penser à une chèvre, mais aussi à une vache…n’as-tu pas également un museau de chien ?

Ne sois pas confus, tu dis vrai…je suis un animal hybride ! Un croisement entre la vache, la chèvre et le chien Saint-Bernard. Trois animaux typiquement suisses qui vivent…dans les montagnes ! Ah, nos magnifiques montagnes, recouvertes d’or blanc, comme on dit ici, et où l’on peut pratiquer de nombreux sports d’hiver…je suis personnellement fan de snowboard ! J’adore ce sentiment de liberté quand je dévale les pentes, « flottant » dans la poudreuse, m’élevant dans les airs…je me réjouis de voir les jeunes athlètes du monde entier pratiquer ce sport et tous les autres en janvier 2020 !

D’ailleurs, en parlant de Lausanne 2020, mes origines multiples incarnent aussi la diversité des participant·e·s des Jeux Olympiques de la Jeunesse de 2020…et je n’en suis pas peu fière !

On le sent, les montagnes, ça te parle… !

Effectivement ! Je suis née et j’ai grandi dans les montagnes suisses. Quand j’étais petite, j’étais assez timide…mais aussi très curieuse ! Je ne pouvais pas m’empêcher de me cacher pour observer les humains pratiquer les sports d’hiver. Un jour, j’ai vu un enfant tomber à ski. Le pauvre, il s’est instantanément mis à pleurer. Cela m’a fait sortir de ma cachette…il fallait bien que le console ! Après avoir séché ses larmes, je l’ai ramené jusqu’au village le plus proche, où j’ai reçu un accueil chaleureux. Depuis, je ne me cache plus. Même, parfois je sors ma planche et vais dévaler les pentes avec les enfants du coin…

Yodli, ce fut un honneur de faire ta connaissance ! Nous sommes ravis de t’avoir à nos côtés !

Tout le plaisir est pour moi. Vive la montagne, vive le sport, vive la jeunesse, vive Lausanne 2020 !