"Vous êtes des modèles pour les jeunes enfants", disent les champions olympiques aux stars des JOJ

Ne vous arrêtez pas, concentrez-vous sur l'effort plutôt que sur le résultat, intéressez-vous à d'autres choses en dehors du sport et souvenez-vous : vous êtes un exemple à suivre.

Des conseils simples pour ceux qui participent aux Jeux Olympiques de la Jeunesse d'hiver de Lausanne 2020, mais inestimables lorsqu'ils sont donnés par une foule de champions qui sont passés par là et qui ont tout vu.

Kikkan Randall (États-Unis), Emma Terho (Finlande), Sandro Viletta (Suisse) et Thomas Bach (Allemagne) ont captivé lundi soir une foule d'étoiles montantes du sport en partageant les leçons apprises au cours de 13 Jeux Olympiques, trois médailles d'or et d'innombrables heures passées dans des salles de sport à travers le monde.

"Quand vous êtes tenté de baisser les bras, d'abandonner ou de ne pas croire que c'est possible, c'est là qu'il faut vous concentrer. Pensez au travail que vous faites, prenez du recul et demandez-vous : "Pourquoi pas ? Pourquoi ne pas tenter le coup ? On ne sait jamais ce qu'il peut se passer", a déclaré Randall.

Dylan Burns/OISphotos.com

Et elle sait de quoi elle parle. Aujourd'hui âgée de 37 ans, elle s'est dévoué corps et âme pendant plus de 15 ans au ski de fond avant de remporter cette médaille d'or tant désirée lors de ses cinquième et dernier Jeux olympiques.

Un tel dévouement nécessite des départs matinaux, chose avec laquelle Bach, champion de l'équipe d'escrime de Montréal 1976 et actuel président du Comité international olympique (CIO), a toujours eu du mal.

"J'ai eu plusieurs moments où je voulais arrêter", a déclaré Bach. "Chaque fois que je devais m'entraîner tôt à 5 h ou 6 h du matin, je me disais 'c'est la dernière fois que je le fais'". Je n'ai jamais été un lève-tôt et je ne le suis toujours pas.

"Et puis, à un moment donné, vous vous rendez compte que ces séances d'entraînement sont les plus efficaces. Celles où vous ne voulez pas aller, c'est là que vous faites les plus gros progrès."

Pour Bach, c'était le soutien de ses coéquipiers et d'un entraîneur charismatique qui l'a motivé à ces heures matinales. Les quatre champions s'accordent tous à dire qu'il faut puiser son inspiration d'autant de sources que possible.

Randall, modeste, doit toutefois savoir qu'elle motive des millions de personnes. Après avoir clôturé sa carrière tel un conte de fées en décrochant une médaille d'or au sprint par équipe à PyeongChang 2018, l'athlète américaine a reçu un diagnostic de cancer du sein au stade deux. Après des mois de traitement, on lui a annoncé qu'elle était guérie il y a un an et, fidèle au reste de sa carrière sportive, elle a rapidement terminé le marathon de New York.

Chat with Champions event at the Youth Olympic Village | Dylan Burns for OISphotos.com

"Quand je repense à mes performances, c'est la satisfaction de l'effort dont je me souviens le mieux", a déclaré Randall. "Les médailles et les prix étaient vraiment excitants, mais je sais que j'ai donné tout ce que j'avais."

Terho, qui, alors qu'elle était âgée de 16 ans à Nagano en 1998, est devenue la plus jeune médaillée olympique de Finlande, a tenu à souligner que l'on est jamais trop jeune pour être soi-même une tête d'affiche.

"C'est lorsqu'on voit les choses qu'on peut en rêver, et vous, vous êtes des modèles pour les jeunes enfants", a déclaré la joueuse de hockey sur glace, qui a participé cinq fois aux Jeux Olympiques. "Les gens vous voient, ils vous admirent."

Le mot de la fin va à l'une des personnalités les plus importantes de Lausanne 2020. Lorsqu'on lui a demandé si, compte tenu de tous les sacrifices nécessaires, une vie dédiée au sport en valait vraiment la peine, Bach n'a pas hésité.

"Donnez-vous à fond", a-t-il déclaré. "Une vie normale est ennuyeuse."

OIS ln/kc/sg

Par Olympic Information Service

Restez à jour en suivant OIS sur Instagram, Facebook et Twitter